•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle olympique

Golf : Sepp Straka en tête après la première ronde, deux Canadiens dans le top 20

Il termine son élan après avoir frappé la balle.

L'Autrichien Sepp Straka

Photo : Getty Images / Chris Trotman

Radio-Canada

Sepp Straka a remis une carte de -8 pour prendre les commandes du tournoi olympique disputé au club de golf de Kasumigaseki, jeudi, tandis que les favoris Collin Morikawa et Hideki Matsuyama ont connu un lent départ.

La première ronde a été interrompue pendant plus de deux heures en raison du tonnerre, mais a fini par reprendre pour 27 des 60 golfeurs qui n'avaient pas encore terminé leur parcours.

Classé 161e mondial, Straka, qui compte un titre chez les professionnels, soit la classique de golf KC (2018) dans un circuit parallèle à la PGA, avait déjà conclu sa journée avant l'interruption. Il a réussi huit oiselets et n’a commis aucune erreur.

Il devance par un coup le non moins surprenant Thaïlandais Jazz Janewattananond (150e). Derrière, à deux coups, pointe un duo composé du Mexicain Carlos Ortiz (61e) et du Belge Thomas Pieters (120e).

Il faut descendre à la 12e place pour trouver un premier joueur du top 10 mondial, en l'occurrence l'Américain Xander Schauffele (5e), qui affiche cinq coups de retard sur Straka.

Son compatriote Collin Morikawa (3e), récent vainqueur de l’Omnium britannique, se trouve quant à lui au 20e rang avec un pointage de -2. Il est à égalité avec l’Irlandais du Nord Rory McIlroy et le Japonais Hideki Matsuyama, héros dans son pays depuis son sacre au Tournoi des maîtres en avril.

Les Canadiens à la traîne

Les Ontariens Corey Conners et Mackenzie Hughes font également partie des 11 golfeurs qui pointent au 20e échelon, à six coups du sommet.

Après avoir commis un boguey sur le neuf d’aller, Conners a ensuite enregistré trois oiselets, dont un au dernier trou.

L'Ontarien étudie le vert.

Corey Conners

Photo : Getty Images / Mike Ehrmann

Peu importe la ronde, c’est toujours bien de finir avec un oiselet, a lancé l’athlète de 29 ans, qui en est à une première expérience olympique. J’ai été assez solide, mais je ne me suis pas donné autant d’occasions d’en faire [des oiselets] que je l’aurais voulu. Mais j’ai bien frappé la balle dans les allées et, si je continue de le faire, les occasions viendront.

Pour sa part, Hughes a été quelque peu dérangé par l’interruption. Il venait de réaliser des oiselets aux 12e et 13es trous lorsque les conditions météorologiques ont forcé l’arrêt du jeu.

L'Ontarien regarde la balle après avoir terminé son élan.

Mackenzie Hughes

Photo : Getty Images / Chris Trotman

C’est toujours difficile, surtout quand c’est chaud comme ça. On refroidit un peu, on doit s’échauffer à nouveau et on se sent toujours un peu différent au retour sur le terrain. Ç'a été le cas pour moi lors des derniers trous. Je n’avais pas les mêmes sensations qu’avant l’interruption. Mais j’ai plutôt bien joué. C’est sûr que j’aurais aimé retrancher deux ou trois coups de plus, mais le tournoi dure quatre jours, a indiqué le golfeur de 30 ans.

La deuxième ronde sera présentée vendredi.

Avec les informations de Agence France-Presse

À ne pas manquer