•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Connectez-vous pour suivre vos sports favoris

Nouvelle olympique

Des critères plus stricts pour les tests COVID aux Jeux de Pékin

Une femme se prend en photo devant le logo des Jeux de Pékin.

Les Jeux de Pékin auront lieu du 4 au 20 février.

Photo : AP / Ng Han Guan

Radio-Canada

Le comité organisateur des Jeux olympiques de Pékin utilise des critères plus stricts dans les tests de dépistage de la COVID-19 qu’il impose à tous les participants, a appris CBC Sports. Par conséquent, il peut être plus difficile pour des athlètes canadiens, surtout ceux qui se remettent d’une infection, de présenter un test négatif à leur arrivée en Chine.

La valeur de cycle seuil retenue en Chine pour marquer une infection à la COVID-19 est de 40, a confirmé lundi le Dr Mike Wilkinson, médecin en chef du Comité olympique canadien (COC).

Plus cette valeur est élevée, moins une personne est infectieuse.

À plusieurs endroits au Canada, on la fixe à 35. Dans les circuits professionnels nord-américains, elle est aussi de 35 dans la NFL, mais de 30 dans la NBA et la LNH.

Je pense que ce que fait le comité organisateur, c’est de s’assurer de tout faire pour éviter que des personnes positives entrent dans le pays, explique le Dr Wilkinson.

Une personne qui se remet d’une infection récente à la COVID-19 peut être déclarée positive dans un test PCR si la valeur du cycle seuil est plus élevée.

À 30 ou plus, on considère que les gens sont moins infectieux, dit le Dr Isaac Bogoch, spécialiste des maladies infectieuses. Est-ce parfait comme mesure? Non, mais ça fonctionne assez bien.

La valeur retenue par Pékin, poursuit-il, signifie que tous ceux qui ont connu une infection récente ont une chance non négligeable de présenter un test positif en Chine malgré plusieurs tests négatifs au Canada.

Tous les participants des Jeux de Pékin qui se sont remis de la COVID-19 30 jours avant leur départ pour la Chine doivent fournir trois tests PCR négatifs, lesquels sont transmis au comité organisateur. S’ils ont le feu vert des autorités chinoises, ils doivent ensuite obtenir deux autres tests négatifs, respectivement 96 heures et 72 heures avant leur départ.

À leur arrivée en Chine, ils doivent passer un autre test à l’aéroport. S’il s’avère positif, malgré l’absence de symptômes, la personne doit rester en isolement à l’hôtel. Deux tests négatifs seront alors requis pour intégrer la bulle olympique.

Des dizaines d’athlètes canadiens ont reçu des tests positifs au cours des dernières semaines. Il y a notamment eu des éclosions au sein des équipes de patinage de vitesse sur courte piste, de bobsleigh et de hockey féminin.

Négatif au départ, positif à Pékin?

Des personnes ont réussi récemment des tests PCR avant leur départ pour les Jeux pour ensuite recevoir un résultat positif à leur arrivée en Chine.

Selon le Comité international olympique (CIO), il y a un plan en place pour des athlètes qui se trouveraient dans cette situation. Un panel d’experts médicaux d’une vingtaine de personnes – avec des représentants de la Chine, cinq du CIO, d’autres du Comité international paralympique et des fédérations internationales de sports d’hiver – traitera chaque cas individuellement.

Ce comité est déjà au travail, précise le Dr Wilkinson, mais n’a pas encore traité de cas d’athlètes canadiens.

On a soulevé ce problème depuis longtemps comme source de stress pour les athlètes, insiste-t-il. Chaque fois qu’on passe un test, il y a un doute, de l’anxiété.

Le CIO a bon espoir que les Jeux de Pékin seront une réussite avec les protocoles en place.

On construit sur la base de ce qui s’est fait dans d’autres grands événements, comme les Jeux de Tokyo, et des mesures sanitaires instaurées en Chine, pouvait-on lire dans un communiqué récent.

L’équipe olympique canadienne a réservé plusieurs vols vers Pékin pour ses athlètes. Le premier doit partir le 26 janvier.

On fait tout ce qu’on peut pour s’assurer qu’ils se rendent à Pékin, même s’ils ont des faux positifs, assure Mike Wilkinson. La plus grande crainte, c’est une infection à quelques jours du départ. Ça, c’est une autre histoire. C’est pourquoi on demande à tout le monde d’être très prudent deux semaines avant le départ.

Les Jeux de Pékin se tiendront du 4 au 20 février.

(D'après un texte de CBC Sports)