•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle olympique

Laurence Vincent Lapointe et Katie Vincent en bronze au C-2 500 m

Deux athlètes sourient avec le drapeau canadien

Katie Vincent et Laurence Vincent Lapointe

Photo : afp via getty images / LUIS ACOSTA

Radio-Canada

Laurence Vincent Lapointe et Katie Vincent ont effectué une remontée spectaculaire pour mettre la main sur le bronze à l'issue de la finale du C-2 500 m, samedi, aux Jeux olympiques de Tokyo. Un exploit qu'elles ne sont pas près d'oublier.

Une course des plus relevées attendait les Canadiennes lors de cette finale avec les huit premières embarcations. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la tâche n‘a pas été facile.

Malgré un bon départ, Laurence Vincent Lapointe et Katie Vincent étaient 5es à mi-parcours. C’est à ce moment précis de la course qu’elles ont appuyé sur l’accélérateur pour mettre la pression sur leurs rivales.

Elles ont rapidement effacé leur retard pour entrer dans une bataille à trois pour l’obtention du bronze en compagnie des Allemandes et des Hongroises.

Déterminées, les Canadiennes ont tout laissé dans la dernière portion pour grimper sur la troisième marche du podium et offrir une 23e médaille au Canada à Tokyo, un record à des Jeux non boycottés.

C’était incroyable! a lancé Vincent Lapointe, tout sourire à l’issue de la course.

On s’était dit que pour le dernier 200 m, on donnait tout ce qu'on avait. C’est notre dernière course, on pousse jusqu’au bout et c’est exactement ça qu’on a fait. On l’a eu!

Le duo canadien a conclu la distance en 1 min 59 s 41/1000, derrière les Ukrainiennes (1:57,499) et les Chinoises (1:55,495).

Notons qu’un comité olympique a déposé un protêt après la finale, sous prétexte que le canot canadien n'était pas resté au milieu de son couloir et s'était trop approché de la ligne. La Fédération internationale de canoë (ICF) a finalement rejeté la demande en quelques minutes.

Fières de leur exploit, les représentantes de l’unifolié n’ont pu contenir leur joie après avoir franchi la ligne d’arrivée, si bien qu’elles se sont retrouvées à l’eau.

On était tellement heureuses qu’on a juste fini par perdre l’équilibre et tomber à l’eau! On est tellement contentes, c’est fou!, a poursuivi la Québécoise, encore trempée de sa baignade improvisée.

Elles se donnent la main, pendant qu'une autre femme pagaie à l'arrière-plan.

Dans les célébrations, Laurence Vincent Lapointe et Katie Vincent sont tombées de leur canoë.

Photo : Getty Images / LUIS ACOSTA

Nous sommes aux anges! On a travaillé très fort et on a fait face à beaucoup d’adversité avant d’en arriver à ce résultat. On ne pourrait pas être plus fières!

Une citation de :Katie Vincent

Laurence Vincent Lapointe termine donc ses premiers Jeux olympiques avec deux médailles au cou. Décorée d’argent au C-1 200 m plus tôt cette semaine, elle peut cette fois-ci partager les joies du podium avec sa bonne amie.

Honnêtement, je suis extrêmement fière! Un de nos buts est de ne jamais abandonner, et cette course représente exactement ça. Nous avons poussé vraiment fort et je suis fière de Katie. On l’a fait ensemble, c’était un travail d’équipe, a conclu la Trifluvienne de 29 ans.

Les Canadiennes, masquées avec une médaille de bronze au cou, se tiennent par la taille en saluant d'une main.

Katie Vincent et Laurence Vincent Lapointe avaient peine à contenir leur joie sur le podium.

Photo : Getty Images / Phil Walter

Un dernier tour de piste pour Mark de Jonge

Plus tôt dans la journée, le quatuor canadien formé de Nicholas Matveev, de Mark de Jonge, de Pierre-Luc Poulin et de Simon McTavish a subi l’élimination en demi-finales du K-4 500 m.

Les kayakistes du Canada ont été dans le coup jusqu’à la fin du parcours, mais sont finalement arrivés tout juste à court. Ils ont fini 5es avec un chrono de 1:25,581, à 0,313 seconde des Portugais, derniers qualifiés pour la finale.

Deux quatuors de kayak pagaient tranquillement sur l'eau.

Nous savions que ce serait une bataille difficile pour nous rendre en finale. Tous les équipages présents à Tokyo sont excellents et nous pouvons nous compter parmi eux, ce qui est bien. Nous avons fait une bonne course. Nous avons donné tout ce que nous avions. Mais malheureusement, nous terminons derrière aujourd’hui, a mentionné Mark de Jonge.

Le vétéran de 37 ans disputait ses derniers Jeux olympiques à Tokyo. Et une fois de plus, il aura été en mesure d'accomplir son principal objectif, soit d'être un exemple à suivre pour son jeune fils, Max.

Il est la raison pour laquelle je continue de faire ce sport. Je veux l’inspirer à faire son propre chemin comme je l’ai fait et à accomplir de grandes choses.

Une citation de :Mark de Jonge

Avant de s'en aller, le médaillé de bronze des JO de Londres a aussi pris le temps de saluer le courage de sa sœur Carlin, victime d’un accident de vélo en septembre dernier. Elle a traversé tellement d’obstacles dans les derniers mois. Sa force est ce qui m’a permis de me rendre jusqu’ici et j’ai une pensée spéciale pour elle.

Deux embarcations canadiennes en finale B

Également en action samedi, Connor Fitzpatrick était de la finale B au C-1 1000 m. Auteur d’un temps de 4:06,043, l’athlète d’Halifax a pris le 6e échelon de cette course dominée par le Cubain Jose Ramon Pelier Cordova (4:02,915).

Il conclut ses premiers Jeux olympiques en 14e place du classement général.

Enfin, Andréanne Langlois, Michelle Russell, Alanna Bray-Lougheed et Madeline Schmidt ont été devancées par les Françaises et les Ukrainiennes lors de la finale B au K-4 500 m.

Les Canadiennes pointent au 11e rang du classement final.

À ne pas manquer