•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle olympique

Un duo père-fille gagnant pour une étudiante de l’UQTR

Tali Darsigny sourit en soulevant la barre au-dessus de ses épaules.

Tali Darsigny a terminé avec un total de 199 kg à ses premiers Jeux olympiques.

Photo : Getty Images / Chris Graythen

Radio-Canada

Yvan Darsigny est l’un des rares parents d’athlètes qui a la chance d’accompagner sa fille aux Jeux olympiques de Tokyo qui se tient dans un contexte de règles sanitaires strictes. En tant qu'entraineur de l’haltérophile Tali Darsigny, il est au Japon pour les compétitions.

Tali Darsigny, qui est originaire de Saint-Hyacinthe, complète actuellement un doctorat de premier cycle en chiropratique à l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR).

Plus tôt cette semaine, elle a terminé en tête du groupe B des 59 kg dans l’épreuve de l’épaulé-jeté et effectué un sans-faute à l’arraché.

Toute ma vie, je me suis imaginée avec mon père qui me coach aux Olympiques.

Une citation de :Tali Darsigny, haltérophile

La jeune femme de 23 ans a réalisé un premier rêve en participant aux Jeux olympiques, tout comme l’avait fait son père, aussi en haltérophilie, en 1984 à Los Angeles et en 1992 à Barcelone.

Ça a été un objectif depuis mes débuts en haltérophilie à l’âge de 8 ans de participer aux Jeux, mon père est lui-même aussi un olympien, c’est sûr que ça a été un super bel exemple pour moi, a déclaré l’athlète au terme de ses compétitions.

Yvan Darsigny précise que sa fille n’avait pas de chances de médaille lors de son passage à Tokyo. C’est plutôt une expérience de vie que je voulais donner à Tali, dit-il. Il croit que Tali Darsigny pourrait viser un podium aux prochains Jeux olympiques.

À ne pas manquer