•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle olympique

Direction les demi-finales pour Laurence Vincent Lapointe et Katie Vincent

Elle rame à bord de son embarcation.

Laurence Vincent Lapointe

Photo : afp via getty images / PHILIP FONG

Radio-Canada

Laurence Vincent Lapointe et Katie Vincent ont réussi leur entrée à l’eau aux Jeux olympiques de Tokyo mercredi. Les Canadiennes ont toutes deux obtenu leur billet pour les demi-finales du C-1 200 m en remportant leur vague du tour préliminaire.

Les épreuves féminines en canoë sont présentées pour une première fois aux Jeux olympiques.

Katie Vincent a dominé sa course au Canal de la forêt de la mer avec un temps de 46 s 391/1000. Elle a mené d’un bout à l’autre.

Aujourd'hui, c'était surtout d'être de la première épreuve féminine olympique de tous les temps, a souligné l’Ontarienne de 25 ans, visiblement émue. C'est un gros moment. Je suis juste vraiment contente d'être ici et j'ai eu beaucoup de plaisir, a-t-elle ajouté, les larmes aux yeux.

Les célébrations devront attendre selon Vincent, qui vise d'autres bons résultats. N'empêche, il s'agit d'un moment marquant qu'elle n'oubliera pas de sitôt. On est enthousiastes et honorées de faire partie de cette équipe et de porter le flambeau pour toutes les générations futures.

Je suis tellement reconnaissante pour tout le travail qui a été fait. Ç'a pris plusieurs décennies! De prendre part à ce moment important pour le sport féminin, c'est un honneur et j'en suis très fière.

Une citation de :Katie Vincent

Quelques instants plus tard, Laurence Vincent Lapointe a imité sa compatriote. Sextuple championne du monde à cette épreuve et détentrice du record du monde, elle a stoppé le chronomètre à 45,408 s pour devancer toutes ses adversaires.

Honnêtement, je pense que ça s'est bien passé! Je suis excitée à l'idée de faire encore mieux lors des prochaines courses, a-t-elle mentionné. Pour la première fois, j'ai eu la chance de courir aux Olympiques. C'était difficile et c'était très stressant, mais je pense que j'ai bien géré ma course et la nervosité.

Il s’agit de sa première présence sur la scène internationale en deux ans, puisqu’elle avait été provisoirement suspendue pour dopage. Elle a été blanchie en 2020, puis la pandémie et le report des Jeux olympiques de Tokyo ont reporté son retour à la compétition.

Tenue à l'écart des compétitions, Vincent Lapointe en a profité pour peaufiner sa préparation mentale, notamment afin d'ignorer toutes les distractions qui l'entourent. Un objectif qu'elle a atteint mercredi et qui l'a aidée à l'emporter.

J'ai beaucoup travaillé à rester concentrée seulement sur mon bateau et sur ce qui se passe dans mon couloir. J'ai bien coursé. Je suis partie très centrée sur mon bateau. Je pense que j'ai eu un bon départ parce que j'ai eu l'impression de dépasser les filles autour de moi. J'ai poussé jusqu'à la fin en m'assurant de ne pas me faire déconcentrer par les autres qui pouvaient remonter.

Tout donner du début à la fin. Une stratégie simple, mais qui a fait ses preuves par le passé et qui restera la même en vue des autres course de 200 m.

Au 200 m, je ne peux pas me permettre de changer mon plan d'une course à l'autre parce que c'est trop court. Je vais faire le même plan que d'habitude (en demi-finales). Faire un bon départ, bien ramer techniquement à la mi-parcours et pousser jusqu'à la fin en restant concentrée sur mon embarcation.

L’Américaine Nevin Harrison a été la plus rapide du tour préliminaire grâce à un temps de 44,398 s.

Seules les deux premières de chaque vague ont eu droit à un laissez-passer pour accéder directement aux demi-finales, disputées jeudi.

Matveev et Russell aussi en demi-finales

Un peu plus tard, le Canadien Nicholas Matveev s’est qualifié pour les demi-finales du K-1 200 m. Quatrième de sa course au tour préliminaire, il a fini 2e de sa vague des quarts de finale derrière le Sud-Coréen Cho Gwang-hee.

Marc De Jonge a quant à lui pris le 3e rang de son départ et n'a pu poursuivre sa route. Aux dires du principal intéressé, cette course pourrait bien être la dernière de sa carrière à cette épreuve.

Il s’agissait de mes premières courses internationales en plus de deux ans, alors il y avait pas mal de rattrapage à faire. Je sens que j’ai bien exécuté, mais la vitesse n’y était simplement pas. Plus tôt dans ma carrière, j’étais capable de passer à la vitesse supérieure, mais ça ne semble plus être le cas, a expliqué le médaillé de bronze aux JO de Londres.

Ému, le vétéran de 37 ans a aussi profité de l’occasion pour livrer un message bien spécial à son jeune fils, Max.

Je t’aime, Max! J’espère que tu pourras accomplir de grandes choses quand le temps viendra. Ta mère et moi sommes fiers de toi et nous t’aimons de tout notre cœur.

Une citation de :Mark De Jonge

Mark De Jonge prendra part à sa dernière épreuve olympique, vendredi, dans les qualifications en K-4 500 m.

De son côté, Michelle Russell a mis la main sur son billet pour les demi-finales au K-1 500 m. Elle a été forcée de passer par les quarts de finale, où elle est parvenue à enregistrer le 3e temps. Plus tôt cette semaine, la Néo-Écossaise a terminé 4e de la finale B au K-1 200 m pour se classer 14e, à égalité avec la Serbe Milica Novakovic. Andréanne Langlois a quant à elle pris le 9e rang.

Finalement, les kayakistes Brian Malfesi et Vincent Jourdenais seront de la finale B du K-2 1000 m. Le duo canadien a d'abord dû se contenter du 6e et dernier rang de sa vague en début de journée. Sa 4e place en quarts de finale n'a pas suffi pour atteindre les demi-finales.

À ne pas manquer