•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Connectez-vous pour suivre vos sports favoris

Nouvelle olympique

Éliot Grondin confirme sa présence aux Jeux de Pékin

Il freine sur sa planche.

Éliot Grondin

Photo : Getty Images / Lintao Zhang

Éliot Grondin a obtenu, mercredi, son laissez-passer pour les Jeux de Pékin. À 20 ans, l’athlète originaire de Sainte-Marie, en Beauce, en sera déjà à sa deuxième expérience olympique en snowboard cross.

Il fait partie des 19 planchistes qui représenteront le Canada. Leur nomination a été annoncée par le Comité olympique canadien et par Canada Snowboard.

En 2018, Grondin avait appris qu’il se rendrait aux Jeux de Pyeongchang, en Corée du Sud, quelques jours seulement avant le début des compétitions.

Éliot Grondin et son équipe posent après sa conquête du titre.

En mars 2021, Éliot Grondin (troisième à partir de la gauche) a été sacré champion du monde junior de snowboard cross à Krasnoïarsk, en Russie. (archives)

Photo : Éliot Grondin

Même si la présence du Beauceron à Pékin laissait peu de place au doute, l’officialisation de sa candidature représente un stress de moins à gérer.

Soulagement

Juste d'avoir participé en 2018, je [...] dirais que ça enlève comme un genre de pression que j'avais peut-être en 2018 [et] que je n'ai pas l'impression d'avoir en ce moment. Puis surtout de savoir que je vais aux Jeux plus d'une semaine avant, je pense que ça rend les choses un petit peu moins stressantes, a confié en vidéoconférence le jeune planchiste, qui poursuit son entraînement en Autriche.

« C'est un stress de moins, puis je pense que ça va pouvoir m'aider vraiment à mettre toute mon attention sur la course que j'ai à faire. »

— Une citation de  Éliot Grondin, membre de l’équipe olympique canadienne de surf des neiges

Après un début de saison laborieux, il s’est ressaisi ces dernières semaines. Le 18 décembre, il a reçu la médaille d’argent à la Coupe du monde de Cervinia en Italie.

Éliot Grondin dévale une pente sur sa planche à neige.

Aux Jeux de Pyeongchang, Éliot Grondin avait pris la 36e position. (archives)

Photo : Francine Huppé

Il y une dizaine de jours, l’athlète est à nouveau monté sur le podium, cette fois à la Coupe du monde de Krasnoïarsk, en Russie, où il a décroché la médaille de bronze. À l'approche des Jeux olympiques, ces résultats tombent à point nommé.

Je suis content des dernières courses que j'ai eues. Donc, je pense que je suis bien parti. Puis le but, c'est vraiment de continuer sur ce momentum-là [...] Je suis assez excité de pouvoir courser dans quelques semaines aux Jeux olympiques, dit-il.

Avant de s’envoler pour Pékin, le planchiste de Sainte-Marie participera à une dernière Coupe du monde, à Chiesa in Valmalenco, en Italie.

Inquiétude

À quelques semaines de la cérémonie d'ouverture, le protocole sanitaire imposé par les autorités chinoises préoccupe de nombreux athlètes canadiens.

À leur arrivée à Pékin, ces derniers devront produire cinq tests négatifs de dépistage de la COVID-19, la Chine ne reconnaissant pas les tests effectués à l’étranger.

Ils flottent au vent.

Un drapeau chinois et un autre avec le logo des Jeux de Pékin

Photo : Getty Images / AFP/JADE GAO

Dans un billet publié mardi, le chroniqueur sportif de Radio-Canada Martin Leclerc raconte que les Chinois ont poussé la sensibilité de leurs tests à des niveaux extrêmes.

Cela augmenterait la probabilité qu’un test produise un faux résultat positif, particulièrement chez un athlète ayant contracté la COVID-19 par le passé, mais qui est depuis rétabli.

On fait juste attention

Cette situation ne semble pas trop inquiéter Éliot Grondin. Il raconte s’être rendu à Pékin l’automne dernier et avoir été soumis au même protocole, sans rencontrer de problème particulier.

On est allé au mois de novembre puis c'étaient les mêmes tests. Ç'a bien été. Et depuis, personne dans l'entourage de notre équipe n'a attrapé la COVID. Donc, je dirais qu'on fait juste attention, puis on espère que tout va bien se dérouler rendu là-bas, indique-t-il.

Elle brandit un drapeau canadien dans les airs.

Laurie Blouin

Photo : Radio-Canada

Sept autres Québécois, dont la planchiste native de Stoneham-et-Tewkesbury Laurie Blouin, feront partie de l’équipe canadienne.

La jeune femme de 25 ans en sera également à ses deuxièmes Jeux. En 2018, à  Pyeongchang, elle avait remporté la médaille d’argent à l’épreuve de slopestyle.

(Avec la collaboration de Guillaume Piedboeuf)