•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une Robervaloise témoigne de l’étrange ambiance olympique à Tokyo

Il marche devant les anneaux olympiques à Tokyo.

Un homme portant un masque

Photo : Getty Images / Behrouz Mehri

Radio-Canada

Andréanne Parent, une Robervaloise qui habite au Japon, affirme que l’ambiance est loin d’être à la fête à quelques heures de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques.

Celle qui vit dans ce pays depuis sept ans affirme que l’effervescence entourant habituellement l’événement ne se fait pas sentir à Tokyo, puisque les participants sont confinés dans le village olympique. Ils sont complètement isolés de la population en général dans leur bulle olympique, a-t-elle expliqué en entrevue à l’émission C’est jamais pareil.

Quelques bannières aux couleurs olympiques ont fait leur apparition et la grande tour de Tokyo s’est illuminée avec les anneaux emblématiques, mais sans plus.

L’ambiance est vraiment très glauque, même que la plupart des habitants ne considèrent même pas regarder les Jeux à la télévision tellement l’ambiance n’est pas à la fête.

Une citation de :Andréanne Parent

Même si elle n’est pas nécessairement favorable à la tenue des Jeux, elle encourage les athlètes canadiens en affichant un drapeau unifolié dans son appartement.

Andréanne Parent près d'un lac

La Robervaloise Andréanne Parent vit au Japon depuis sept ans.

Photo : Gracieuseté

Inquiétude

Andréanne Parent constate une grande inquiétude au sein de la population en raison de la recrudescence des cas de COVID-19. Elle rappelle que le taux de vaccination est très faible au Japon et que ce grand rendez-vous sportif réunissant 80 000 personnes est loin de faire l’unanimité.

Les Japonais regardent d’un bien mauvais œil la tenue des Jeux et peu croient qu’on puisse avoir des Jeux sans aggraver la pandémie.

Une citation de :Andréanne Parent

Elle voit la tenue des Jeux comme indécente dans le contexte actuel. Elle rappelle que le système de santé local est toujours débordé à cause de la hausse des cas de COVID-19.

Andréanne Parent travaille comme recruteuse dans une firme japonaise. Elle s’affaire à dénicher des employés bilingues qui parlent japonais et anglais. Elle a commencé à apprendre le japonais à l’Université Bishop's en Estrie. Sa sœur Aurélie habite aussi à Tokyo et travaille pour la même entreprise.

À ne pas manquer