•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Connectez-vous pour suivre vos sports favoris

Nouvelle olympique

JO : le patron du ski alpin allemand redoute des « manipulations » de tests COVID

Chargement de l’image

Le site du ski alpin dans le district de Yanqing, au nord-ouest de Pékin

Photo : Getty Images / Kevin Frayer

Agence France-Presse

Le manque de clarté sur les tests anti-COVID aux Jeux olympiques (JO) de Pékin « ouvre la porte à des manipulations », estime le patron du ski alpin de la Fédération allemande Wolfgang Maier, qui juge « irresponsable » d'engager des athlètes aux JO dans les circonstances actuelles.

Je trouve qu'il est irresponsable de nous envoyer là-bas dans la situation présente, a déclaré M. Maier à des journalistes allemands, vendredi.

L'automne dernier, j'ai déjà demandé qu'on énonce des règles claires sur la valeur CT à partir de laquelle un test de COVID-19 est évalué comme positif ou négatif. Mais on ne nous donne aucune information.

On ouvre tout grand la porte aux manipulations, dénonce-t-il. On peut éliminer n'importe quelle personne qui vous gêne d'une manière ou d'une autre. Nous n'avons aucune protection pour les athlètes et nous sommes sur place quasiment soumis à l'arbitraire.

Selon lui, le Comité international olympique (CIO) et le comité d'organisation n'ont pas bougé sur ce sujet.

Les athlètes vont vivre chaque jour avec ce poids psychologique : demain, je peux être renvoyé, poursuit-il.

Par ailleurs, l'entraîneur allemand de 60 ans s'interroge sur la compatibilité de l'idéal olympique avec des Jeux sous bulle.

Où est la grandiose idée olympique de rassembler la jeunesse du monde et des valeurs communes en Chine, alors qu'il n'y aura aucun échange culturel en dehors des sites sportifs et que les athlètes devront quitter le pays dans les 48 heures après la fin de leur compétition? s'interroge-t-il.