•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle olympique

Les soeurs Stafford en demi-finales du 1500 m

Lucia Stafford regarde au loin et semble surprise, la bouche ouverte et les mains sur les joues.

Revoir les faits saillants des qualifications du 1500 m.

Photo : Getty Images / Ryan Pierse

Radio-Canada

« Quand je l’ai vue gagner sa course, j’ai dit : “C’est le jour Stafford!” » De quoi était-il fait, ce jour Stafford? De courses, de dépassement de soi, de fierté, et il se poursuivra mercredi en demi-finales du 1500 m.

Ma soeur est magnifique, elle relève toujours la barre, a poursuivi Lucia Stafford. Gabriela DeBues-Stafford a été la première à la placer plus haut, cette barre.

En position de tête du début à la fin, elle a dominé la première vague de qualifications avec un chrono de 4 min 3 s 70/100. Elle s’est donc facilement qualifiée pour les demi-finales. Le jour Stafford s’amorçait du bon pied.

J’ai décidé de prendre cette position pour avoir plus de contrôle sur la course, je suis satisfaite, a expliqué Gabriela DeBues-Stafford, heureuse de sa journée. C’est amusant, c’est vraiment extraordinaire. C’est rare d’avoir sa petite soeur aux Olympiques avec toi. Je suis très fière d’elle.

Gabriela DeBues-Stafford court devant le peloton de toutes les coureuses, qu'on voit de côté sur la piste.

La Canadienne Gabriela DeBues-Stafford (à l'extrême droite) a couru en tête de sa vague de qualifications.

Photo : Getty Images / Ezra Shaw

Lucia Stafford entrait en piste quelques minutes plus tard, dans la troisième vague, pour son premier grand rendez-vous international.

J’étais très nerveuse et j’avais peur, mais je me suis dit : “Elle peut le faire, pourquoi pas moi?”

Une citation de :Lucia Stafford, coureuse canadienne

Effectivement, elle pouvait le faire aussi. Elle l’a prouvé de façon magistrale, mais l’effort a aussi été magistral.

C’est fantastique, c’était très difficile, a dit Lucia Stafford en cherchant toujours son souffle. Dans le dernier tour, ça faisait mal. J’étais fatiguée, mais je ne me suis pas retenue.

En 7e position avec quelques dizaines de mètres à faire, elle n’avait pas le choix de courir comme si sa vie en dépendait. En fait, c’est sa vie olympique en terre japonaise qui en dépendait.

Lucia Stafford a été incapable de rattraper les six premières coureuses, qui se qualifiaient automatiquement pour les demi-finales. Mais le jour Stafford n’allait pas se terminer ainsi.

C’était le jour parfait pour établir son record personnel, un record payant pour l’estime de soi et pour le parcours olympique. Avec un chrono de 4:03,52, le jour Stafford s’est conclu sur un coucher de soleil à couper le souffle. Lucia est l'une des six coureuses repêchées pour les demi-finales.

La coureuse par terre sur la piste.

Elle chute, se relève et gagne sa course

Photo : Getty Images / Michael Steele

Tomber pour mieux se relever

Si tout va comme prévu pour les Pays-Bas, il y aura plusieurs jours Sifan Hassan à Tokyo. Ce lundi aura été un prologue pour celle qui vise un triplé inédit 1500, 5000 et 10 000 m. La deuxième vague de qualifications a montré comment la Néerlandaise incarne celle qui se relève, plus forte et plus redoutable.

Une coureuse kényane l’a entraînée dans sa chute, quelques secondes après la cloche du dernier tour. Loin d’être abattue, Sifan Hassan s’est relevée, littéralement, et les autres coureuses doivent encore se demander ce qui s’est passé. En moins de 400 mètres, elle a rattrapé puis a dépassé tout le peloton pour remporter la vague.

Elle se trouve dans un peloton de coureuses.

La Canadienne Natalia Hawthorn (au centre) a été éliminée en qualifications au 1500 m.

Photo : La Presse canadienne / Leah Hennel

Une Canadienne éliminée

La journée ne peut pas être parfaite pour tout le monde, parlez-en à la Canadienne Natalia Hawthorn qui courait aussi dans cette deuxième vague. Elle a elle-même failli perdre pied dans un incident différent. Elle a maintenu son équilibre de justesse.

Je ne sais pas si ça m’a ralentie, a expliqué Natalia Hawthorn. L’impact a été plus au niveau mental qu’au niveau physique. J’ai essayé de rester positive.

Natalia Hawthorn était 6e avec moins de 200 mètres à faire, mais elle a franchi la ligne d’arrivée 10e. Son chrono de 4:08,04 a été insuffisant pour être repêchée. Elle est donc éliminée.

J’ai essayé de rester calme et de me pousser au maximum. J’ai fait de mon mieux. Je suis contente d’avoir tout laissé sur la piste, a-t-elle conclu.

À ne pas manquer