•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle olympique

La nageuse canadienne Kylie Masse en argent au 100 m dos à Tokyo

La nageuse Kylie Masse avec sa médaille d'argent au cou.

La Canadienne Kylie Masse récolte sa deuxième médaille à Tokyo.

Photo : AFP / Attila Kisbendek

Radio-Canada

La nageuse Kylie Masse est montée sur la deuxième marche du podium du 100 m dos, mardi, aux Jeux olympiques de Tokyo. Elle donne au Canada une cinquième médaille à ces JO, et une troisième en natation.

Seule l’Australienne Kaylee McKeown, auteure d’un record du monde avec un temps de 57 s 47/100, a été en mesure de la devancer lors de cette finale âprement disputée.

Première à la mi-course, la Torontoise de 25 ans a vu son adversaire augmenter le rythme dans les 50 derniers mètres pour venir lui ravir la victoire. La représentante du Canada a quant à elle conclu avec un chrono de 57,72 s, tout juste devant la médaillée de bronze, l’Américaine Regan Smith (58,05).

Trois nageuses en action terminent leur course.

Kaylee McKeown (à gauche) est tout juste parvenue à devancer Kylie Masse (à droite) et Regan Smith (au centre).

Photo : AFP / François-Xavier Marit

Je me sens vraiment bien, a confié une Kylie Masse à bout de souffle, quelques minutes seulement après sa performance. C'est la plus grande tribune du sport. Les Jeux olympiques sont toujours notre objectif principal tous les quatre ans. C'est vraiment spécial d'être sur le podium ici.

Double championne du monde en titre au 100 m dos, Masse avait été décorée de bronze à cette épreuve aux JO de Rio. Cinq ans plus tard, l’Ontarienne a une fois de plus été en mesure de récolter le fruit de ses efforts.

J'essaie d'être aussi constante que possible, avec l'entraînement, en faisant tout ce que je peux à l'extérieur de l'eau pour optimiser mes performances dans l'eau. La constance est toujours une chose sur laquelle je me concentre, a conclu Masse.

Elle sera de retour en action jeudi pour les qualifications au 200 m dos.

Penny Oleksiak et Sydney Pickrem poursuivent leur route en finale

Penny Oleksiak a obtenu son laissez-passer pour la finale du 200 m libre après s’être classée 4e de sa demi-finale. La quintuple médaillée olympique a parcouru la distance en 1:56,39, ce qui lui a valu le 6e échelon de la session.

Il y a assurément plus de douleur qu'hier. Je dois vraiment me reposer et me préparer pour la finale, a mentionné la nageuse de Toronto, ajoutant qu’elle continue à se familiariser avec un horaire olympique des plus rigoureux.

Oui, c'est différent, mais les Canadiens, nous nous adaptons bien. C'est exigeant parce que nous passons d'une poussée d'émotions jusqu'au sommeil. Mais c'est agréable de tenter de trouver l'équilibre.

Une citation de :Penny Oleksiak

Également en action en demi-finales du 200 m libre, Summer McIntosh a tout juste raté sa qualification pour la course ultime. La jeune athlète de 14 ans a enregistré un chrono de 1:56,82, soit 0,24 s de plus que l’Australienne Madison Wilson, 8e et dernière nageuse à atteindre la finale prévue mercredi.

Je pensais juste au mur que je devais toucher pour me qualifier pour la finale. J'ai fait de mon mieux, a dit McIntosh, visiblement déçue de sa 9e place.

Le dénouement s’est avéré bien différent pour sa compatriote Sydney Pickrem au 200 m quatre nages individuel. Grâce à son temps de 2:09,94, la Néo-Écossaise a fini 6e au classement cumulatif des demi-finales et sera de la finale mercredi.

Deux Canadiens qualifiés pour les demi-finales du 100 m libre

Les Canadiens Yuri Kisil et Joshua Liendo seront des demi-finales du 100 m libre mercredi. Kisil a pris le 10e rang des qualifications avec un chrono de 48,15 s, tandis que Liendo a enregistré un temps de 48,34, bon pour la 14e position.

Yuri Kisil a toutefois inscrit le 3e temps lors de la finale du 4 x 100 m nage libre, où le Canada a terminé au 4e rang. Il avait parcouru la distance en seulement 47,15 s. L'Australien Kyle Chalmers (46,44) et l'Américain Zach Apple (46,69) avaient été les seuls à finir sous la barre des 47 secondes.

À ne pas manquer