•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Envoyé spécial

Le rêve brisé d'un super-supporteur japonais des Jeux olympiques

Kazunori Takishima avait investi 50 000 $ pour fracasser le record Guinness du plus grand nombre de présences en tant que spectateur aux compétitions olympiques au cours d'une vie. Il croyait réaliser cet exploit chez lui.

Kazunori devant une clôture.

Kazunori Takishima contemple le stade olympique de Tokyo de l'autre côté de la barrière de sécurité.

Photo : Radio-Canada / Philippe Leblanc

TOKYO – En ce lundi après-midi gris et pluvieux, tout ce qui sépare Kazunori Takishima de son rêve, c'est une clôture de sécurité installée devant le stade olympique de Tokyo.

Portant un bandeau blanc avec des inscriptions en japonais et vêtu de son uniforme blanc d'aïkido, un art martial japonais, il contemple le stade où il devait assister à la cérémonie d'ouverture.

Kazunori n'en revient pas qu'un huis clos ait été imposé pour presque toutes les compétitions.

C'est la déception totale. Je n'ai même pas la force de pleurer. Je ne sais même pas si je serai remboursé par le comité organisateur. Personne ne me répond.

Une citation de :Kazunori Takishima, super-supporteur des Jeux olympiques

Kazunori tient une pile de billets entre ses mains. Sur le dessus se trouve le billet qu'il avait obtenu pour la cérémonie d'ouverture. Il a acheté 100 billets pour lui, ses amis et ses proches. Il a investi l'équivalent de 50 000 $ CA de ses économies personnelles. La planification a pris des mois.

Ce résident de Tokyo voulait établir à la maison le record Guinness pour avoir assisté au plus grand nombre de compétitions olympiques.

Le record officiel est de 128. Kazunori a déjà assisté à 106 compétitions. Après les Jeux de Tokyo, il devait en avoir 134 à son actif.

Kazunori Takishima devant une patinoire.

Kazunori Taskishima aux épreuves de patinage artistique à Turin en 2006.

Photo : Kazunori Takishima

Tout a commencé en 2006 à Turin, quand un ami l'a invité à la compétition de patinage artistique. Kazunori n'avait aucun intérêt pour ce sport, mais de son siège dans la dernière rangée de l'amphithéâtre, il entendait les patins qui mordaient dans la glace. Il a eu la piqûre sur-le-champ.

Depuis, il a participé à tous les Jeux olympiques. Été comme hiver, il est toujours aux premières loges et il côtoie les athlètes partout où il passe. Sur place, il ne dort que quatre heures par nuit pour profiter de la fête.

Mes amis disent que je suis aussi compétitif et dédié à ma passion que les athlètes, dit-il.

De tous les Jeux, ceux de Vancouver 2010 ont été ses préférés. Pour la qualité des compétitions et de l'organisation, mais aussi pour l'esprit festif extraordinaire.

Kazunori Takishima dans les estrades d'une compétition aux Jeux de Vancouver.

Kazunori Takishima aux Jeux olympiques de Vancouver en 2010.

Photo : Kazunori Takishima

D'ailleurs, ses liens émotifs avec les athlètes canadiens sont profonds. Kazunori est fier de montrer le patin blanc autographié par l'ancienne patineuse Kaetlynn Osmond. Il a réussi à le faire autographier dans une compétition des championnats du monde. C'est son trésor.

Des souvenirs de toutes sortes, il en a accumulé, dont la médaille de plastique remise aux spectateurs lors des cérémonies d'ouverture de Sotchi ou des coussins exclusifs pour les spectateurs des cérémonies en Corée du Sud en 2018.

Kazunori Takishima devant les anneaux olympiques en Corée du Sud.

Kazunori Takishima aux Jeux olympiques en Corée du Sud en 2018.

Photo : Kazunori Takishima

Il conserve précieusement tous les billets des événements auxquels il a assisté. Son visage s'illumine lorsqu'il les sort d'une pochette protectrice faite de plastique.

Kazunori espère encore, sans grand espoir, trouver des places pour les rares compétitions où les spectateurs seront admis au Japon; cyclisme et quelques parties de soccer, par exemple.

Je vais continuer d'aller aux Jeux jusqu'à ma mort, dit l'homme de 45 ans, ces compétitions me nourrissent et me donnent de la force dans ma vie personnelle.

Rendez-vous aux Jeux de Pékin en février pour établir le record Guinness. À moins que les spectateurs étrangers ne soient pas admis là non plus.

À ne pas manquer