•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle olympique

La mère d'Andre De Grasse n'a jamais douté qu'il se parerait d'or olympique

Montage de photos de la mère et de son fils

Beverley De Grasse dit qu'elle n'a jamais douté que son fils Andre remporterait l'or au 200 m à Tokyo mercredi.

Photo : La Presse canadienne/Christopher Katsarov, Reuters/Lucy Nicholson

Radio-Canada

Après la première médaille d'or olympique remportée par André De Grasse mercredi, sa mère, Beverley, ressent une fierté à un tout autre niveau.

Le sprinteur de 26 ans de Markham a franchi la ligne d'arrivée du 200 m à Tokyo avec un record canadien de 19,62 s, et sa mère en sourit encore.

Je suis super, super fière et super, super contente, a-t-elle déclaré aux journalistes devant sa maison à Pickering, en Ontario, mercredi après-midi.

J'ai l'impression d'être sur un nuage et je ne sais pas comment redescendre.

Bien que la course ait été serrée (l'Américain Kenneth Bednarek a remporté l'argent avec un temps de 19,68 s), Beverley De Grasse a déclaré qu'elle n'avait jamais douté de son fils.

Elle est souriante devant plusieurs micros.

Beverley De Grasse

Photo : La Presse canadienne / Christopher Katsarov

Il était tellement enthousiaste, tellement heureux. Andre fait de son mieux quand ça compte, a-t-elle ajouté.

La course de sa vie

La victoire de De Grasse marque la première fois en 93 ans qu'un Canadien remporte l'or au 200 m après Percy Williams, en 1928, aux Jeux d'Amsterdam.

Le sprinteur compte désormais cinq médailles olympiques, dont une de bronze au 100 m à Tokyo. Il a remporté une médaille dans toutes les épreuves auxquelles il a participé dans les deux derniers Jeux.

Dans son entrevue d'après-course, Andre De Grasse a déclaré à CBC Sports qu'il s'agissait de la course de sa vie.

Je suis si heureux. Je suis si fier de moi. J'ai enfin réussi. J'ai travaillé dur pour ce moment au cours des cinq dernières années, a-t-il dit.

Andre De Grasse couché sur le drapeau canadien.

Andre De Grasse a mis la main sur sa première médaille d'or olympique, en battant le record canadien du 200 m.

Photo : Getty Images / Rob Carr

Maintenant que son fils a atteint le sommet du sport, Beverley De Grasse n'a pas pu s'empêcher de rire en repensant au moment où Andre lui a dit pour la première fois qu'il voulait essayer l'athlétisme.

Je pensais juste qu'il voulait sécher l'école et s'amuser avec ses amis, a-t-elle raconté avec un sourire.

Accueilli au club des champions

Lorsque Tony Sharpe, ancien athlète olympique canadien et entraîneur-chef à la Speed ​​Academy, a vu De Grasse dans l'une de ses premières courses, il a su qu'il y assistait à quelque chose de spécial. Peu de temps après, De Grasse a commencé à s'entraîner au club d'athlétisme de Pickering.

Lors de sa première compétition provinciale à l'école secondaire et sans entraînement, De Grasse a terminé 5e, s'est rappelé M. Sharpe. Après seulement deux mois d'entraînement, il est allé à une autre compétition qu'il a gagnée.

Alors, qu'est-ce qui distingue De Grasse?

C'est un don de Dieu avec lequel il est né, a assuré Tony Sharpe. C'est le sprinteur le plus talentueux que j'aie jamais observé.

Tony Sharpe et Andre De Grasse

Tony Sharpe et Andre De Grasse (archives)

Photo : Radio-Canada

Il ne fait aucun doute que la dernière victoire de De Grasse a fasciné les Canadiens, comme en témoignent les multiples réactions de fierté sur les médias sociaux.

Le double médaillé olympique Donovan Bailey a déclaré mercredi qu'il était heureux d'accueillir De Grasse au club des champions.

Je suis probablement plus heureux que lui, a-t-il noté. C'est incroyable. C'est un accomplissement tellement incroyable pour Andre, pour sa famille, pour le pays, pour le programme d'athlétisme.

Les médailles d'or suscitent l'intérêt pour le sport

La période est décisive pour le développement du sport au Canada, car peu de personnes peuvent s'y adonner depuis la suspension des compétitions à l'école tout au long de la pandémie de COVID-19, a assuré Helen Manning, présidente du conseil d'administration d'Athlétisme Canada.

Selon elle, la victoire de De Grasse porte l'espoir d'un regain d'intérêt pour l'athlétisme.

Il ne fait aucun doute que chaque fois que nous obtenons une médaille d'or, cela inspire à se dire : "Je veux faire ça", a-t-elle affirmé mercredi.

Avec un peu de chance, De Grasse continuera d'inspirer pour les années à venir. Tony Sharpe et Beverley De Grasse s'accordent à penser qu'Andre a une décennie de sprint au plus haut niveau dans les jambes.

Je pense qu'il devrait avoir au moins deux autres Jeux olympiques en lui, espérons-le, a-t-elle conclu.

Avec les informations de CBC News

À ne pas manquer