•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle olympique

Andréanne Langlois 9e en finale du K-1 200 m

Andréanne Langlois est dans son kayak et pagaie, la moitié gauche de sa pagaie est dans l'eau.

Revoir la course d’Andréanne Langlois en finale.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Radio-Canada

« Je peux dire que je suis de classe A, je suis quand même contente », s’est exclamée Andréanne Langlois après sa finale olympique. La kayakiste québécoise se souviendra longtemps de ce 3 août 2021.

Le résultat de la grande finale du K-1 200 m ne reflète pas l’exploit qu’elle a accompli. Neuvième et dernière, elle reconnaît qu’elle aurait pu faire mieux. Son départ a été laborieux, contrairement à son habitude.

C’est 200 mètres, il n’y a pas de place à l'erreur. J’ai manqué quelques coups qui m’ont coûté au moins une seconde, a analysé Langlois. C’est malheureux, mais je suis contente de m’être rendue en grande finale.

La voilà, sa victoire : pagayer en finale du plus grand rendez-vous sportif international. Si vous lui aviez dit, il y a trois ans, qu’elle réussirait cet exploit, vous aurait-elle cru? Probablement pas.

Andréanne Langlois revient de très loin. Elle a elle-même ouvert son cœur sur son année 2018 lorsqu'elle a touché le fond. Son épuisement, son état mental, son état physique. Me sortir la tête de l’eau n’a pas été facile, confiait-elle à Radio-Canada, il y a 18 mois à peine.

Alors oui, elle se souviendra longtemps de ce 3 août 2021, journée où elle s’est mesurée à la crème. Parions que même la grande championne néo-zélandaise Lisa Carrington, qui a remporté l’or, l’aura à l’œil la prochaine fois.

J’ai peut-être surpris quelques personnes qui ont peut-être dit : “Qui est-elle?”

Une citation de :Andréanne Langlois, kayakiste canadienne

J’ai démontré ce que je peux faire, a-t-elle ajouté. Si vous voulez voir cette grande démonstration de force, regardez sa demi-finale. Andréanne Langlois voulait pagayer la course de sa vie et elle a réussi. Elle s'est qualifiée pour la finale par la grande porte.

À bord de son kayak, Andréanne Langlois a l'air surprise et contente. Elle a la bouche ouverte et sa main droite est sur son coeur.

Andréanne Langlois se qualifie à la finale du K1 200 m féminin

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Comme elle s’est si bien reconstruite depuis trois ans, la Québécoise peut maintenant bâtir sur cette 9e place et se concentrer sur le reste de ses Jeux olympiques. On la reverra en compétition vendredi au K-4 500 m.

Construire pour la suite

Le nom de l’épreuve le dit, elles sont quatre dans le kayak. Andréanne Langlois joindra ses efforts à ceux d’Alanna Bray-Lougheed, de Madeline Schmidt et d’une dernière, la Néo-Écossaise Michelle Russell, qui sera très bien préparée.

Comme Langlois, Russell peut aussi bâtir sur sa performance en solo au 200 m. Elle a fini à égalité au 4e rang de la finale B, mardi, ce qui la place à égalité au 13e échelon au classement cumulatif.

Michelle Russell arrête de pagayer après avoir complété une de ses courses.

Michelle Russell termine 14e au K1 200 m féminin

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

La course a très bien été, a affirmé Michelle Russell. Je n’ai pas terminé. Je me concentre plus sur le 500 m [en K-1] [...] Je vais transposer ce que j’ai réussi ici au 500 m.

L’épreuve du 500 m en solo commencera mercredi. Ensuite, Russell passera en mode quatuor. On verra si le vent qui a fouetté tous les kayakistes jusqu’ici propulsera les Canadiennes jusqu'au podium.

Une autre finale enlevante

Parlant de vent, Roland Varga et Connor Fitzpatrick en espéraient beaucoup pour la finale, car le vent est leur principal partenaire d’entraînement.

Leur souhait a été exaucé, et les Canadiens ont offert une performance soufflante dans leur baptême du feu en finale olympique.

Nous sommes venus sans attentes, sans peur, et nous avons été à la hauteur, a lancé l’Ontarien Roland Varga. J’étais content de me rendre en finale, tout le reste est un boni.

Connor Fitzpatrick et Roland Varga pagaient, chacun de leur côté du canoë, en pleine course.

Le tandem canadien Fitzpatrick/Varga termine 6e à la finale du C2 1000 m

Photo : AP / Kirsty Wigglesworth

Le duo canadien a conclu au 6e échelon de la grande finale du C-2 1000 m. Il s’est maintenu dans le peloton de tête de l'ultime course. Plus tôt, il avait réussi un superbe parcours en demi-finales.

Tu veux toujours finir à la meilleure position possible, mais on ne peut pas être fâchés, a dit le Néo-Écossais Connor Fitzpatrick. Je suis content [...] de ce que nous avons accompli.

Les téléspectateurs ont été tenus en haleine jusqu'à la toute fin. L'équipage chinois semblait se diriger vers la médaille d'or, mais la formation cubaine est venue remporter le titre olympique au fil d'arrivée. Un équipage allemand a obtenu le bronze.

Seulement 620 millièmes de seconde séparent les trois premières positions. Les Canadiens Varga et Fitzpatrick ont arrêté le chronomètre à un peu plus de cinq secondes des champions.

À ne pas manquer