•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle olympique

La judoka Ecaterina Guica éliminée par la 7e du monde

La Canadienne Ecaterine Guica, au sol, contre une prise et soulève son adversaire Charline Van Snick aux Jeux olympiques de Tokyo 2020.

La Canadienne Ecaterine Guica s'incline devant la Belge Charline Van Snick.

Photo : afp via getty images / JACK GUEZ

Radio-Canada

La tâche s’annonçait ardue pour la judoka Ecaterina Guica en ce début de tournoi olympique. La Canadienne a vu la Belge Charline van Snick, 7e du monde, mettre fin à son parcours dès son premier combat dimanche.

Guica, qui pointe au 28e échelon du classement mondial des moins de 52 kg, ne s’est pas laissée impressionner par son adversaire. La Québécoise s’est montrée très combative tôt dans le duel, mais c’est van Snick qui a été la première à marquer grâce à un waza-ari.

Les deux combattantes ont passé plusieurs secondes au sol par la suite. La Belge a tiré profit de cette séquence et est parvenue à effectuer une clé de bras à une minute de la fin du temps réglementaire. Guica a tenté de se libérer, sans succès, ce qui a mené à son élimination.

Je suis vraiment déçue et je pense que j'aurais pu faire mieux, a déclaré la Canadienne, émotive après le combat. J'aurais dû faire attention au sol et me lever plus vite afin d'attaquer un peu plus debout.

Charline van Snick avait également défait Guica au deuxième tour des Championnats du monde en 2019.

Guica prenait part à ses deuxièmes Jeux olympiques et ne prévoit pas être à ceux de Paris. Elle s’était classée 9e à Rio. La Canadienne s'était blessée en mars dernier au Grand Prix de Tbilissi. Elle avait ensuite été opérée à la main droite avant de revenir à la compétition aux mondiaux de Budapest en juin.

Le Japon trône à la maison

Des athlètes du pays hôte se sont imposés dans les deux finales.

La finale féminine des moins de 52 kg a été âprement disputée entre la Japonaise Abe Uta et la Française Amandine Buchard. Aucun point n’a été marqué dans les quatre minutes réglementaires, ce qui a forcé la prolongation. Abe a fait la différence en immobilisant Buchard au sol pour un ippon, après plus de 8 minutes de combat.

La Britannique Chelsie Giles et l’Italienne Odette Giuffrida ont reçu les médailles de bronze.

L’autre grande finale du jour opposait Japonais Abe Hifumi au Géorgien Vazha Margvelashvili dans la catégorie des moins de 66 kg. Après un lent début de combat, le Japonais et double champion du monde (2017 et 2018) a été le plus agressif et a marqué un waza-ari. Plus fort au sol que son adversaire, Abe n’a pas ajouté d’autres points, mais il a empêché Margvelashvili de s’inscrire au tableau indicateur, offrant du même coup un deuxième titre olympique à son pays au Nippon Budokan.

Le Brésilien Daniel Cargnin et le Coréen An Baul sont montés sur la troisième marche du podium.

Lundi, ce sera au tour de la championne du monde en titre Jessica Klimkait de fouler le tatami chez les moins de 57 kg. Arthur Margelidon sera également en action du côté des moins de 73 kg.

À ne pas manquer