•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Connectez-vous pour suivre vos sports favoris.

Nouvelle olympique

Suivez les Jeux olympiques sur ICI Télé dès le 4 février 2022

Mikaël Kingsbury, le roi de Tremblant

Le poing levé, il sourit sur le podium.

Mikaël Kingsbury a connu une fin de semaine parfaite à Mont-Tremblant.

Photo : The Canadian Press

Sportcom

Mikaël Kingsbury est maître chez lui. Il a encore eu le dernier mot à la Coupe du monde de Mont-Tremblant samedi.

Tirant de l’arrière aux qualifications et lors de la première finale, le Québécois a d’un seul coup doublé ses rivaux en fin de journée pour signer une deuxième victoire en autant de jours.

Médaillé de bronze la veille, le Japonais Ikuma Horishima occupait provisoirement la tête avant sa dernière descente. Cependant, il venait de voir l’athlète de Deux-Montagnes offrir sa meilleure performance du jour, ponctuée d’une double vrille et de 85,59 points.

Pour le champion du monde en titre, il était impératif de piger dans son arsenal s’il voulait détrôner Horishima.

C’était un bon moyen de mettre de la pression et le pousser à faire des erreurs. En même temps, je savais que si je l’avais bien (la double vrille), ça allait faire monter mon pointage. Je suis content d’avoir pris cette décision! J’y pensais en montant dans les chaises et je trouvais que c’était le bon moment.

Kingsbury souhaitait mettre son adversaire dans les câbles et lui laisser peu de marge de manœuvre. La stratégie a porté fruit et le Japonais, qui s’est montré plus hésitant, a semblé déçu en franchissant la ligne d’arrivée. Il a mal atterri à son deuxième saut, a reçu 78,78 points et a glissé au troisième rang.

Je ne sais pas s’il l’a ressentie (la pression), j’imagine que oui parce j’ai été souvent dans cette position et je sais c’est quoi partir dernier et sentir la boule qui peut se créer en dedans.

Le bosseur de 29 ans l’emporte ainsi pour une quatrième fois de suite à Tremblant et atteint l’impressionnant plateau des 70 victoires en Coupe du monde. Le Suédois Walter Wallberg est monté sur la deuxième marche du podium à nouveau en raison de ses 82,66 points.

« Je suis bien au haut du parcours, la constance est là, la confiance est là et quand je me sens comme ça, je deviens vraiment difficile à battre. C’est une belle 70e victoire à la maison qui est pleinement méritée. »

— Une citation de  Mikaël Kingsbury

Kingsbury récupère ainsi le maillot jaune du meneur au classement général de la Coupe du monde. Il était le seul représentant canadien en super finale.

Les sœurs Dufour-Lapointe ont hâte à la suite

Chez les dames, la Française Perrine Laffont s'est imposée en ronde ultime avec un pointage de 82,55.

L'Australienne Jakara Anthony (79,02) et la Japonaise Anri Kawamura (78,78) ont complété le podium.

La tenue de cette compétition a eu de quoi ravir Chloé et Justine Dufour-Lapointe, elles qui ont réussi leurs meilleures performances de la saison à Tremblant.

On était heureuses que la compétition puisse avoir lieu au Canada. Il n’y avait pas les partisans comme d’habitude, mais on se trouvait tout de même chanceuses d’avoir droit à cet événement qui était important pour nous dans la qualification olympique , a souligné Chloé, auteure d’une 14e et d’une 8e place au courant de la fin de semaine.

Les deux femmes s'offrent un sourire et une accolade après une descente.

Les sœurs Dufour-Lapointe étaient heureuses d'être de retour à Mont-Tremblant.

Photo : The Canadian Press

Tremblant, c’est tout le temps excitant et ça recharge les batteries pour se rendre jusqu’aux Jeux. C’était la première Coupe du monde de 2022 et ça commence l’année du bon pied, a poursuivi sa sœur Justine.

En priorisant un saut qu’elle maîtrise davantage samedi, Chloé a signé son meilleur résultat dans le circuit depuis 2019. Pour sa part, Justine a fini 9e et 11e pour participer à ses deux premières finales de la présente campagne à cette épreuve.

Ça ne reflète pas ce que j’ai senti sur la piste. Je pense qu’il m’a juste manqué un peu de vitesse. Mes sauts étaient là, mon ski était là, il reste juste à me faire confiance et à y aller all in [à fond], a-t-elle analysé, ajoutant que cette progression est de bon augure à l’approche des Jeux olympiques.

Ce que j’aime le plus, c’est la constance dans nos résultats, je sens vraiment qu’on bâtit quelque chose chaque jour et qu’on évolue pour se rapprocher du podium. On va dans la bonne direction.

La prochaine Coupe du monde en bosses est prévue la fin de semaine prochaine à Deer Valley, en Utah.