•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle olympique

Des Jeux olympiques réussis pour le chef du sport au Comité olympique canadien

La flamme olympique

La flamme olympique lors de la cérémonie de clôture

Photo : Getty Images / Leon Neal

Radio-Canada

Le Canada repart de Tokyo avec une récolte record à des Jeux olympiques d’été non boycottés. Pour le Trifluvien Éric Myles qui est chef du sport au Comité olympique canadien, c’est donc mission accomplie.

Les Jeux olympiques de Tokyo ont pris fin dimanche après 16 jours de compétition et Éric Myles dresse un bilan positif de la performance canadienne à Tokyo, surtout dans le contexte où plusieurs athlètes ont dû modifier grandement leur entraînement en raison de la pandémie de COVID-19.

Le Canada a décroché 24 médailles, dont 7 d’or. De plus, 48 athlètes ont terminé dans les 16 premières positions dans leur sport, a fait remarquer avec fierté le Trifluvien d’origine, en entrevue à l'émission Toujours le matin.

S'il juge difficile de choisir un moment qui a marqué ses Jeux olympiques, il estime que la médaille d'argent de l'Ontarien Mohammed Ahmed au 5000 m a été son coup de coeur.

Je pense qu’on connaît tous quelqu’un dans notre entourage qui court, il y a des milliards de personnes qui courent des 5 km sur la terre, donc finir 2e dans une compétition semblable, surtout avec un temps en bas de 13 minutes, c’est quasi invraisemblable, raconte-t-il.

Éric Myles salue aussi la performance de la Trifluvienne Laurence Vincent Lapointe, double médaillée en canoë, un sport qu’il a lui-même pratiqué, en plus d’être entraîneur au niveau international.

On a vraiment des athlètes extraordinaires au Canada.

Une citation de :Éric Myles, chef du sport au comité olympique canadien

À peine les Jeux de Tokyo terminés, Éric Myles pense déjà aux prochains Jeux d’été. Ça fait déjà trois fois que j’ai la chance d’aller à Paris pour aider l’équipe, explique-t-il.

À voir les résultats obtenus au Japon, il est optimiste en vue des prochaines compétitions en France. C’est dans trois ans à Paris, ça va venir vite!

Éric Myles et Brooklyn Moors se cognent le coude.

Le chef du sport au Comité olympique canadien, Éric Myles, et la gymnaste Brooklyn Moors le 23 juillet dernier, lors de la remise des uniformes canadiens pour les Jeux.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Les Jeux olympiques d’hiver à Pékin s’en viennent aussi à grands pas. Le début est prévu en février 2022.

L’Australie, le Royaume-Uni, ce sont des pays qui ne participent à peu près pas aux Jeux d’hiver, alors que nous, on arrive avec des délégations tout aussi importantes l’hiver et l’été. Et ça, c’est positif, c’est à l’image de qui on est au Canada, conclut le chef du sport au Comité olympique canadien.

Éric Myles s’est joint au Comité olympique canadien en 2014. Il a été directeur général de Québec en forme durant plus de 10 ans. Il a aussi occupé le poste de directeur du programme sport-études à l'Académie Les Estacades de Trois-Rivières et a participé à la mise sur pied du Complexe sportif Alphonse-Desjardins (CSAD).

À ne pas manquer