•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Connectez-vous pour suivre vos sports favoris.

Nouvelle olympique

Suivez les Jeux olympiques sur ICI Télé dès le 4 février 2022

Deux Canadiennes dans le top 15 au marathon

Une coureuse reprend son souffle après son épreuve.

Malindi Elmore a fini 9e.

Photo : Getty Images / Lintao Zhang

Radio-Canada

Les Canadiennes Malindi Elmore et Natasha Wodak sont parvenues à terminer parmi les 15 premières au marathon des Jeux olympiques de Tokyo, samedi, à Sapporo. Elmore s'est classée 9e, alors que sa compatriote pointe au 13e rang.

Une fois de plus, la chaleur était au rendez pour cette épreuve qui s’est déroulée sous un soleil de plomb. Elmore et Wodak ont cependant été en mesure de surmonter les effets de la température qui a atteint les 30 degrés Celsius.

Après un bon départ, les Canadiennes ont fait partie du peloton de tête pendant une bonne partie de la course. Elles ont toutefois été décrochées peu avant la mi-parcours. Un groupe de 11 s’est détaché pour prendre les commandes.

Les Canadiennes ont alors parcouru quelques kilomètres ensemble et ont consolidé leur place parmi les 20 premières.

« Ma famille m’a vraiment aidée dans cette course. Je voulais les rendre fiers. Ils m’aident tellement dans mon entraînement. J’ai hâte de les voir! »

— Une citation de  Malindi Elmore, 9e au marathon olympique
Les athlètes courent dans les rues de Sapporo.

L'athlète canadienne Malindi Elmore court le marathon des JO à Tokyo.

Photo : Getty Images / Lintao Zhang

L'athlète de Kelowna a finalement augmenté le rythme dans la dernière portion pour gagner quelques places et se faufiler parmi le top 10. Elle a été la première Canadienne à franchir la ligne d'arrivée après un effort de 2 h 30 min 59 s.

Sa 9e place est le deuxième résultat de l'histoire du pays à cette épreuve. Sylvia Ruegger avait pris le 8e échelon à Los Angeles en 1984.

Je suis tellement heureuse! J’espérais un top 10, car je savais que tout était possible aujourd’hui. C’était tellement dur. J’ai dû puiser dans mes ressources, utiliser tout ce que j’avais, a mentionné Elmore. Je suis restée dans le moment. Je savais que tant que j'avançais, c’était positif. Les 10 derniers kilomètres ont été un test et les coureuses tombaient l'une après l’autre.

Les trois athlètes se parlent et rigolent.

Natasha Wodak et Malindi Elmore félicitent Molly Seidel après le marathon olympique.

Photo : Getty Images / AFP - Giuseppe Cacace

De son côté, Natasha Wodak a suivi à peine quelques secondes plus tard en 2:31:41.

Je voulais un top 20. J’ai bataillé pendant toute la course. Quand j’ai eu mal, j’ai pensé aux conseils de mes entraîneurs. Je veux juste crier! Malindi et moi l’avons fait, c’est notre journée, a dit Wodak, fébrile.

Il fallait exécuter notre plan. Les entraîneurs avaient dit qu’en prenant de l’eau et de la glace à chaque station, ce serait payant à la fin. J’ai dépassé une fille après l’autre et je me suis retrouvée 13e, a ajouté la coureuse en rigolant.

L'autre Canadienne en lice, Dayna Pidhoresky, a été la 73e et dernière compétitrice à rallier l’arrivée. L’athlète de Vancouver a fait preuve de résilience pour finir en 3:03:10.

J’ai terminé cette course! Je voulais courir jusqu’à m’écrouler. J’ai voulu m’arrêter plusieurs fois. Je me disais que plus longtemps je restais, plus j’apprenais. Ces Olympiques ont été si difficiles. J’ai eu une fracture de stress et ensuite le confinement, a souligné Pidhoresky, qui a été en isolement en raison d’un contact avec un cas de COVID-19 dans son vol vers le Japon.

Le but était simplement de terminer. Ce n’était pas le scénario attendu. J’étais en forme il y a un mois, j’étais prête. Je voulais donner le meilleur de moi-même pour le pays. J’aurais voulu plus.

Une lutte serrée pour le podium

La lutte pour la médaille d’or a été féroce. La cadence s'est accélérée au 30e kilomètre, et elles n’étaient plus que huit dans le peloton de tête. À peine quatre bornes plus loin, le groupe s’est réduit à cinq coureuses.

C’est à ce moment que les Kényanes Peres Jepchirchir et Brigid Kosgei ont pris le contrôle de la course. Elles ont travaillé de concert lors des ravitaillements et se sont entraidées pour distancer leurs plus proches rivales.

Elle lève les bras au ciel.

Peres Jepchirchir au fil d'arrivée du marathon olympique

Photo : Getty Images / AFP - Giuseppe Cacace

Jepchirchir a été la plus forte. Elle a été la première à franchir la ligne d’arrivée avec un temps de 2:27:20, devant sa compatriote Kosgei (2:27:36).

L’Américaine Molly Seidel a été la seule à s’accrocher derrière le duo du Kenya. Elle a complété le podium avec un chrono de 2:27:46.