•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle olympique

Soccer féminin : le Canada remporte l'or olympique contre la Suède

Jessie Fleming célèbre son but avec Ashley Lawrence et Vanessa Gilles.

Le but de Jessie Fleming, inscrit avec un tir de pénalité à la 67e minute de jeu, a complètement changé l'allure du match.

Photo : Getty Images / Francois Nel

Radio-Canada

Après s'être contentée de la médaille de bronze aux Jeux de Londres et de Rio, l'équipe canadienne de soccer féminin repartira de Tokyo avec la médaille d'or au cou.

Christine Sinclair et compagnie ont vaincu la Suède par la marque de 1-1 (3-2 t.a.b.), vendredi, au terme d'un match âprement disputé.

Je n'aurais pas voulu gagner l'or avec aucun autre groupe de joueuses. D'accomplir ça avec mes meilleures amies, c'est incroyable. Depuis le temps que j'en rêvais, a dit la capitaine de l'équipe unifoliée.

Je savais qu'on avait ce qu'il fallait pour gagner et on l'a prouvé aujourd'hui. Ces joueuses traverseraient un mur de briques pour leur pays, elles le méritent tellement!

Une citation de :Bev Priestman, entraîneuse-chef de l'équipe canadienne de soccer féminin

On a été audacieuse en affirmant qu'on voulait changer la couleur de la médaille, alors on n'avait pas le choix de le faire, a ajouté la tacticienne britannique.

En temps réglementaire, un tir de pénalité de Jessie Fleming a annulé l'ouverture du score de Stina Blackstenius, qui a mené à une conclusion en tirs de barrage.

La gardienne Stephanie Labbé a effectué deux arrêts, tandis que Julia Grosso a réussi le tir gagnant pour ainsi inscrire son nom dans l'histoire à jamais.

C'est complètement fou! Je suis juste contente qu'on ait gagné, mais je n'ai pas de mots pour exprimer ma fierté, a déclaré l'auteure du but vainqueur.

La médaille est plutôt lourde, mais j'ai hâte de la montrer à mes amis et ma famille. Je n'ai pas encore eu la chance de leur parler, a pour sa part confié Fleming.

Début difficile pour le Canada

Complètement dominées en première mi-temps, les Canadiennes ont su puiser dans leurs réserves pour renverser la vapeur et aller chercher une victoire historique.

Les joueuses de Bev Priestman ont lancé quelques contre-attaques au cours de la première demi-heure de jeu, mais sans réellement inquiéter la gardienne Hedvig Lindahl.

Labbé a dû se signaler pour la première fois à la 17e minute, lorsque Fridolina Rolfö a tenté une frappe enroulée. La gardienne canadienne a calmement plongé à sa droite pour maîtriser le ballon et écarter la menace.

La première véritable chance de marquer des Canadiennes est survenue quatre minutes plus tard, lorsque Nichelle Prince a recoupé au centre avant de frapper un ballon qui est passé tout près du deuxième poteau.

À la 29e, Labbé a rappelé à tout le monde pourquoi elle est la meilleure joueuse canadienne du tournoi olympique en plongeant à sa gauche pour arrêter in extremis une tête croisée de Sofia Jakobsson.

La gardienne de 34 ans a toutefois été impuissante lorsque Stina Blackstenius a redirigé un centre à ras de terre de Kosovare Asllani pour ouvrir le score à la 34e minute.

Complètement anémiques sur le plan offensif, les Canadiennes ont conclu la première période sans aucun tir cadré.

Une équipe transformée

Dans l'espoir d'insuffler de nouvelles idées à son équipe, Bev Priestman a fait sortir Janine Beckie et Quinn à la pause pour les remplacer par Adriana Leon et Julia Grosso. Peut-être signe que le meilleur était à venir, Nichelle Prince a réussi le premier tir cadré des Canadiennes à peine deux minutes plus tard.

À la 65e minute, la défenseuse Amanda Ilestedt a offert un cadeau venu du ciel aux partisans de l'unifolié en fauchant Christine Sinclair dans la surface de réparation.

Comme cela a été le cas contre les Américaines, la jeune Jessie Fleming a pris les espoirs de toute une nation sur ses épaules. L'Ontarienne a une fois de plus répondu aux attentes en envoyant le ballon dans le coin inférieur gauche du filet pour ramener les deux équipes à égalité.

Ce but a complètement changé l'allure du match : Deanne Rose, Ashley Lawrence et Jessie Fleming ont successivement obtenu d'excellentes chances de faire bouger les cordages, mais sans succès.

Les équipes finalistes se sont échangé les chances de marquer pendant le dernier quart d'heure, mais la prolongation a été nécessaire pour les départager.

Preuve que le flambeau est véritablement passé, les Canadiennes ont entamé la prolongation sans leur capitaine Christine Sinclair, remplacée par Jordyn Huitema à la 86e minute.

Les joueuses de Peter Gerhardsson auraient pu clore le débat à la 111e minute, mais la reprise de la tête de Lina Hurtig était hors cadre.

Les Suédoises ont accentué la pression dans les derniers instants du match, mais la forteresse blanche et rouge a tenu le coup.

Un suspense interminable en tirs de barrage

Kosovare Asllani a été la première à s'élancer et sa frappe a été repoussée par le poteau. Pleine de sang froid, Jessie Fleming a ensuite trouvé le fond du filet.

Ashley Lawrence, Vanessa Gilles et Adriana Leon ont successivement raté leur tir, au grand dam des partisans canadiens.

Stephanie Labbé s'est toutefois dressée devant la quatrième tentative suédoise et la capitaine Caroline Seger a raté son tir pour la victoire. Elle a envoyé le ballon nettement au-dessus de la barre transversale.

Deanne Rose a trouvé la lucarne droite pour poursuivre la séance et Labbé l'a remercié en arrêtant un deuxième tir, celui de Jonna Andersson.

Avec la victoire au bout du pied, Julia Grosso a choisi de tirer à la droite de Lindahl. La portière scandinave a plongé du bon côté, mais son poignet n'était pas suffisamment solide pour priver les Canadiennes de la gloire olympique.

Franchement je n'ai pas de mots. C'est ce dont j'ai rêvé hier soir et peut-être que je suis encore en train de rêver. Il me faudra quelques jours avant que la réalité me frappe dans la figure.

Une citation de :Vanessa Gilles, défenseuse de l'équipe canadienne de soccer

Le Canada remporte ainsi le premier titre majeur de son histoire et devient le quatrième pays à mettre la main sur l'or aux Jeux olympiques en soccer féminin après les États-Unis, la Norvège et l'Allemagne.

Déjà un autre objectif en tête

À peine sacrées championnes olympiques, les joueuses n'ont pas hésité à profiter de leur tribune pour souligner que leur sport est peu valorisé au pays.

C'est plutôt remarquable d'avoir réussi ça, sachant qu'il n'y a pas de ligue professionnelle féminine au Canada. Espérons que cette victoire nous permette d'avoir plus de soutien financier pour continuer à briller sur la scène internationale, dit Fleming.

Meilleure buteuse de l'histoire du soccer féminin, Christine Sinclair ne pourrait pas être plus en accord avec sa coéquipière.

Les choses doivent changer. On avait déjà fait deux podiums et rien n'avait changé. Si une médaille d'or ne nous aide pas à implanter une ligue professionnelle, ça n'arrivera jamais, conclut-elle.

Chose certaine, cette victoire devrait transmettre la passion du ballon rond à bien des jeunes Canadiennes et Canadiens. Il reste à voir si le financement suivra.

À ne pas manquer