•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle olympique

Les espoirs des volleyeurs canadiens s'éteignent en quarts de finale

Nicholas Hoag se fait réconforter par son coéquipier suite à leur défaite face à la Russie aux Jeux olympiques de Tokyo.

Le ROC marque la fin du parcours olympique pour les Canadiens en quarts de finale en remportant les trois manches 25-21, 30-28 et 25-22.

Photo : afp via getty images / YURI CORTEZ

Radio-Canada

À l’image de leur tournoi, les volleyeurs canadiens ont connu un match en dents de scie, mardi, en quarts de finale des Jeux olympiques de Tokyo. Leur manque de constance n'a pas pardonné face à leurs opposants du Comité olympique russe (ROC), qui les ont forcés à plier bagage avec une victoire en trois manches de 25-21, 30-28 et 25-22.

La formation canadienne avait atteint les quarts de finale de justesse et devait maintenant faire face à une équipe classée 3e dans le monde.

Les gros canons du ROC se sont montrés très menaçants dès les premiers instants du match. Ils ont pris l'avance 8-3 et ont incité les Canadiens à demander un temps d’arrêt. Les conseils de l’entraîneur-chef Glenn Hoag ont semblé porter leurs fruits et Ryan Sclater a aidé l’unifolié à réduire l’écart à 9-8 à la reprise.

Ce n'était pas suffisant pour ébranler le Comité olympique russe, qui a vite fait de se redonner une avance de cinq points. Quatre as lui ont notamment permis de remporter la première manche.

À leur propre jeu

Sans surprise, le bloc du Comité olympique russe a donné du fil à retordre à l’attaque canadienne. Meilleure formation du tournoi à ce chapitre, le ROC a érigé un mur devant le filet, mais les Canadiens ont fait preuve de combativité.

Ils ont choisi de combattre le feu par le feu, puis le mur a commencé à s’effriter. Leur succès au contre a été supérieur en deuxième manche et a contraint leurs adversaires à commettre plusieurs erreurs.

Les athlètes du Comité olympique russe ont plié, mais ils n’ont pas cassé.

Ils ont doublé leur avance à leur sixième balle de manche. Un résultat qui a porté un dur coup à la troupe de Glenn Hoag.

Autre chapitre, même histoire

À l’instar de la première manche, le Comité olympique russe a profité de son vigoureux service pour distancer ses adversaires. En retard 15-20, les joueurs canadiens, menés par Ryan Sclater et le capitaine Gord Perrin, ont tout fait pour s'accrocher.

C’est toutefois l’expérience du vétéran Maxim Mikhaylov qui a parlé en fin de rencontre. À ses quatrièmes Jeux olympiques, l’athlète de 2,02 m (6 pi 8 po) a réussi cinq points et a aidé son équipe à atteindre les demi-finales.

Les athlètes du Comité olympique russe ont conclu ce duel avec pas moins de huit as, deux fois plus que les Canadiens.

On voulait le podium, mais les Russes ont mis tellement de pression sur nous aujourd’hui et ç’a été long avant qu’on trouve des réponses […] Quand ils jouent de cette façon et réussissent à installer leur bloc, c’est très difficile de marquer contre eux, a mentionné Nicholas Hoag, auteur de 10 points. C’était difficile, mais on s’est battus jusqu’à la fin et il n’y a pas de regrets après des matchs comme celui-là.

Le Canada avait terminé le tour préliminaire au 4e rang du groupe A avec deux victoires et trois revers. Une fiche qui lui avait octroyé le dernier billet disponible pour les quarts de finale.

L'équipe du ROC affrontera en demi-finales le Brésil, vainqueur du Japon 25-20, 25-22 et 25-20 dans son quart de finale.

L'autre demi-finale opposera l'Argentine au gagnant du duel entre la France et la Pologne. La formation sud-américaine s'est difficilement défaite de l'Italie en cinq manches de 21-25, 25-23, 25-22, 14-25 et 15-12.

« La meilleure équipe canadienne que j'ai entraînée »

Nicholas Hoag participait à ses deuxièmes Jeux olympiques et compte bien être de retour pour ceux de Paris en 2024. Les Jeux de Tokyo ont toutefois été ses derniers sous la gouverne de son père, qui a dirigé sa dernière partie avec l'équipe nationale.

C'est spécial parce que je sais que Glenn ne sera pas là la prochaine fois. Il a tout donné en tant qu’entraîneur, a-t-il confié. C’est un honneur, un privilège de représenter mon pays et ma famille. J’ai profité de chaque moment aujourd’hui. C’était très émotif, mais c’était merveilleux.

Une dernière rencontre derrière le banc de la formation canadienne. C'est justement ce que prévoyait Glenn Hoag après les JO de 2016. Un départ de courte durée puisqu'il a dû effectuer son retour après la démission de son successeur, Stéphane Antiga. Il a bien voulu venir en renfort, car l'équipe se retrouvait dans une position délicate en plein processus de qualification olympique.

C'est la meilleure équipe canadienne que j'ai entraînée, a dit Glenn Hoag, qui a également lancé des fleurs à l'ensemble du personnel.

C'est sûr que c'est une déception. Les joueurs se sont préparés pendant plusieurs années pour ce moment et voulaient vraiment cette médaille. Je suis déçu pour eux, mais c'est un honneur pour moi. J'ai beaucoup de respect pour ce qu'ils ont fait.

Autres résultats de quarts de finale :

  • Victoire du Brésil contre le Japon 25-20, 25-22, 25-20
  • L'Argentine l'emporte sur l'Italie 21-25, 25-23, 25-22, 14-25, 15-12
  • La France surprend la Pologne 21-25, 25-22, 21-25, 25-21, 15-9

À ne pas manquer