•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle olympique

La double championne olympique Rosie MacLennan est toujours aussi affamée

Elle lève les bras et sourit.

La gymnaste canadienne Rosie MacLennan, spécialiste du trampoline, a défendu son titre olympique avec succès. MacLennan était la seule championne des Jeux de Londres.

Photo : Getty Images / David Ramos

La Presse canadienne

L'inspiration de Rosie MacLennan pour son programme actuel au trampoline lui est venue tout juste après sa conquête de la médaille d'or aux Jeux olympiques de Londres en 2012.

Elle a confié à son entraîneur de longue date Dave Ross qu'elle croyait possible de réussir un programme avec trois triples saltos avant dans un cadre compétitif.

Depuis, MacLennan a tenté plusieurs variations, mais personne n'a pu accomplir cet exploit dans une épreuve féminine au trampoline.

Cela pourrait bien changer aux Jeux de Tokyo.

J'y travaille depuis un bon moment, a-t-elle mentionné. Ç'a été assez difficile de réussir le programme de manière constante, mais j'ai eu beaucoup de plaisir. Je pense que c'est l'une des choses géniales de ce sport. Peu importe où vous en êtes dans votre carrière, il y a toujours un nouvel objectif à atteindre, que ce soit de développer un nouvel élément ou un nouvel enchaînement.

Je crois que c'est ce qui me garde réellement motivée et qui nourrit ma passion pour le sport. Je pense aussi que cela aide à motiver mon entraîneur et que cela nous garde affamés à vouloir toujours aller plus loin, ajoute l'athlète de 32 ans.

À l'approche des Jeux de Rio, en 2016, MacLennan a dû surmonter les blessures pour revenir au sommet et défendre son titre. Elle a notamment souffert de symptômes liés aux commotions cérébrales tout juste avant la compétition et a dû alléger le niveau de difficulté de son programme final.

Bien qu'elle ait offert une performance plus prudente, sa combinaison de vrilles, de saltos et de sauts lui a valu juste assez de points pour devancer ses adversaires et entrer dans l'histoire.

La trampoliniste sourit avec le drapeau canadien et sa médaille d'or au cou.

Rosie MacLennan avec sa médaille d'or aux Jeux de Rio en 2016

Photo : Radio-Canada

Beaucoup de pression

MacLennan est devenue la première athlète canadienne à défendre avec succès son titre olympique aux Jeux d'été. Elle est également devenue la première athlète féminine à gagner deux médailles d'or individuelles à des Jeux estivaux.

Son entraîneur, Dave Ross, adorerait la voir réussir l'exploit une troisième fois à Tokyo, mais il prévient que les attentes devraient demeurer réalistes.

Je crois que c'est très peu probable tout comme c'était peu probable qu'elle réussisse le doublé, explique-t-il. Premièrement, lorsqu'elle a répété son succès à Rio, c'était la première fois qu'une athlète défendait son titre au trampoline aux Jeux olympiques. Alors, cela vous donne une idée du niveau d'improbabilité. Il va y avoir énormément de pression sur elle.

Bien qu'elle soit toujours parmi les meilleures athlètes du monde, elle n'est pas la seule à avoir une chance de l'emporter, a-t-il ajouté.

MacLennan pourrait décider de modifier 1 ou 2 des 10 éléments. Puisque le temps de la détente compte dans le pointage des juges, une troisième tentative de triple salto avant pourrait lui faire perdre de l'altitude et entraîner une perte de points.

Ça peut jouer contre vous de présenter un enchaînement difficile, à moins qu'elle soit parfaite et bien en hauteur, précise Ross. Alors, actuellement, son programme moins difficile pourrait lui valoir plus de points.

On détesterait aller aux Jeux olympiques avec la même stratégie que tout le monde, en tentant de tirer le plus de points d'un programme de niveau de difficulté moyen, admet le spécialiste de la discipline. Mais on dirait bien que c'est la meilleure manière de récolter le plus de points.

Passionnée par son sport

La pandémie a entraîné un effet de rareté dans les compétitions de trampoline. La directrice de l'équipe nationale, Karen Cockburn, affirme que la pause a permis à MacLennan d'expérimenter divers enchaînements de ses éléments et d'en incorporer avec un niveau de difficulté plus élevé.

On n'a vu aucune femme exécuter ce genre d'éléments, assure Cockburn, elle-même triple médaillée olympique. Je crois que ça la garde en avance sur son temps de toujours se pousser à atteindre un nouveau niveau de difficulté et de toujours maintenir un standard de performance très élevé.

Son amour pur pour le sport, c'est ce qui la pousse à continuer, conclut Cockburn.

Aujourd'hui dans la trentaine, la Torontoise Rosie MacLennan est une vétérane du trampoline sur la scène internationale. Sa première participation aux Championnats du monde remonte à 2005. Et pour ajouter à ses deux titres olympiques, elle a été sacrée championne du monde en 2013 et a récolté le bronze aux mondiaux de 2019.

Pour son entraîneur, c'est sa détermination qui la place dans une classe à part. Pour la directrice de l'équipe nationale, c'est sa constance et sa précision.

De son côté, MacLennan dit être toujours amoureuse de son sport, adorer s'entraîner et avoir du plaisir à le faire.

À ne pas manquer