•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle olympique

Andy Anderson fait le spectacle, mais rate la finale

Andy Anderson effectue un saut avec sa planche à roulettes. La planche est en train de virevolter sous l'athlète.

Revoir la performance d’Andy Anderson en qualifications.

Photo : AP / Ben Curtis

Radio-Canada

Il a roulé, glissé, sauté. Il a même dansé sur sa planche à roulettes. Le Canadien Andy Anderson a fait le choix du style et de l'originalité, mais un dernier essai sans faute a été insuffisant pour lui garantir une place en finale de l’épreuve du parc, jeudi, aux Jeux olympiques de Tokyo.

Le Britanno-Colombien de 25 ans a été fidèle à lui-même en qualifications. Les érudits reconnaissent en lui la vieille école de la légende Rodney Mullen, et c’est le spectacle qu’il a offert. À défaut de lutter pour une médaille, Anderson s’est amusé comme il sait si bien le faire sur une planche à roulettes.

C’était tellement amusant, je suis vraiment content d’avoir réussi, a affirmé celui qui rayonnait malgré son élimination.

Après un premier essai interrompu parce que son pied a glissé de la planche, son deuxième aurait pu être son meilleur, n’eût été une vilaine chute. Anderson s’est relevé en bas de « l'île », le promontoire plat trônant au milieu du parc, mais sa planche, elle, était restée en haut. Cet essai raté était quand même bon pour 58,50 points.

Cette île au milieu du parc est construite pour s’exprimer, s’est exclamé le planchiste. Je n’ai jamais vu un parc aussi génial pour les figures libres!

Andy Anderson est étendu au pied d'un promontoire de béton, sa planche à roulettes est en haut.

Le planchiste canadien Andy Anderson a chuté lors de son deuxième essai en qualifications.

Photo : Getty Images / Jamie Squire

Il lui restait une tentative et son troisième essai sera son meilleur. Aucune chute, aucune erreur, mais l’amplitude et la hauteur n’y étaient pas non plus.

Anderson n’a pas effectué les manœuvres et les figures qui lui auraient assuré un maximum de points. Résultat : son pointage de 60,78 à ce troisième essai l'a placé au 16e rang des qualifications sur 20 planchistes. Les huit premiers accédaient à la finale.

Andy Anderson effectue une figure avec sa planche à roulettes.

Andy Anderson épate la galerie

Photo : Getty Images / Jamie Squire

N'empêche, ce résultat n’avait rien pour saper son moral. Anderson est surtout satisfait d’avoir profité au maximum de la vitrine olympique.

Une demi-heure avant, mon plan était différent, a-t-il expliqué. Nous avons fait des changements à la dernière minute spécialement pour [mettre le sport en valeur]. Je suis content de les avoir faits.

Trop fort pour la compétition

La finale de l’épreuve du parc a aussi été une très belle vitrine pour le sport. Il y a quelque chose d’impressionnant à voir ces planchistes rouler à toute allure et réaliser leurs prouesses. Les nombreuses caméras nous font vivre l’action de très près (parlez-en au planchiste australien Kieran Woolley).

Kieran Woolley est penché sur le caméraman, qui est couché sur le dos au sol, les jambes en l'air.

Un Australien fonce sur un caméraman en planche à roulettes

Photo : AP / Ben Curtis

Pour avoir survolé la compétition, la médaille d’or a été décernée à l’Australien Keegan Palmer. Il est le seul à avoir franchi la barre des 90 points. Palmer a réussi l’exploit en finale, et deux fois plutôt qu’une.

Son retentissant 95,83 points, à son troisième essai, lui a assuré le premier titre olympique de l’histoire de cette épreuve, loin devant les autres médaillés, le Brésilien Pedro Barros (86,14) et l’Américain Cory Juneau (84,13).

À ne pas manquer