•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Comité olympique canadien pose ses bases à Tokyo

Éric Myles et Brooklyn Moors se cognent le coude après qu'elle eut reçu un manteau de l'équipe olympique du Canada.

Éric Myles (gauche) et Brooklyn Moors (droite)

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Radio-Canada

Le Comité olympique canadien pose ses bases à Tokyo. Le chef des sports du Comité olympique canadien, Éric Myles, a discuté de l’arrivée du pays en sol japonais à l’émission Toujours le matin.

Les attentes sont, comme à l’habitude, élevées pour les athlètes canadiens.

Toutefois, aucun objectif précis n’a été établi.

Vraiment, ce sur quoi on a mis l’effort cette année, premièrement, c’est d’amener les athlètes à compétitionner au maximum. Le chemin pour s’y rendre a été sans surprises des plus particuliers avec la pandémie, explique Éric Myles.

Bien que la grogne des Japonais à l’égard de la tenue des Jeux ait fait le tour du monde, les athlètes canadiens n’en sont pas directement témoins, estime-t-il.

Le village olympique étant ce qu’il est, en plus des compétitions à huis clos, les Canadiens ne sont pas exposés à cette réticence, qui a d'ailleurs forcé la compagnie Toyota à se retirer des compétitions.

Le concept est comme ça, même nous, le Canada, dans le village même, on a comme notre propre bulle, explique M. Myles à l’émission Toujours le matin.

Une cérémonie différente cette année

De 30 à 40 athlètes canadiens prendront part à la cérémonie d’ouverture, qui aura lieu à huis clos, contrairement à 160 athlètes à l’habitude.

Les mesures sanitaires strictes et l’arrivée plus tardive des athlètes au Japon expliquent notamment la délégation réduite du Canada pour la cérémonie. De plus, les athlètes ne sont pas tenus de participer obligatoirement à l’ouverture officielle de la compétition. Souvent, des épreuves ont lieu tôt le lendemain.

Cependant, selon ce qu’a entendu Éric Myles, la soirée promet d’être enlevante pour les spectateurs.

À ne pas manquer