•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle olympique

Eliud Kipchoge dans une classe à part au marathon

Un athlète lève les bras en triomphe à l'approche du ruban d'arrivée.

Eliud Kipchoge au fil d'arrivée

Photo : Getty Images / Lintao Zhang

Radio-Canada

Le Kényan Eliud Kipchoge a été impérial lors du marathon, dimanche, aux Jeux olympiques de Tokyo. Le grand favori du jour a fait honneur à sa réputation. Il s’est défait de ses rivaux avec un peu plus de 10 km à faire, en route vers la défense de son titre acquis à Rio. Quelques minutes plus tard, Benjamin Preisner a rallié l’arrivée pour obtenir le meilleur résultat canadien du jour avec une 46e place.

La tâche a paru presque facile pour Kipchoge lors de cette course disputée à Sapporo. Fidèle à ses habitudes, il s’est positionné aux avant-postes dès le départ et a couru au sein du peloton de tête pendant plus de 30 kilomètres.

C’est à ce moment qu’il a décidé de prendre la course sur ses épaules. Il a lentement accéléré le rythme pour se détacher de son groupe et voir qui de ses principaux concurrents allaient tenter de le suivre.

Le vétéran de 36 ans n’a toutefois pas eu à surveiller ses arrières bien longtemps.

La tête haute et le pas léger, Kipchoge a continué d’accentuer son avance sans difficulté pour filer en solo vers une deuxième conquête olympique de suite. Le détenteur du record du monde a finalement franchi la distance en 2 h 8 min 38 s, avec plus de 1:20 d’avance sur la poursuite composée de trois coureurs.

Je crois que je vais laisser une marque avec cette performance. J'espère inspirer la nouvelle génération, a dit le champion.

Ceux-ci se sont livré une chaude lutte pour les deux dernières places disponibles sur le podium. Le Néerlandais Abdi Nageeye (2:09:58) a été le plus rapide du lot et a remporté la médaille d’argent.

Il a été suivi du Belge Bashir Abdi (2:10:00), qui est tout juste parvenu à devancer le Kényan Lawrence Chereno (2:10:02).

Quand il est parti, je me suis dit que c’est un Martien. Il est sur une autre planète.

Une citation de :Abdi Nageeye, médaillé d'argent, au sujet d'Eliud Kipchoge

Kipchoge, c'est Kipchoge. Personne ne peut le suivre, il est tellement fort, a ajouté Abdi.

L'avenir nous dira jusqu’où je pourrai aller. Pour l'instant, je veux profiter de ma victoire à Tokyo, a lancé Kipchoge après avoir été questionné sur son avenir.

Les Canadiens puisent dans leurs réserves

Du côté canadien, l’Ontarien Ben Preisner a été le premier à l'arrivée en 2:19:27 pour prendre le 46e rang.

C’est un honneur d’avoir fait ce marathon. J’aurais aimé en donner plus dans les 10 derniers kilomètres. C’était le plan, mais tu dois faire face à de l’adversité dans les courses de championnat. Les femmes au marathon d’hier nous ont inspirés. J’ai gardé ça en tête pendant toute la course, a souligné Preisner en parlant des bons résultats des Canadiennes samedi.

Un athlète participe à un marathon. Il semble avoir une bonne avance sur ses poursuivants et porte un chandail rayé blanc et rouge.

Le Canadien Ben Preisner

Photo : afp via getty images / AFP - Giuseppe Cacace

Son compatriote de la Colombie-Britannique Trevor Hofbauer a suivi en 48e place avec un chrono de 2:19:57.

Je voulais faire mieux, mais autour du 23e ou du 25e kilomètre, j’avais juste le goût d’être à la maison. C’est dur, a lancé Hofbauer, au bord des larmes.

Ma grand-mère est morte juste avant que j’arrive ici et je n’ai pas encore digéré la nouvelle, a ajouté le coureur, lui aussi touché par l’histoire de Dayna Pidhoresky, qui a affronté plusieurs embûches avant le départ.

Je suis démoli! Pour Dayna, pour ma famille. C’était dur de profiter de la course.

Une citation de :Trevor Hofbauer, 48e
Gros plan sur Trevor Hofbauer, visiblement ému et déçu.

« Je suis brisé » : l'expérience olympique difficile de Trevor Hofbauer

Photo : Getty Images / Lintao Zhang

Seul autre représentant de l’unifolié en lice, Cameron Levins (2:28:43) a quant à lui terminé 72e. L’athlète de Campbell River, en Colombie-Britannique, a fait partie du top 25 pendant une bonne partie de l’épreuve, mais n’a pas été en mesure de suivre le rythme.

Je suis juste satisfait d’avoir terminé pour être honnête, a dit Levins après ses 42 km.

Je me sentais bien dans la première moitié de la course, le rythme était raisonnable. Mais j’ai complètement craqué par la suite. J’ai eu plusieurs crampes. Je suis heureux de ne pas m’être blessé et de m’être rendu à la fin.

Il s’agissait d’une deuxième présence olympique pour Levins. Il avait aussi représenté le Canada aux Jeux de Londres, où il avait pris part à deux courses de fond. Il s’était classé 11e au 10 000 m, puis 14e au 5000 m.

Comme cela a été le cas tout au long de la semaine à Sapporo, Dame Nature a une fois de plus fait des siennes lors de cette dernière journée d’action. Même si le soleil n’était pas de la partie, la chaleur et l’humidité se sont fait ressentir et 30 participants ont été contraints à l’abandon.

Parmi ceux-ci, on retrouve le Brésilien Daniel Do Nascimento. Il a mené la course pendant de longues minutes, mais a chuté au 25e kilomètre. Il a ensuite tenté de revenir sur les meneurs, avant d'abdiquer quelques instants plus tard. Il a été escorté à l’extérieur du parcours par l’équipe médicale.

Avec les informations de Agence France-Presse

À ne pas manquer