•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle olympique

Penny Oleksiak à 7 centièmes d’une médaille au 100 m libre

La nageuse Penny Oleksiak en plein effort.

La Canadienne Penny Oleksiak en action aux Jeux olympiques de Tokyo

Photo : AFP / Oli Scarff

Radio-Canada

Malgré un bon effort, la Canadienne Penny Oleksiak n’a pu monter sur le podium au 100 m libre, vendredi, au Centre aquatique de Tokyo. La Torontoise s’est finalement classée 4e avec un temps de 52 s 59/100, un record national.

La compétition était relevée en finale, qui regroupait les huit premières nageuses. Dans un scénario similaire à celui des JO de Rio, où elle avait été sacrée cochampionne olympique avec l’Américaine Simone Manuel, Oleksiak s’est retrouvée 7e après 50 mètres.

Fidèle à ses habitudes, elle a accéléré la cadence dans la deuxième moitié de parcours, mais n’a pu effacer son retard sur le trio de tête.

J’aurais vraiment voulu être plus rapide dans les 15 derniers mètres, a-t-elle indiqué à sa sortie de l’eau. Mon virage n’a pas été mon meilleur non plus, mais j’apprends de mes erreurs. Et je reviendrai plus fort à la prochaine occasion.

L’Australienne Emma Mckeon a offert une performance sans faille. Elle a franchi la distance en 51,96 s pour établir une nouvelle marque olympique et monter sur la plus haute marche du podium.

Siobhan Bernadette Haughey, de Hong Kong, s'est quant à elle classée 2e avec un chrono de 52,27 s. Derrière elle, l'Australienne Cate Campbell a complété le top 3 en touchant le mur seulement sept centièmes de seconde avant Oleksiak.

Je suis certainement déçue de ne pas monter sur le podium, mais j’ai vraiment donné tout ce que j’avais. C’est difficile à accepter, mais le groupe de filles était très rapide cette année et c’est exceptionnel de faire partie de ça, a poursuivi Oleksiak, qui s'était classée 4e avec ses coéquipières au 4 x 200 m libre la veille.

Deux nageuses australiennes masquées tiennent leur médaille.

Les Australiennes Emma McKeon (à gauche) et Cate Campbell (à droite).

Photo : AFP / Oli Scarff

Malgré le résultat crève-cœur, la sextuple médaillée olympique s’est dite fière de pouvoir de nouveau inscrire son nom dans le livre des records canadiens en natation.

C’est difficile d’établir une stratégie pour cette course. Il faut simplement y aller le plus rapidement possible. C’est ce que j’ai essayé de faire et je termine avec le record national, alors je ne peux pas vraiment me plaindre.

Une citation de :Penny Oleksiak, auteure d'un chrono de 52,59 s

Plus tôt cette semaine, la nageuse de 21 ans était devenue l’athlète canadienne la plus décorée des Jeux olympiques d’été en remportant l’argent au 4 x 100 m et le bronze au 200 m.

Deux Canadiennes en finale du 200 m dos

Également en action vendredi, les Canadiennes Kylie Masse et Taylor Ruck ont toutes deux obtenu leur laissez-passer pour la finale du 200 m dos qui sera présentée samedi.

Médaillée d’argent au 100 m dos mardi, Masse a remporté sa vague et a pris le 4e échelon des demi-finales avec un temps de 2:07,82. Pour sa part, Ruck (2:08,73) pointe en 7e place.

C’est l’Australienne Emily Seebohm (2:07,09) qui a inscrit le meilleur chrono de la séance.

Seul autre représentant de l’unifolié à nager vendredi, Joshua Liendo a bouclé sa demi-finale du 100 m papillon en 51,50 s, ce qui n’a pas été suffisant pour se qualifier parmi les huit qui participeront à la course ultime. Il s’est finalement classé 11e de l’épreuve.

L’Américain Caeleb Dressel, sacré champion olympique au 100 m libre jeudi, a établi une nouvelle marque des JO en arrêtant le chrono à 49,71 s.

Les relais canadiens, tant chez les femmes que chez les hommes, ont accédé à la finale du 4 x 100 m quatre nages avec des résultats aux antipodes.

Taylor Ruck, Sydney Pickrem, Margaret Mac Neil et Kayla Sanchez ont été les plus rapides (3:55,17), devançant le quatuor américain par un maigre centième de seconde. De leur côté, Markus Thormeyer, Gabe Mastromatteo, Joshua Liendo et Yuri Kisil ont enregistré le 8e temps et ont évité le couperet de justesse.

À ne pas manquer