•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle olympique

Katerine Savard « très fière » de ses JO de Tokyo

Katerine Savard en entrevue

La nageuse Katerine Savard a réalisé un rêve en participant aux Jeux olympiques.

Photo : Radio-Canada

La nageuse originaire de Pont-Rouge Katerine Savard s'apprête à quitter la bulle olympique de Tokyo pour revenir à Québec et profiter d’un repos bien mérité.

L'athlète, médaillée de bronze à Rio en 2016, dresse un bilan positif de ses troisièmes Jeux.

C’est sûr qu’il y a des petites choses que j’aurais aimé faire mieux, affirme la nageuse, ajoutant qu’en général, je suis quand même très fière de moi.

J’ai réalisé pas mal plus que ce que je pensais réaliser au cours des dernières années.

Une citation de :Katerine Savard

Katerine Savard a participé aux demi-finales du 100 m papillon après avoir inscrit le 5e temps de sa carrière, une performance de 57,51 s qu’elle n’avait jamais égalée en six ans.

Elle a par la suite pris part au 4 x 100 m quatre nages aux côtés de Javier Acevedo, Gabe Mastromatteo et Rebecca Smith. L'équipe a terminé en 13e position.

Margaret Mac Neil vue du fond de la piscine au 100 m papillon.

Margaret Mac Neil et Katerine Savard se sont qualifiées pour les demi-finales des Jeux olympiques de Tokyo. L'équipe du 4 x 100 m s'est qualifiée pour la finale.

Photo : Getty Images / Maddie Meyer

Le Canada parmi les meilleures nations en natation

Katerine Savard revient chez elle sans médaille au cou, mais avec la fierté d’avoir participé à l’émergence d’une élite canadienne.

Dans les dernières années, Natation Canada a montré qu’on est rendus dans les meilleurs au monde et on garde cette position-là d’année en année. Je pense qu’on peut être très fiers de ce qu’on réalise.

Une citation de :Katerine Savard

Ces Jeux olympiques avaient une saveur bien particulière pour Katerine Savard, qui a dû surmonter, il y a 6 ans, la déception de rater les qualifications aux essais canadiens dans son épreuve de prédilection, le 100 m papillon, pour Rio.

Elle sourit à la caméra avec sa médaille autour du cou avec trois de ses équipières.

Katerine Savard (à gauche) célèbre sa médaille de bronze aux Jeux olympiques de Rio en 2016.

Photo : Reuters / David Gray

Puis, elle a dû affronter et vaincre des mois de remises en question personnelles quant à sa place dans un sport qu’elle avait tant aimé, et qui lui avait permis de décrocher une médaille en 2016.

À Tokyo, la compétition l’attendait. Le public, lui, brillait par son absence.

Pour les non-spectateurs, je pense qu’on avait été quand même préparé à ça, explique la nageuse. On a eu les qualifications olympiques qui avaient été sans spectateur, donc on avait une certaine expérience.

Mine de rien, ils ont quand même réussi à recréer l’ambiance de course. On ne le voyait pas beaucoup, qu’il n’y avait pas de spectateurs.

Une citation de :Katerine Savard

L’absence de la famille et des proches, cependant, était plus notable. J’avais des contacts avec eux tous les jours, et je suis certaine qu’ils me regardaient à la télévision, ajoute l’athlète. Je les avais quand même derrière moi!

Un bref repos avant de replonger

Quelques jours de repos attendent Katerine Savard à son retour à la maison. Elle retrouvera bien vite la compétition. Elle fera partie de l’équipe Cali Condors dans la Ligue internationale de natation, mise en place il y a deux ans.

Quant à une quatrième participation olympique à Paris, en 2024, l’athlète attend d’abord de revenir de Tokyo avant de se prononcer.

Je ne suis pas encore certaine de ce qui va m’arriver dans les prochaines années, confie-t-elle. Probablement que ce sont mes derniers Jeux, mais ce n’est pas la fin de la compétition pour moi. Dès septembre, je participe à la Ligue internationale de natation. Je vais prendre quelques journées de repos et puis après, je reprends l’entraînement.

Avec les informations de Jérôme Bergeron

À ne pas manquer