•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle olympique

Sports équestres : Mario Deslauriers termine 22e au saut d’obstacles

Le cavalier canadien Mario Deslauriers et son cheval franchissent un obstacle.

Le Canadien Mario Deslauriers sur Bardolina 2 participe au saut d'obstacles individuel aux Jeux olympiques de Tokyo.

Photo : Radio-Canada / Julian Finney

Radio-Canada

Le Canadien Mario Deslauriers et sa monture Bardolina 2 ont bouclé la finale du saut d’obstacles au 22e rang, mercredi, aux Jeux olympiques de Tokyo.

Il s’agit d’une déception pour Deslauriers, qui pointait au 5e échelon la veille au terme des qualifications.

En finale, le cavalier de 56 ans a enregistré un temps de 88 s 51/100 et a reçu 13 points de pénalité.

Mario Deslauriers et son cheval qui sautent un obstacle lors des finales.

Seuls les compétiteurs avec un chrono sous la barre des 88 secondes étaient retenus en vue des barrages. Six athlètes, dont trois Suédois, sont parvenus à cette étape.

Dans un parcours réduit, le Britannique Ben Maher et sa monture Explosion W se sont démarqués avec un chrono de 37,85 s qui leur a permis de remporter la médaille d’or.

Le Suédois Peder Fredricson et son cheval All In (38,02 s), ainsi que le Néerlandais Maikel Van der Vleuten sur Beauville Z (38,90 s) ont mis la main sur les médailles d’argent et de bronze.

Retour aux Jeux après 33 ans d'absence

Pour Mario Deslauriers, il s’agissait d’une troisième participation aux Jeux olympiques, après des présences à Los Angeles, en 1984, et à Séoul, en 1988.

En Californie, il avait pris part à un barrage à trois pour la médaille de bronze au saut d'obstacles individuel. Il avait fini au pied du podium avec sa monture Aramis en solo et en équipe. Quatre ans plus tard, en Corée du Sud, Deslauriers et la formation canadienne de saut d’obstacles avaient encore pris la 4e position.

Les Jeux de Tokyo représentaient un retour au plus haut niveau avec le Canada pour le natif de Saint-Jean, après avoir défendu les couleurs américaines sur la scène internationale de 2009 à 2017.

À ne pas manquer