•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle olympique

Evan Dunfee garde le meilleur pour la fin et s'offre le bronze

Evan Dunfee hurle de joie à la finale au 50 km marche,

Le Canadien Evan Dunfee remporte la médaille de bronze au 50 km marche.

Photo : Getty Images / Clive Brunskill

Radio-Canada

Le Canadien Evan Dunfee a effectué une remontée spectaculaire dans le dernier kilomètre pour s’emparer de la médaille de bronze du 50 km marche aux Jeux olympiques de Tokyo, vendredi, à Sapporo.

Le médaillé de bronze aux mondiaux de 2019 a stoppé le chronomètre à 3 h 50 min 59 s.

Il y a cinq ans, aux Jeux de Rio, il avait conclu au pied du podium au terme d’une épreuve bouleversante. Le Japonais Hirooki Arai avait été disqualifié pour un contact sur le Canadien dans le dernier kilomètre et sa médaille de bronze était alors revenue à Evan Dunfee.

La décision a cependant été portée en appel et a été annulée, ce qui a relégué le Britanno-Colombien à la 4e place.

L’heure était donc à la rédemption. Il se promettait aussi de tout donner en sachant qu'il s'agissait du dernier 50 km de l'histoire des Jeux. Il sera remplacé en 2024 à Paris par une épreuve mixte.

Dunfee s'est installé au sein du peloton de tête dès le début de la course. À mi-parcours, il occupait le 16e rang.

Dawid Tomala s’est quant à lui détaché du groupe après 30 kilomètres. En moins de cinq kilomètres, le Polonais s’est forgé une avance considérable de 1 min 28 s. Pendant ce temps, Evan Dunfee menait le groupe de tête composé d’une dizaine de marcheurs.

Le Canadien a tenté une attaque après 2 h 50 min. Un effort qui ne tiendra que pendant 15 minutes. Il a légèrement distancé les autres compétiteurs avant d’être repris.

De son côté, Tomala n’a fait qu’accélérer pour se placer confortablement en tête. Son avance surpassait les trois minutes avec moins de cinq kilomètres à parcourir. C’est à ce moment que l’énergie dépensée dans sa tentative précédente a semblé manquer à Evan Dunfee, qui a commencé à céder du terrain à ses opposants.

La victoire n’était devenue qu’une formalité pour Tomala, qui a affiché un temps de 3:50:08. L’Espagnol Marc Tur et l’Allemand Jonathan Hilbert luttaient depuis quelque temps pour la 2e place. Dunfee semblait incapable de suivre la cadence. Jusqu’au dernier kilomètre.

Il a puisé dans ses réserves pour se rapprocher de l’Espagnol. Il l’a rattrapé avec un peu plus de 100 mètres à faire et a tenu le coup jusqu'à la ligne d'arrivée.

Si Hilbert a gagné le duel pour se hisser sur la deuxième marche du podium, Dunfee en a surpris plusieurs pour gagner la toute première médaille du Canada à cette épreuve, 51 secondes derrière le vainqueur.

Je suis tellement content. Je ne savais pas ce que mon corps allait me donner dans le dernier kilomètre et j’attendais une réponse. Mes ischiojambiers étaient tendus et refusaient de pousser, a raconté celui qui ne voulait surtout pas revivre la 4e place des Jeux de Rio.

J’ai demandé un dernier effort à la fin et je les ai suppliés pour que je puisse donner tout ce qu’il me restait. Je pensais à mes parents, à mes grands-parents, puis mes ischiojambiers ont débloqué. Mes amis et ma famille, je les ai sentis pousser avec moi à la toute fin.

Une citation de :Evan Dunfee, médaillé de bronze au 50 km de marche
Il crie.

Evan Dunfee après sa course

Photo : afp via getty images / GIUSEPPE CACACE

L’épreuve a été disputée dans le centre-ville de Sapporo, à plus de 800 kilomètres au nord de Tokyo. La chaleur était moins suffocante, mais a néanmoins représenté un défi de taille pour les compétiteurs. Dunfee y a plutôt perçu un avantage.

On a tout fait pour arriver prêts. Je suis entouré de l’équipe la plus formidable. Je déteste ces conditions, c’est pénible et c’est tellement dur! Ça vient chercher absolument tout ce qu’il y a en toi, mais je savais qu’il s’agissait de bonnes conditions pour que j'aie la course de ma vie et cela a été le cas.

Il s’agit de la 19e médaille canadienne aux Jeux olympiques de Tokyo.

Un marcheur en plein effort

Evan Dunfee

Photo : Getty Images / Clive Brunskill

Blessé, Mathieu Bilodeau termine 45e

L'autre Canadien en action, Mathieu Bilodeau, s'est quant à lui classé 45e en 4:20:36.

Celui qui n'avait pas été en mesure de boucler la course à Rio souhaitait franchir la ligne d'arrivée cette fois, coûte que coûte.

Je voulais finir, c’était mon objectif. À 20 km, ça allait bien, mais mon dos a commencé à bloquer. Je ne pouvais plus avoir une technique convenable et on dirait que c’est à partir de ce moment où j’essayais de rester positif, mais les jambes ont commencé à lâcher, a confié le Québécois.

Mon corps a lâché, ce n’est pas compliqué. Je voulais finir, j’ai essayé de me battre. Je sais que ce n’est pas terrible (comme résultat), mais au moins, j’ai fini.

Une citation de :Mathieu Bilodeau, 45e de la marche sur 50 km

Le corps avait peut-être tiré sa révérence, mais il n'était pas question de faire un trait sur le tout dernier 50 km marche des Jeux olympiques.

C'était le dernier et je voulais mon nom sur la liste. Même si le dos ne suivait plus à 20 km, je devais continuer. J’avais écrit à ma conjointe ce matin : "Peu importe ce qui arrive, je le finis, même si je dois le finir sur les genoux!"

La souffrance. Voilà le mot qu'a choisi Mathieu Bilodeau pour résumer sa performance des JO de Tokyo.

Je vais m'en rappeler toute ma vie de celle-là! Je m’attendais à faire mieux. J’avais mis la barre haut, mais ce n’est pas plus grave que ça, a-t-il conclu, très fier de son compatriote Evan Dunfee.

À ne pas manquer