•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle olympique

Volleyball : une défaite pour les Canadiens avant les quarts de finale

Avec un regard déterminé, Nicholas Hoag frappe le ballon alors que deux autres joueurs canadiens le regardent et qu'un joueur polonais tente de bloquer le coup.

Revoir les faits saillants du match entre le Canada et la Pologne.

Photo : Getty Images / Toru Hanai

Radio-Canada

Malgré une défaite contre la puissante Pologne, no 2 du monde, dimanche, le Canada est assuré d'un billet pour les quarts de finale dans le tournoi olympique de volleyball masculin à Tokyo.

Les Canadiens terminent au 4e rang du groupe A, le dernier donnant accès au tour éliminatoire, qui commence mardi.

Ils doivent maintenant attendre la fin du tour préliminaire, plus tard dimanche, pour connaître l’identité de leurs prochains adversaires.

Les Canadiens devront rapidement oublier leur dernier match du tour préliminaire. Ils n’ont jamais vraiment inquiété les Polonais, qui l’ont emporté en trois manches de 25-15, 25-21 et 25-16. L’entraîneur-chef canadien croit toutefois que l’équipe saura se relever.

Je n’ai jamais vu l’équipe canadienne jouer à un aussi haut niveau.

Une citation de :Glenn Hoag, entraîneur-chef de l’équipe canadienne de volleyball masculin

Je pense qu’on est prêts et qu’on va faire un beau quart de finale, a-t-il dit après la défaite. Il devra toutefois composer avec des éléments en moins.

On a des joueurs qui sont blessés. On voulait leur donner du temps de jeu sans trop les pousser. On va finir le tournoi avec seulement un passeur.

Des leçons à tirer

Il faut se battre pour tous les points, contre n’importe quelle équipe, a ajouté Nicholas Hoag. Contre les plus grosses équipes, il va falloir garder cette constance-là qu’on a eue dans la deuxième manche. Il faut savoir finir les manches, ce qu’on a manqué aujourd’hui.

Les Canadiens ont effectivement manqué de finition en deuxième manche, surtout après avoir créé une brève éclaircie dans une journée autrement nuageuse.

Ils sont réunis en cercle pour célébrer un point fait contre la Pologne.

Six joueurs canadiens

Photo : Getty Images / Toru Hanai

Deux points de suite ont porté la marque à 9-11 et semblaient leur avoir injecté quelques rayons de soleil de confiance. Les sourires se sont brièvement estompés chez les Polonais quand le Canada a égalé à 14-14, puis a pris l'avance 15-14.

Le vent tournait légèrement. Les jeux se passaient majoritairement à l’aile, car les Polonais laissaient très peu de place au centre. La mince avance a été maintenue le temps de quelques échanges.

Les Polonais ont repris l'avance avec deux as puis ils n’ont plus jamais été inquiétés, ni pour finir la deuxième manche ni pour clore le débat en troisième.

Sortir l’artillerie au bon moment

La Pologne n’est pas classée 2e pour rien. Elle compte sur une profondeur dangereuse pour tout adversaire et sur deux joueurs étoiles redoutables. Bartosz Kurek (17 points) et le Cubain d’origine Wilfredo Leon Venero (16 points) ont sonné la charge contre les Canadiens. Ces derniers ont encaissé cette charge sans pouvoir déployer l’artillerie lourde pour contre-attaquer de façon efficace.

Les Canadiens nous ont habitués à des débuts de match combatifs, mais cela n'a pas été le cas cette fois. Ils ont manqué de mordant en première manche face à des Polonais affamés et intraitables. L’avance polonaise était déjà importante quand ils ont inscrit leur troisième as au 14e point.

Les Canadiens ont peiné à inscrire deux points d’affilée. On les a sentis jouer sur leurs talons tout au long de la première manche. Les Polonais lisaient parfaitement le jeu des Canadiens et ils ont tiré profit des failles.

Malgré cette performance, Nicholas Hoag estime que le Canada a tous les outils pour triompher. En attendant les quarts, mardi, ils ont deux jours pour colmater leurs failles, pour rebâtir la confiance et surtout pour travailler sur cette constance qui sera déterminante.

Si l’on garde cette constance-là, on va être capables de battre les grosses équipes, a conclu Nicholas Hoag.

À ne pas manquer