•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle olympique

Penny Oleksiak devient la plus grande médaillée canadienne des JO d'été

Sa médaille de bronze au 200 m style libre est la sixième de sa carrière aux Jeux.

Penny Oleksiak tient sa médaille dans sa main.

Penny Oleksiak montre sa médaille de bronze, la 6e médaille olympique de sa carrière.

Photo : Getty Images / Attila Kisbenedek

Radio-Canada

Penny Oleksiak est entrée dans les livres d’histoire, mercredi, au Centre aquatique de Tokyo. Elle est devenue la plus grande médaillée du Canada aux Jeux olympiques d'été lorsqu’elle a remporté le bronze au 200 m libre.

La nageuse ontarienne compte maintenant six médailles à sa collection (une d’or, deux d’argent et trois de bronze). Elle en avait décroché quatre à Rio en 2016. À Tokyo, elle a aussi reçu l'argent au 4 x 100 m avec Kayla Sanchez, Margaret Mac Neil et Rebecca Smith.

Elle surpasse le coureur Phil Edwards (cinq de bronze) et la rameuse Lesley Thompson (une d’or, trois d’argent et une de bronze), avec qui elle codétenait le record.

Ça me trottait un peu dans la tête, mais je ne m'en faisais pas avec cela. J'ai vraiment travaillé très fort dans les 50 derniers mètres, je suis fière d'avoir le bronze, a lancé l'athlète de 21 ans à sa sortie de la piscine lorsque questionnée sur son exploit.

Deux jeunes nageuses sont à l'avant-plan pendant une course et on voit l'eau qui vole dans les airs pendant la course.

Penny Oleksiak est devenue la plus grande médaillée de l'histoire du Canada aux Jeux olympiques d'été en remportant le bronze au 200 m libre.

Photo : Getty Images / Jonathan Nackstrand

L'épreuve a été dominée par Ariarne Titmus, de l'Australie, en 1 min 53 s 50/100, qui a devancé Bernadette Siobhan Haughey (1:53,92), de Hong Kong.

Quatrième au dernier virage, Oleksiak a puisé dans ses réserves d'énergie. Elle a franchi la distance en 1:54,70, le meilleur temps de sa carrière à cette épreuve, tout juste devant la Chinoise Junxuan Yang (1:55,01).

Je suis arrivée ici dans un état d'esprit différent de celui de 2016. Je suis arrivée en sachant que j'ai un très bon bagage, sachant que je ne suis pas ici par chance, mais grâce à mon travail, a mentionné la Torontoise.

C'est l'épreuve dans laquelle je n'attendais pas de résultat. Ça me donne beaucoup de confiance. Je suis enthousiaste pour les prochaines épreuves.

Une citation de :Penny Oleksiak, médaillée de bronze du 200 m libre

L'Ontarienne deviendrait la plus grande médaillée canadienne des Jeux olympiques, hiver et été confondus, avec une autre médaille. Cindy Klassen (patinage de vitesse sur longue piste) et Clara Hughes (cyclisme et patinage de vitesse sur longue piste) en comptent aussi six.

Oleksiak pourrait réaliser l'exploit au 100 m style libre. Elle a obtenu sa place en demi-finales en signant le 6e temps des qualifications (52,95 s) mercredi soir. Dixième au cumulatif, la Manitobaine Kayla Sanchez (53,12) s'est également qualifiée.

La nageuse canadienne Penny Oleksiak est en train de nager.

Penny Oleksiak et Kayla Sanchez seront des demi-finales au 100 m libre

Photo : afp via getty images / JONATHAN NACKSTRAND

Oleksiak est cochampionne olympique en titre au 100 m style libre avec l'Américaine Simone Manuel, qui ne s'est pas qualifiée sur la distance pour les JO de Tokyo. La Canadienne nagera également deux autres épreuves de relais.

Pickrem manque de vitesse

La Canadienne Sydney Pickrem n’a pas été en mesure d'imiter Oleksiak dans la finale du 200 m quatre nages. La nageuse de 24 ans a pris le 6e rang de l’épreuve gagnée par la Japonaise Yui Ohashi.

Pickrem a parcouru la distance en 2:10,05, loin derrière Ohashi (2:08,52).

Le podium a été complété par les Américaines Alex Walsh (2:08,65) et Kate Douglass (2:09,04).

En soirée, Pickrem s'est retirée des qualifications du 200 m brasse pour se concentrer sur le relais 4 x 200 m libre. Seule Canadienne au départ de l'épreuve, la Manitobaine Kelsey Wog a obtenu sa place pour les demi-finales en se classant 16e avec un temps de 2:24,27.

Avec ses coéquipières Katerine Savard, Mary-Sophie Harvey et Rebecca Smith, Pickrem a aidé le relais à obtenir sa place en finale. Les Canadiennes, qui avaient gagné le bronze à cette épreuve à Rio, ont fini 4es des qualifications, derrière les Australiennes, les Américaines et les Chinoises.

Sydney Pickrem nage sur le dos.

Le relais 4 x 200 m canadien se qualifie pour la finale

Photo : afp via getty images / ODD ANDERSEN

Pas de chance pour les Canadiens

Du côté masculin, les Canadiens ont connu moins de succès, mercredi, à la piscine olympique.

L'Ontarien Joshua Liendo et l'Albertain Yuri Kisil ont d'abord raté l’occasion de se qualifier pour la finale du 100 m style libre.

Les deux nageurs canadiens ont pris les 7e et 8e rangs de leur vague de demi-finale, remportée par l’Américain Caeleb Dressel en 47,23. Liendo a parcouru la distance en 48,19, le meilleur temps de sa carrière à 18 ans, alors que Kisil a arrêté le chrono à 48,31.

Au 200 m quatre nages individuel, l’Albertain Finlay Knox a tout juste raté sa qualification pour les demi-finales avec un chrono de 1:58,29.

Le Britanno-Colombien Markus Thormeyer a quant à lui obtenu sa place en demi-finales du 200 m dos en prenant le 16e rang des qualifications avec un temps de 1:57,85.

Ledecky remporte l’or au 1500 m 

Dans les autres épreuves de la journée, l'Américaine Katie Ledecky, déjà quintuple championne olympique, a empoché un nouveau titre au 1500 m féminin, qui fait son apparition aux Jeux olympiques de Tokyo.

La nageuse lève le bras dans les airs après avoir frappé l'eau de la piscine de la main pour célébrer sa victoire.

L'Américaine Katie Ledecky

Photo : Getty Images / Tom Pennington

L’athlète s’est imposée en 15:37,34 devant sa compatriote Erica Sullivan (15:41,41) et l'Allemande Sarah Kohler (15:42,91).

Ledecky était la grande favorite puisqu’elle détenait les 10 meilleurs chronos de l’histoire sur cette distance. Plus tôt dans la journée, elle avait pris le 5e rang du 200 m.

Les Britanniques champions du 4 x 200 m

Enfin, la Grande-Bretagne a largement dominé le 4 x 200 m libre masculin.

Les Britanniques ont eu le meilleur sur les athlètes du Comité olympique russe et sur les Australiens, parcourant la distance en seulement 6:58,58, un record européen.

Les États-Unis ont terminé au pied du podium, une 4e place inhabituelle dans cette épreuve.

Avec les informations de Agence France-Presse

À ne pas manquer