•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Connectez-vous pour suivre vos sports favoris

Nouvelle olympique

Chronique

Il n’y aura pas de quarantaine en Chine pour les hockeyeurs, foi de Luc Tardif

Les organisateurs miseront sur un système d'ambulances sanitaires pour éviter aux joueurs des périodes de quarantaine à Pékin.

Il porte l'uniforme du Canada lors d'un match, les anneaux olympiques sont affichés sur la bande derrière lui.

Sidney Crosby

Photo : zumapress.com / ACI Project AI

L'Association des joueurs de la Ligue nationale de hockey (AJLNH) transmet-elle toute l’information nécessaire à ses membres lorsqu’il est question de leur éventuelle participation aux Jeux de Pékin? La question se pose.

Connor McDavid a déclaré, samedi, qu’il trouve déstabilisante la possibilité de devoir se soumettre à une quarantaine de trois à cinq semaines en Chine s’il devait recevoir un résultat positif à un test pendant les Jeux.

Le week-end dernier, c’était le défenseur Alex Pietrangelo, un autre joueur figurant sur la liste prioritaire de l’équipe canadienne, qui formulait la même inquiétude.

J’ai quatre enfants âgés de moins de trois ans et demi. La possibilité d’être retenu en Chine pendant cinq semaines, en plus de la durée des Jeux, constitue à mes yeux une trop longue période loin de ma famille. Je ne prendrai pas de décision tant que nous n’aurons pas toutes les réponses parce qu’elles viennent difficilement en ce moment. Alors, nous sommes tous dans l’attente de clarifications, avait dit le meneur des Golden Knights de Vegas.

Le hic dans cette affaire, c’est que cette épineuse question concernant la quarantaine des hockeyeurs est réglée depuis quelque temps.

C’est le président de la Fédération internationale de hockey sur glace (IIHF), Luc Tardif, qui le confirme.

Il parle au micro lors d'une conférence.

Luc Tardif, président de l'IIHF

Photo : AFP / Franck Fife


On a vraiment tout fait. Nous avons répondu à toutes les questions qui étaient soulevées par l’Association des joueurs. Par le passé, nous n’avons jamais travaillé avec un Comité international olympique (CIO) et un comité organisateur aussi ouverts à l’idée de modifier leurs plans pour favoriser la présentation du tournoi de hockey olympique. Nous n’avons jamais eu autant d’aide, affirme Tardif, qui était de retour à Paris samedi. Il était passé par Moscou vendredi pour rencontrer les organisateurs de la Coupe Channel One.

Le nouveau président de l'IIHF cite en exemple toute la planification des vols devant transporter les hockeyeurs de la LNH en Chine qui a dû être remaniée en raison des relations diplomatiques difficiles entre les États-Unis et le pays organisateur.

Des vols vont passer par le Canada et d’autres arriveront par le Japon. C’était toute une gymnastique, mais on l’a fait, dit-il.

« Ensuite, il y avait le fait que personne ne voulait se soumettre à une quarantaine de 21 jours en Chine. On a donc trouvé des moyens pour avoir des ambulances sanitaires. Ces ambulances seront utilisées pour sortir les joueurs du pays en cas de résultat positif. »

— Une citation de  Luc Tardif, président de l'IIHF

Et pas seulement les joueurs de la LNH, les autres aussi, insiste Luc Tardif. Ces démarches ont nécessité beaucoup d’efforts, mais on l’a fait. Nous répondons donc à toutes les conditions qui sont soulevées au fur et à mesure qu’elles sont portées à notre attention.

Ce dernier révèle d’ailleurs que la semaine dernière, l’AJLNH, le CIO, l'IIHF et le comité organisateur des Jeux de Pékin ont participé à une réunion très positive. Nous avons fait des pieds et des mains [pour que ça fonctionne]. Nous n’avons jamais été aussi près d’un accord , ajoute-t-il.

N’est-il pas extraordinaire que les vedettes de la LNH ne soient pas encore au courant de ces informations cruciales?

Pendant un match, il est attentif.

Le capitaine des Oilers d'Edmonton Connor McDavid

Photo : Getty Images / Rich Lam

Le président de l'IIHF et le directeur général de l’Association des joueurs, Donald Fehr, ont convenu de se rencontrer à Edmonton après Noël, pendant le Championnat du monde de hockey junior. Les deux hommes feront le point à ce moment.

À cette étape des préparatifs des Jeux, c’est l’AJLNH qui est le principal interlocuteur de l'IIHF concernant la participation des joueurs de la LNH.


« Je crois encore à la participation des joueurs de la LNH aux Jeux de Pékin. Je vous dirais que si ça devait ne pas se produire, ce serait parce que la COVID-19 et le variant Omicron auraient changé la donne. »

— Une citation de  Luc Tardif, président de l'IIHF

On peut comprendre que le nombre de matchs reportés dans la LNH aura une incidence sur le calendrier de la ligue. C’est surtout cela que nous craignons. Et quand on regarde évoluer la situation, ce n’est pas encourageant. Toutefois, nous continuons à travailler comme si les joueurs de la LNH participaient aux Jeux, affirme Luc Tardif.

Un bandeau annonçant le balado de Radio-Canada Sports : Tellement hockey

Si les joueurs décident d’aller à Pékin, on s’entend, ils y seront pour jouer au hockey, pas pour être en vacances. La bulle sanitaire qui est prévue là-bas sera quelque chose. Pour ceux qui y seront admis, ce sera probablement l’endroit le plus sécuritaire au monde en ce qui a trait à la COVID-19. Nous avons répondu à toutes les inquiétudes qui nous ont été communiquées, conclut-il.

La LNH a jusqu’au 10 janvier prochain pour confirmer ou non la participation de ses joueurs aux Jeux de Pékin. Si la LNH devait se désister à la dernière minute, l'IIHF et les comités olympiques nationaux disposeraient de seulement quelques semaines pour réorganiser le tournoi et concocter de nouvelles formations.