•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle olympique

Les Canadiennes remportent le bronze en softball à Tokyo

C'est la première médaille olympique du Canada dans ce sport.

Les joueuses, les entraîneurs et le personnel de l'équipe posent fièrement avec un drapeau canadien au centre du terrain après leur victoire.

Revoir les faits saillants de la victoire du Canada contre le Mexique.

Photo : AP / Sue Ogrocki

Radio-Canada

Cette médaille de bronze obtenue par le Canada en softball est comme un coup de circuit. Attente, espoir, doigts croisés… et quand on l’entend retentir, on sait que tout a changé. Le pays compte désormais 15 médaillées qui peuvent en témoigner.

L’attente a duré 13 ans pour certaines. L’espoir y était depuis le premier lancer olympique en terre japonaise. Les doigts étaient probablement croisés depuis la cinquième manche, où tout aurait pu basculer.

Elles se sont accrochées à une mince avance d'un seul point contre les Mexicaines. Ce point a été suffisant pour assurer la victoire, 3-2, et pour repartir de Tokyo avec le bronze au cou. Ce point permet aussi d’écrire une page de l’histoire olympique canadienne avec une première médaille en softball.

Une histoire de vent et de sacrifices

Comme la météo, les émotions des Canadiennes ont virevolté durant ce match. En deuxième manche, elles étaient au sommet, et c’était tout le contraire de l’autre côté.

Une erreur en défense des Mexicaines au deuxième but leur a coûté très cher, peut-être le match. Elle a permis à deux coureuses de rester sur les sentiers. Un simple d’Emma Entzminger au champ gauche est tout ce qu’il fallait pour envoyer Jennifer Salling et Erika Polidori au marbre. Le Canada faisait 2-0.

Jennifer Salling et Erika Polidori se prennent les mains après avoir marqué deux points.

Les Canadiennes Jennifer Salling (gauche) et Erika Polidori (droite) ont ouvert la marque en 2e manche.

Photo : La Presse canadienne

La riposte n’a pas tardé. Dès la manche suivante, Sydney Romero a marqué après un simple de Brittany Cervantes. L’écart était réduit de moitié, mais les Canadiennes restaient déterminées. Pas question de laisser l’adversaire se relever.

Dès le retour au bâton, Victoria Hayward a frappé un long double. Un amorti sacrifice l'a poussée au troisième coussin. Elle a cru être en mesure de compter sur un faible coup de Kelsey Harshman, mais elle a été retirée au marbre.

5e manche : marche ou crève

En cinquième manche, il ventait et pleuvait. Les Canadiennes menaient toujours par un seul petit point. Les Mexicaines n’avaient pas dit leur dernier mot et ont été très menaçantes.

Il y a des moments où mes mains tremblaient tellement. J'ai dû me parler pour me calmer.

Une citation de :Danielle Lawrie, joueuse de l'équipe canadienne de softball

La puissante Anissa Urtez a solidement cogné la balle, mais Kelsey Harshman l’a attrapée au deuxième coussin, ce qui a empêché la coureuse au troisième d'atteindre le marbre. Le soulagement des Canadiennes a été de courte durée.

Sydney Romero, encore elle, viendra croiser le marbre tout de suite après, sur un simple de Suzannah Brookshire. Les Mexicaines égalisaient le score à 2-2. Le vent et la pluie balayaient le terrain, et il semblait balayer les espoirs canadiens. Les Mexicaines l’avaient dans les voiles, ce vent, et on le voyait dans leur sourire.

La joueuse canadienne Kelsey Harshman est sur le point de frapper la balle.

Le ballon-sacrifice de Kelsey Harshman a permis à Janet Leung de marquer le point victorieux.

Photo : AP / Matt Slocum

Soudainement la pluie a cessé, le vent de l’espoir a tourné une autre fois. Les sacrifices étaient nécessaires si les Canadiennes espéraient l’emporter. Les vrais sacrifices.

Tout d’abord un amorti, pour faire avancer Janet Leung au deuxième but. Puis, un autre amorti qui l'a envoyée au troisième. Finalement, un ballon-sacrifice lui a permis de courir triomphalement vers le marbre. Ce sera le point de la victoire.

Les Canadiennes se serrent dans les bras au centre du terrain alors qu'une joueuse saute dans le groupe et qu'une autre arrive pour se joindre à elles.

Les Canadiennes ont frappé six coups sûrs dans la victoire contre le Mexique.

Photo : Getty Images / Yuichi Masuda

Nous avons travaillé tellement dur pour y arriver, a affirmé Emma Entzminger. On s'aime tellement. D'avoir réussi cela ensemble, c'est incroyable.

Elles ont brillé par leur résilience et leur force, a ajouté l’entraîneur-chef Mark Smith. Plusieurs équipes auraient paniqué, mais nos joueuses étaient déterminées.

Tout vient à point à qui sait attendre

Cette médaille représente une victoire bien singulière. Quatre des joueuses canadiennes étaient à Pékin en 2008, la dernière fois que le softball a été présenté aux Olympiques. Danielle Lawrie, Kaleigh Rafter, Lauren Regula et Jennifer Salling avaient regardé le podium de la quatrième position. Cette fois-ci, elles seront dessus.

Quand tu es aux Olympiques, et que tu as la chance d'écrire l'histoire de ton pays, il n'y a rien qui bat cela , a confié Danielle Lawrie, portée par l'émotion.

Pour l’entraîneur-chef aussi, l’attente aura valu le coup. Mark Smith a déjà annoncé qu’il se retirerait après les Jeux. Il est une pièce maîtresse du softball canadien depuis des décennies. Il peut partir avec le sentiment du devoir accompli, un sentiment couleur bronze.

Le Japon champion à la maison

La finale pour l’or opposait les deux puissances mondiales de ce sport : le Japon et les États-Unis. Dans cette répétition de la finale du Championnat du monde de 2018, où les Américaines avaient vaincu les Japonaises 7-6, c'était au tour des Japonaises de l'emporter 2-0 au stade de Yokohama.

Les Japonaises ont limité leurs rivales à seulement 3 coups sûrs, et elles se sont inscrites au pointage en quatrième manche après un simple d’Atsumi Mana.

Elles s'enlacent et célèbrent leur victoire olympique.

Les joueuses japonaises

Photo : Getty Images / Yuichi Masuda

Une manche plus tard, la lanceuse partante américaine Ally Carda a été remplacée par Monica Abbott, sauf que cela n’a pas empêché Fujita Yamato de claquer un simple au champ droit pour permettre à Yamamoto Yu de croiser le marbre et de doubler l’avance de son équipe.

À ne pas manquer