•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle olympique

Le Comité olympique canadien satisfait des mesures en place à Tokyo

Le médecin en chef rappelle qu’aucun membre de la délégation canadienne n’a reçu de résultat positif à la COVID-19.

Deux jeunes Japonais prennent un égoportrait avec, en arrière-plan, le stade olympique de Tokyo.

Les Jeux olympiques de Tokyo prendront officiellement leur envol vendredi au Japon.

Photo : Getty Images / Carl Court

Radio-Canada

La délégation canadienne aux Jeux olympiques de Tokyo s’en tire bien pour l'instant. Aucun athlète ou accompagnateur n’a reçu de résultat positif à la COVID-19 depuis son arrivée au Japon.

Les plans que nous avons mis en place sont robustes. Plusieurs programmes canadiens nous permettent de bien nous en tirer, comme le suivi de la qualité de l’air, a mentionné le médecin en chef du Comité olympique canadien (COC), le Dr Mike Wilkinson, jeudi.

J'ai bon espoir que nous avons tout fait en notre pouvoir pour garder tout le monde en sécurité.

Une citation de :Mike Wilkinson, médecin en chef du COC
Deux médecins visitent des installations pendant les Jeux olympiques.

Le médecin en chef du COC, le Dr Mike Wilkinson, en compagnie du Dr Ross Brown lors des Jeux de Vancouver, en 2010

Photo : La Presse canadienne / Darryl Dyck

Selon Mike Wilkinson, l’équipe médicale canadienne a pris plus de précautions que nécessaire et a surpassé les demandes japonaises afin d’assurer le bien-être des athlètes du pays.

Nous espérons le mieux, mais nous avons prévu le pire, a expliqué le responsable du COC, qui salue l’adhésion des athlètes aux mesures sanitaires.

Il y a eu des cas positifs au village (des athlètes) chez d'autres équipes. Ces cas ont montré que le système fonctionne et, surtout, il n'y a eu aucun cas de transmission au sein du village.

Plus de 90 % de la délégation canadienne à Tokyo est entièrement vaccinée avec deux doses, selon le COC. Pour réduire le risque d’infection, les athlètes ne sont autorisés à entrer au village que cinq jours avant leur compétition.

Être positif à la COVID-19 représente la fin du rêve olympique pour un athlète qui devra quitter le site des Jeux et se placer en isolement.

Toute une aventure pour se rendre à Tokyo

La cheffe de mission Marnie McBean a rappelé que les athlètes ont fait preuve d’énormément de courage et de résilience depuis un an pour se rendre aux Jeux.

Ils peuvent être fiers de l’histoire qu’ils écrivent en ce moment, a soutenu la triple championne olympique.

Une femme tient un micro pour s'adresser à son auditoire.

Marnie McBean lors de sa nomination en tant que cheffe de mission de la délégation canadienne aux Jeux de Tokyo

Photo : The Canadian Press / Justin Tang

Ces Jeux sont une célébration de l’espoir. Nous voulons que tout le monde puisse y participer.

Une citation de :Marnie McBean, cheffe de mission de la délégation canadienne

McBean a été franche concernant les défis des athlètes après que le Canada eut été le premier pays à confirmer son retrait des Jeux l’an dernier, avant l’annonce officielle du report de l’événement.

Quand nous avons demandé à nos athlètes de revenir à la maison et de s’isoler, nous voulions pouvoir arriver à ce point [la tenue des Jeux olympiques]. Nous sommes avec tous les Canadiens, nous sommes vraiment Équipe Canada, a mentionné McBean, convaincue.

La cérémonie d’ouverture qui aura lieu vendredi à 6 h 30 (HAE) ne ressemblera en rien aux événements du genre tenus dans les dernières années. Aucun spectateur ne sera admis au stade et la marche des nations sera réduite. Le Canada n’enverra que quelques dizaines d’athlètes avec les porte-drapeaux Miranda Ayim et Nathan Hirayama.

(D'après un texte de Devin Heroux, de CBC Sports)

Avec les informations de La Presse canadienne

À ne pas manquer