•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle olympique

Michael Woods termine 5e à la course sur route

Six cyclistes effectuent un sprint dans les derniers mètres de la course sur route des Jeux de Tokyo.

Michael Woods (à gauche)

Photo : Équipe Canada

Radio-Canada

Michael Woods est passé bien près de décrocher la première médaille canadienne aux Jeux de Tokyo, samedi, à la course sur route. Malgré une brillante performance, le cycliste ontarien a dû se contenter du 5e rang.

Richard Carapaz s’est imposé en solitaire après avoir filé en échappée à cinq kilomètres de la ligne d'arrivée. Il a franchi les 234 kilomètres, comptant près de 5000 m d’ascension, en 6 h 5 min 26 s.

Les autres médailles ont été déterminées au sprint entre un groupe de huit coureurs, qui a conclu à 1 min 7 s de l’Équatorien sur le circuit automobile de Fuji.

Vainqueur du Tour de France, le Slovène Tadej Pogacar a terminé 3e, derrière le Belge Wout van Aert. Ce dernier avait inscrit trois victoires d’étape en juillet à la Grande Boucle.

Le cycliste canadien Michael Woods devant un peloton de coureurs

Une montée déterminante

L’échappée a été rattrapée par le peloton à une cinquantaine de kilomètres de l’arrivée, tout juste avant l’ascension déterminante du col de Mikuni. Le Québécois Guillaume Boivin a réussi à bien positionner Woods aux avant-postes du groupe pour attaquer cette difficile section du parcours.

Se déroulant dans des conditions chaudes et humides, cette troisième ascension, la plus abrupte de la course, n’a pas pardonné à plusieurs coureurs. Une vingtaine seulement ont réussi à s’accrocher au groupe de tête, dont l’Ottavien de 34 ans.

Après quelques attaques reprises, celle de l’Américain Brandon McNulty et de Carapaz a été décisive. Les deux coureurs se sont échappés avec un peu plus de 20 kilomètres à faire. Carapaz a lancé son ultime attaque à six kilomètres de l’arrivée, dans un faux plat à la sortie du mont Kogasaka. McNulty n’a pu le suivre. L’Américain a d’ailleurs été absorbé par le premier groupe dans le kilomètre suivant.

Avec des coureurs de la trempe de Pogacar, van Aert, mais aussi du Néerlandais Bauke Mollema, du Français David Gaudu et de le Colombien Rigoberto Uran, Woods a tout de même réussi à s’illustrer au sprint.

J’ai voulu attaquer sur la dernière montée, plusieurs fois, mais je n’ai pas été capable d’éviter le peloton et des coureurs comme Wout van Aert, a expliqué Woods.

Reconnu pour ses qualités de grimpeur, il espérait éviter une finale au sprint comme celle-ci, qui le favorise moins.

Je suis un peu déçu, mais je suis fier de moi-même et de la manière dont j’ai couru, a-t-il ajouté.

Après l’avoir soutenu jusqu’au mont Mikuni, ses coéquipiers Guillaume Boivin (+16:20) et Hugo Houle (+19:50) ont finalement conclu aux 65e et 85e échelons.

Guillaume et Hugo m’ont beaucoup aidé. Ces deux coureurs sont tellement forts. Je suis très chanceux d’avoir pu compter sur eux. À un moment, j'ai été pris dans une chute, à côté de plusieurs coureurs qui ont chuté, et j’ai cassé ma chaussure. J’ai été capable de la changer pendant la course grâce à Guillaume et Hugo qui m’ont protégé et permis de rentrer dans le peloton. Ils m’ont très bien placé pour la dernière montée.

Une citation de :Michael Woods, cycliste canadien
Ils sont masqués et se tiennent par la taille.

Les trois cyclistes canadiens ayant participé à la course sur route des Jeux de Tokyo.

Photo : afp via getty images / BEN STANSALL

On a fait la course qu’on voulait faire, c’est-à-dire qu'on est restés calmes, on a protégé Mike et, surtout, on l'a placé pour la dernière bosse, a lancé Boivin immédiatement après la course. On était dans le coup, Mike était dans le coup. Presque une médaille... Je pense qu’on peut être contents de notre course même si on est passés proches.

Le champion olympique en titre, le Belge Greg Van Avermaet, a abandonné à près de 50 kilomètres de l'objectif. Une quarantaine de coureurs n’ont pas conclu la course.

Une belle progression

Cette 5e place constitue une nette amélioration pour Woods, qui avait terminé 55e aux Jeux de Rio en 2016. Il était toutefois amoindri par une triple fracture à une main, subie quelques semaines avant les JO.

Woods espérait toutefois une médaille en sol japonais. Il avait d’ailleurs quitté prématurément le Tour de France, avant la 19e étape, pour maximiser sa préparation en vue de l’épreuve olympique sur route.

Guillaume Boivin parle dans un micro.

Cyclisme sur route : « je peux dire mission accomplie », dit Boivin

Photo : Radio-Canada

À ne pas manquer