•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Connectez-vous pour suivre vos sports favoris

Nouvelle olympique

Thomas Bach en isolement à Pékin, des cas de COVID dans la bulle olympique

Des personnes en combinaison et masquées saluent dans leur cabine à Pékin.

Le personnel au travail dans la bulle olympique de Pékin

Photo : Getty Images / Carl Court

Agence France-Presse

Le président du Comité international olympique (CIO), Thomas Bach, est arrivé samedi à Pékin, deux semaines avant l'ouverture des Jeux d'hiver, a indiqué lundi son organisation à l'AFP.

Par précaution, il observe un isolement de trois jours, avant de commencer son programme officiel mardi, a précisé un porte-parole du CIO.

Le programme de travail du CIO a été revu en raison de la pandémie. Ainsi, son comité exécutif se réunira le 2 février et la 139e session s'ouvrira le lendemain.

Pékin et les deux sites olympiques voisins, qui accueilleront également les Jeux paralympiques en mars, ont déployé une bulle sanitaire stricte pour éviter tout contact entre les participants et la population chinoise.

Depuis le début de l'épidémie, les autorités appliquent une stratégie zéro COVID, avec des restrictions de déplacements et des confinements ciblés, afin de limiter au maximum l'apparition de nouveaux cas.

Des cas positifs dans la bulle olympique

Les organisateurs ont confirmé lundi que 39 personnes sur les 2586 (athlètes et personnel d'accompagnement) arrivées depuis le 4 janvier dans la capitale avaient reçu des résultats positifs à l'aéroport.

À ce nombre s'ajoutent 33 personnes, déjà dans la bulle sanitaire olympique, qui ont aussi été déclarées positives.

Samedi, la ville de Pékin a annoncé le dépistage de tous les habitants d'un quartier après la découverte d'un foyer épidémique, à 20 km environ du site qui accueillera les épreuves de ski acrobatique.

De la pollution à prévoir

Un épais brouillard recouvrait lundi la capitale chinoise.

La présence des particules fines était évaluée aux alentours de 218 sur l'indice de l'entreprise suisse IQAir, soit un niveau très malsain. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande de ne pas dépasser le seuil de 15.

Vue générale d'une avenue de Pékin Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Près de la bulle olympique à Pékin, dans le brouillard de pollution

Photo : Getty Images / Carl Court

Les autorités ont averti lundi qu'une forte pollution de l'air pendant les Jeux n'était pas à exclure à Pékin, au moment où la consommation de charbon dans le pays explose.

La Chine dépend à 60 % de la houille pour sa production d'électricité, et elle a fait face ces derniers mois à des coupures de courant. Elle a accru en conséquence son extraction de charbon.

L'arrivée du froid a par ailleurs conduit à allumer précocement le chauffage cette année dans les régions du nord du pays, ce qui alimente la pollution.

Les Jeux de Pékin coïncident avec la fin de l'hiver et le début du printemps dans le nord de la Chine, quand les conditions météorologiques sont extrêmement défavorables, a relevé lundi devant la presse un porte-parole du ministère chinois de l'Environnement, Liu Youbin.