•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle olympique

Une première ronde de golf à oublier pour Henderson et Sharp

Brooke Henderson est dans le milieu de l'allée centrale. Elle tient son bâton à bout de bras et elle regarde sa balle qu'elle apprête à frapper.

Revoir les faits saillants de la première ronde des golfeuses canadiennes.

Photo : Getty Images / Chris Trotman

Radio-Canada

Si vous consultez le classement des golfeuses, au terme de la première ronde à Tokyo, vous devrez descendre tout en bas pour y trouver les deux Canadiennes. Brooke Henderson et Alena Sharp se sont placées dans une position précaire mercredi. Leur marge de manœuvre s’est drôlement rétrécie.

Henderson et Sharp ont remis des cartes identiques de 74. Elles se retrouvent à égalité au 47e rang (+3) après 18 trous et accusent un retard de huit coups sur la meneuse, la Suédoise Madelene Sagstrom, qui trône à -5.

Les choses n’ont pas tourné comme je voulais, a analysé Brooke Henderson. J’ai bien joué sur le premier neuf.

L’Ontarienne de 23 ans a fait preuve de dynamisme pour décrocher sa médaille olympique. Elle était bien partie avec une belle démonstration de son talent au cinquième trou. Sur une normale 5, un magnifique coup de l’allée a propulsé sa balle sur le vert. Un coup roulé tout aussi inspirant lui a permis d'inscrire un précieux oiselet, mais cela a été son seul.

Le reste de la journée, Henderson a erré dans le désert à chasser ces oiselets, sans succès, un peu comme le coyote qui poursuit en vain l’oiseau bleu trop rapide.

Dès le premier trou, l’Ontarienne de 23 ans a raté son coup roulé et a dû se contenter de la normale. Elle était aussi en bonne position pour l’oiselet au septième, mais elle a frôlé la coupe. Encore une normale.

L’histoire s’est répétée trop souvent pour lui permettre de se maintenir dans le peloton de tête. Au huitième trou, son coup roulé a dévié vers la gauche. Au 10e, il est passé très près de la coupe.

Henderson a encore raté au 12e, puis au 14e. Selon la golfeuse, les verts ne seraient pas le problème, peut-être la façon de les attaquer.

Les verts sont en bonne condition, peut-être qu’on tente trop de les lire.

Une citation de :Brooke Henderson, golfeuse canadienne

Et le désert est devenu un peu plus aride dans la deuxième moitié.

Henderson était toujours dans le coup au 11e trou à -1. Son coup roulé était prometteur, mais la balle a frôlé le bord de la coupe sans y entrer. L’erreur a été coûteuse. Henderson a ainsi enregistré le premier de quatre bogueys, le dernier au 18e fanion.

Le constat fait mal pour les espoirs de médaille. Brooke Henderson a glissé au classement pendant qu'on l’attendait tout en haut. Elle devra tout casser en deuxième ronde jeudi.

J’ai bien frappé la balle, a-t-elle expliqué. Je vais retourner pratiquer sur les verts. Espérons que je pourrai faire beaucoup d’oiselets et remonter.

Elle est accroupie sur le vert en tenant son bâton. Elle regarde sa balle et étudie la situation.

La Canadienne Alena Sharp a connu une deuxième moitié de première ronde en dents de scie.

Photo : AP / Andy Wong

Du désert au fleuve plus ou moins tranquille

L’autre Canadienne en lice, Alena Sharp, devra aussi trouver une façon de réduire son pointage. Sa journée au boulot a donné exactement le même résultat.

Je vais essayer d’être plus dynamique demain, mais pas de façon exagérée.

Une citation de :Alena Sharp, golfeuse canadienne

Elle semblait pourtant en forme avec un oiselet dès le premier trou sur une normale 4 de 404 verges. Mise à part une bévue au troisième fanion, le reste de son premier neuf a coulé comme un long fleuve tranquille. Elle était à la normale à mi-parcours.

Sa journée s’est mise à tanguer au 12e avec un double boguey. Le creux de la vague semblait derrière au trou suivant. Son soupir de soulagement après avoir calé l’oiselet en disait long.

C’est bien d’avoir un rebond positif après une erreur, a-t-elle dit. C’est toujours un sentiment agréable.

L’Ontarienne de 40 ans n’était toutefois pas au bout de ses émotions. Un boguey sur la normale 3 de 168 verges lui a fait perdre du terrain au 16e trou. Encore une fois, elle a rapidement limité les dégâts avec un oiselet au trou suivant. Mais non, ce n’était pas encore terminé.

Un dernier creux de vague l’attendait en fin de parcours.

Sur le vert du 18e trou, un coup de routine semblait sceller l’affaire, mais la balle a flirté avec le bord de la coupe pour mieux repartir dans l’autre direction. Alena Sharp se résignera à un double boguey.

Je crois qu’il y a du positif aujourd’hui, je vais le garder en tête. La première ronde est faite, il faut être meilleure dans la deuxième, a-t-elle conclu.

À ne pas manquer