•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle olympique

Crystal Emmanuel s’arrête en demi-finales au 200 m

La sprinteuse court devant deux rivales à l'épreuve du 200 m des Jeux de Tokyo.

La Canadienne Crystal Emmanuel

Photo : Associated Press / Petr David Josek

Radio-Canada

La sprinteuse canadienne Crystal Emmanuel n’a pu obtenir sa place en finale du 200 m, lundi, aux Jeux de Tokyo. Elle a terminé 6e de sa vague des demi-finales.

Après avoir enregistré son meilleur chrono de la saison (22 s 74/100) sur la distance plus tôt en journée, lors des qualifications, l’Ontarienne de 29 ans a dû se contenter d’un temps de 23,05 s en soirée.

Elle a conclu au 18e rang. Aux Jeux de Rio, en 2016, elle s’était classée 23e.

Importunée par une douleur à une hanche, la Canadienne a choisi de ralentir un peu la cadence en fin de course.

Je devais écouter mon corps. Je voulais faire une bonne demi-finale, mais malheureusement, je n’ai pas été capable, a expliqué Emmanuel. Je l’ai sentie [la douleur] dès l’échauffement. Mais après, j'étais vraiment bien. Je n’ai pas pu compter sur un corps en santé aujourd’hui. Je suis un peu déçue.

Crystal Emmanuel terminant sa course en criant.

Crystal Emmanuel éliminée en demi-finale du 200 m

Photo : Getty Images / Ryan Pierse

Médaillée d’or au 100 m samedi, Elaine Thompson-Herah a enregistré le temps le plus rapide des qualifications, soit 21,66 s. Il s’agit d’un record personnel pour la Jamaïcaine, championne olympique en titre du 200 m.

Sa compatriote Shelly Ann Fraser-Pryce (22,13 s), médaillée d’argent au 100 m, a aussi dominé sa vague de demi-finales et a conclu avec le 6e temps.

La Namibienne Christine Mboma (21,97 s) est la seule autre athlète à avoir franchi la distance en moins de 22 secondes.

La finale de l’épreuve sera présentée mardi.

Pas de finale pour Watson au 400 m haies

Parmi les autres Canadiens en action au stade olympique de Tokyo, Sage Watson a été éliminée en demi-finales du 400 m haies.

Sous une forte pluie, l’Albertaine a pris le 5e rang de sa vague avec un chrono de 55,51 s, bon pour le 13e rang au cumulatif.

L'Américaine Dalilah Muhammad l'a emporté avec le deuxième temps des qualifications, soit 53,30 s. Sa compatriote Sydney McLaughlin (53,03 s) a réussi le temps de référence.

Je suis sortie avec force et j’ai attaqué. Mais ça s’est moins bien passé dans les 100 derniers mètres. Je n’ai pas réussi mon objectif, c’est sûr, a déclaré Watson. La pluie n’a pas eu d’impact sur mon chrono. Ç'a été un facteur à prendre en considération, mais ça n'a pas dérangé tant que ça.

Aux Jeux de Rio, Watson avait conclu l’épreuve au 11e rang. Elle avait également aidé le relais féminin à terminer 4e du 4 x 400 m.

J’aurais aimé mieux faire aujourd’hui, a poursuivi l'Albertaine de 27 ans. Mais le parcours continue avec le 4 x 400 m. On vise une médaille, donc je ne peux pas me permettre d’être trop déprimée après cette performance, car il y a autre chose qui nous attend.

Hughes obtient une 6e place

En finale du 3000 m steeple, l'Ontarien Matthew Hughes a pris la 6e place grâce à un temps de 8:16,03. Il s’agit du meilleur résultat jamais enregistré par un Canadien dans cette épreuve.

Le Marocain Soufiane El Bakkali, médaillé de bronze aux mondiaux de 2019 et d’argent à ceux de 2017, a été couronné après avoir arrêté le chrono à 8:08,90 s. L’Éthiopien Lamecha Girma (8:10,38) et le Kényan Benjamin Kigen (8:11,45) ont complété le podium.

Le Canadien Matthew Hughes est à la ligne de départ et s'apprête à courir le 3 000m steeple.

C’était probablement l’une des courses de steeple les plus ouvertes depuis longtemps, a remarqué Hughes. Il y avait encore les meilleurs en avant, mais beaucoup de choses se sont passées dans les vagues de qualifications. Je savais que je pouvais bien performer.

J’ai raté l’échappée, mais j’ai réussi à rattraper quelques coureurs dans le dernier tour [...] Mon entraîneur m’avait dit de rester patient et de me garder des munitions pour la fin, a indiqué le Torontois, satisfait de sa prestation.

Également du départ, le Britanno-Colombien John Gay (8:35,41) a conclu en queue de peloton, au 15e échelon. L’athlète de 24 ans en était à ses premiers Jeux olympiques. Pour sa part, Hughes s’était classé 10e à Rio.

En finale du 5000 m, l’Ontarienne Andrea Seccafien a pris le 15e et dernier rang avec un chrono de 15:12,09. La Néerlandaise Sifan Hassan (14:36,79 s) l’a emporté devant la Kényane Hellen Obiri (14:38,36) et l'Éthiopienne Gudaf Tsegay (14:38,87).

Une Canadienne en finale du saut à la perche

Enfin, la Canadienne Anicka Newell a obtenu son billet pour la finale du saut à la perche. Elle fait partie des sept athlètes qui se sont qualifiées après avoir réussi un saut de 4,55 mètres.

Anicka Newell passe par-dessus la barre après avoir exécuté un saut.

Anicka Newell a rendez-vous en finale

Photo : Getty Images / Cameron Spencer

Sa compatriote Alysha Newman a raté ses trois sauts en qualifications et est éliminée. L’Ontarienne de 27 ans, qui avait terminé 17e à Rio et 5e aux derniers mondiaux, était incommodée par une blessure à une cheville.

En venant ici, tu veux être à ton mieux et ne laisser tomber personne. Il y a toute cette équipe qui travaille avec toi et qui consacre tellement de temps pour que tu réussisses, a expliqué Newman, en larmes. C’est dur pour moi d’être ici et de sentir que mon corps n’est pas à son mieux [...] Nous savons qu’il y a un bel avenir et qu’il y a plus à venir. Mais c’est l'un de ces moments qui brisent le cœur.

La finale féminine du saut à la perche sera présentée jeudi.

Elle tient sa perche à deux mains et se concentre en regardant devant elle.

La perchiste canadienne Alysha Newman a connu une dure journée, lundi, aux Jeux de Tokyo.

Photo : afp via getty images / ANDREJ ISAKOVIC

À ne pas manquer