•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle olympique

L'athlète bélarusse Krystsina Tsimanouskaya reçoit un visa humanitaire polonais

La sprinteuse est à l'extérieur de l'ambassade avec sa valise à la main.

Krystsina Tsimanouskaya

Photo : afp via getty images / YUKI IWAMURA

Agence France-Presse

L'athlète bélarusse Krystsina Tsimanouskaya, qui a participé aux Jeux de Tokyo et dit se sentir menacée de rentrer de force dans son pays, ira plutôt en Pologne après qu'on lui eut accordé un visa humanitaire.

La sprinteuse est arrivée à l’ambassade polonaise de la capitale japonaise lundi.

Le vice-ministre polonais des Affaires étrangères, Marcin Przydacz, a confirmé la nouvelle sur Twitter, disant que Krystsina Tsimanouskaya est déjà en contact direct avec des diplomates polonais à Tokyo.

Elle a reçu un visa humanitaire. La Pologne fera tout le nécessaire pour l'aider à poursuivre sa carrière sportive, a-t-il écrit sur le média social.

La Bélarusse est en sécurité dans l'enceinte de notre ambassade à Tokyo, a précisé M. Przydacz à la chaîne d'information TVN24.

La Pologne offre son soutien aux citoyens bélarusses qui, pour des raisons politiques, souhaitent quitter le territoire bélarusse ou ne veulent pas retourner au Bélarus, a-t-il ajouté.

Selon des responsables du ministère des Affaires étrangères, cités par des médias polonais, Krystsina Tsimanouskaya pourrait voyager vers la Pologne cette semaine.

La Pologne, la République tchèque et la Slovénie avaient toutes proposé d'accueillir l'athlète.

Le mari de Tsimanouskaya, Arseni Zdanevitch, a par ailleurs indiqué à l’AFP avoir rejoint l'Ukraine à cause du conflit entre son épouse et les autorités bélarusses.

Je pense qu’au Bélarus, on ne serait pas en sécurité. Je me trouve en territoire ukrainien, et je prévois de retrouver ma femme, a-t-il dit.

À ne pas manquer