•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Connectez-vous pour suivre vos sports favoris

Nouvelle olympique

Florence Brunelle : un dessin comme un signe du destin

Dessin d'enfant où on voit une patineuse avec les anneaux olympiques en arrière-plan et l'année 2022.

La mère de Florence Brunelle, Stéphanie Cousin, a partagé sur les réseaux sociaux un dessin fait par Florence à 11 ans. Elle s'était dessinée aux Jeux olympiques en 2022.

Photo : Radio-Canada / François Genest

Un dessin offert à son physiothérapeute qui se sera avéré être une prophétie. À 11 ans, Florence Brunelle s’était imaginée aux Jeux olympiques en 2022. À l’annonce de la participation de la patineuse de vitesse sur courte piste aux Jeux olympiques d’hiver de Pékin, le dessin qu’elle avait réalisé à l’époque a circulé sur les réseaux sociaux et Radio-Canada a retrouvé son propriétaire.

Ce seront les premiers Jeux olympiques de l’athlète trifluvienne de 18 ans. Elle en rêvait depuis longtemps. Sa mère Stéphanie Cousin a partagé une publication plus tôt cette semaine montrant le dessin de sa fille, avec la fierté d’un rêve réalisé. On y voyait une photo du précieux papier, qui n’est toutefois plus en sa possession.

Florence Brunelle, qui avait réalisé ce dessin pour un projet d’école, l’avait offert au thérapeute en réadaptation France Denis. Ce dernier a été surpris de voir réapparaître son archive sur Facebook.

Il ne sait pas ce qui l’a poussé à conserver ce dessin d’enfant toutes ces années, mais quand il la côtoyait lors de différents traitements, il savait que sa détermination la mènerait loin.

Elle avait le potentiel pour se rendre. À 11 ans, quand une enfant dessine et qu’elle calcule "2022, je vais être aux Olympiques", ça prend quand même une personnalité exceptionnelle, raconte-t-il.

France Denis montre à la caméra le dessin réalisé par Florence Brunelle à 11 ans.

Le thérapeute en réadaptation France Denis a conservé précieusement le dessin de la jeune Florence Brunelle.

Photo : Radio-Canada

La jeune Florence Brunelle de l’époque lui avait fait promettre de garder son oeuvre. Ce qu’il a fait précieusement. En échange, France Denis s’était engagé. Je lui avais même fait une promesse à ce moment-là. J’avais dit : "Florence, si tu vas aux Olympiques, je vais aller te voir."

Malheureusement, avec le contexte pandémique actuel, il est dans l’impossibilité d’honorer sa part du contrat.

Quoi qu’il en soit, le dessin qu’il a en sa possession lui est cher. On pourrait dire qu’il vaut tout l’or du monde. Ou bien l’argent? Qui sait. Une fois la présence de Florence Brunelle assurée, il lui reste maintenant à dessiner la suite de l’histoire.

(Avec les informations de Magalie Masson)

Florence Brunelle patine à l'épreuve du 500 m en courte piste.

Florence Brunelle

Photo : Patinage de vitesse Canada / Rafal Oleksiewicz