•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un adversaire de moins pour Andre De Grasse au 200 m

Il regarde vers le ciel.

Le sprinteur équatorien Alex Quinonez

Photo : AFP / Mustafa Abumunes

Agence France-Presse

Le sprinteur Alex Quinonez a été suspendu un an par l'Unité d'intégrité de l'athlétisme (AIU) pour manquement à ses obligations de localisation antidopage, a annoncé l'instance mercredi.

L'Équatorien de 31 ans était déjà suspendu provisoirement depuis le 25 juin, date de début de sa sanction, et va donc manquer les Jeux olympiques, à moins qu'il puisse interjeter appel et gagner la procédure de façon express. L'athlétisme débute le 30 juillet à Tokyo.

L'Équateur avait inscrit son sprinteur, l'un de ses meilleurs athlètes, sur la liste des participants des JO au 200 m.

Quinonez avait été médaillé de bronze à cette même épreuve aux derniers Championnats du monde à Doha, au Qatar, en 2019. Le Canadien Andre De Grasse s'était quant à lui classé 2e de cette course remportée par l'Américain Noah Lyles.

Quinonez est suspendu pour trois tests manqués les 2 juin 2020, 28 septembre 2020 et 19 mai 2021.

Les athlètes de très haut niveau sont soumis à de scrupuleuses obligations de localisation (adresses, stages, entraînements, compétitions) et doivent en plus donner chaque jour un créneau d'une heure et un lieu afin de pouvoir être testés de façon inopinée.

Trois manquements à ces obligations (un contrôle manqué ou des renseignements imprécis) en moins d'un an sont passibles d'une sanction.

Les qualifications et les demi-finales du 200 m auront lieu le 3 août au stade olympique de Tokyo. La finale sera présentée le lendemain.

À ne pas manquer