•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle olympique

L'haltérophile Maude Charron est sacrée championne olympique

Maude Charron pose avec sa médaille d'or olympique.

Maude Charron est la deuxième Canadienne à remporter l'or olympique en haltérophilie après Christine Girard aux Jeux de Londres, en 2012.

Photo : Getty Images / Chris Graythen

Radio-Canada

Maude Charron a remporté la palme en haltérophilie dans la catégorie des moins de 64 kg, mardi, à son baptême du feu aux Jeux de Tokyo. Pour ce faire, la Canadienne a soulevé une charge de 236 kg au total.

À l'arraché, la Québécoise a réussi son premier essai à 102 kg, puis son deuxième à 105 kg, avant d’échouer à sa troisième tentative avec une charge de 108 kg. Ce résultat lui conférait provisoirement la tête du classement, avec une mince avance d’un kilogramme sur l’Italienne Giorgia Bordignon.

Dernière à s’exécuter à l'épaulé-jeté, Charron a d’abord raté sa première tentative à 128 kg et semblait même étourdie après l’essai.

La Colombienne Mercedes Isabel Perez Tigrero et la Chinoise de Taipei Chen Wen-huei ayant entre-temps réussi leurs essais respectifs à 126 et à 127 kg, la pression se retrouvait sur les épaules de Charron. Mais elle n'en avait que faire. Elle a réalisé sa deuxième tentative à 128 kg, tout comme sa troisième à 131 kg.

Maude Charron soulève la barre lors de l'arraché.

Maude Charron

Photo : Getty Images / Chris Graythen

Après que Chen et Perez Tigrero eurent raté leur dernier essai, seule la Britannique Sarah Davies pouvait mathématiquement ravir l’or à la Rimouskoise. Celle-ci a fait le choix stratégique de viser la médaille d’argent avec une charge de 133 kg, confirmant la consécration de Charron.

Bordignon et Chen ont accompagné la Québécoise sur le podium, avec des charges totales respectives de 232 et de 230 kg.

Des émotions partagées à distance

J’ai de la difficulté à évaluer mes émotions. Depuis trois ou quatre jours, j’essaie de les mettre de côté pour me concentrer sur le moment présent. Alors là, d'essayer de les vivre, c’est difficile, confie la Canadienne après avoir reçu sa médaille.

Malgré les difficultés avec lesquelles les athlètes ont dû composer dans la dernière année, Maude Charron soutient qu'elle et son équipe sont parvenues à innover pour arriver fins prêts à Tokyo.

Ma préparation a été parfaite. C’est sûr qu’il y a eu une pandémie, j’ai dû m’entraîner seule dans un garage. Mais on s’est arrangés et on a été innovateurs dans notre façon de s’entraîner. Alors, je suis vraiment très fière, affirme-t-elle.

L'haltérophile s'est dite déçue de ne pas avoir pu vivre ce grand moment en compagnie de ses proches.

J’aurais aimé qu’ils soient ici. C’était ma façon de les remercier de m’avoir encouragée, peu importe le sport ou la pratique que j’ai fait. Mais je sais qu’ils sont là dans mon cœur, et qu’ils sont là devant la télévision, dit-elle.

Maude Charron regarde au plafond après avoir réussi une levée.

Maude Charron : « Je venais ici en tant que gagnante»

Photo : Getty Images / Chris Graythen

Charron est la deuxième haltérophile féminine du pays à gagner l'or olympique après Christine Girard aux Jeux de Londres en 2012.

La conquête de l'or olympique de Maude Charron s'ajoute à une médaille d'argent aux mondiaux d'haltérophilie, à Anaheim, en 2017. Récemment, elle avait établi trois records aux Championnats panaméricains, montrant sa bonne forme à trois mois des Jeux d'été.

À ne pas manquer