•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle olympique

Deux athlètes logés au village olympique touchés par la COVID-19

Ils sont sur une barge sur un grand plan d'eau.

Les cinq anneaux olympiques

Photo : Radio-Canada

Agence France-Presse

Les deux premiers cas d'athlètes positifs au coronavirus ont été enregistrés parmi les résidents du village olympique, ont annoncé les organisateurs des Jeux de Tokyo dimanche.

À cinq jours de l'ouverture de l'événement, les organisateurs ont détecté deux sportifs infectés au village, après avoir annoncé la veille le tout premier cas positif d'un membre de l'encadrement dans cette immense résidence emblématique des Jeux.

Plus tard dans la matinée, le Comité olympique sud-africain (SASCOC) a annoncé que deux de ses joueurs de soccer et un membre de l’encadrement logeant au village olympique avaient reçu un résultat de test positif à la COVID-19.

 Le reste de l'équipe a subi deux tests négatifs et fait l'objet d'un suivi selon les recommandations des autorités médicales locales , dit le texte.

Il s'agit de Thabiso Monyane et de Kamohelo Mahlatsi, pour les joueurs, et de l'analyste vidéo de l'équipe.

Le SASCOC a aussi précisé qu'un quatrième membre de la délégation sud-africaine, un entraîneur de rugby à 7, a également été placé en isolement après avoir reçu un résultat positif à un test pour la COVID-19 réalisé à Kagashimo, où l'équipe est en stage de préparation.

Les deux sportifs positifs présents dans le village et leur accompagnant ont donc été  isolés dans leur chambre et Tokyo 2020 leur apporte leurs repas , a poursuivi la même source. Leurs contacts rapprochés ont aussi été identifiés.

Ces contacts ont aussitôt subi des tests nasopharyngés, s'ajoutant au contrôle salivaire quotidien des participants aux Jeux. Ils devront manger dans leur chambre, s'entraîner à part et prendre des transports séparés, a expliqué Pierre Ducrey, directeur adjoint des Jeux au sein du Comité international olympique (CIO).

La durée de ces mesures de précaution, qui influent sur la vie de groupe comme sur la préparation de la compétition, dépendra du verdict du centre de contrôle installé au sein du village olympique.

 C'est seulement lorsque les experts ont déterminé que vous ne représentez plus de risque pour autrui que vous pouvez rejoindre votre équipe, a affirmé Pierre Ducrey.

Un troisième sportif malade logeant à l'extérieur du village olympique a également été découvert.

Par ailleurs, six athlètes britanniques, tous membres de l'équipe d'athlétisme, ainsi que deux membres de l'encadrement, ont été contraints de se mettre en quarantaine à leur arrivée à Tokyo après avoir été en contact avec une personne positive au coronavirus.

L'Association olympique britannique (BOA) a précisé que ces huit personnes avaient toutes été déclarées négatives à la COVID-19 et qu’elles sont en isolement dans leurs chambres d'hôtel.

Depuis l'arrivée des délégations, quatre sportifs ont obtenu des résultats positifs à la COVID-19, a précisé le CIO.

Il ne s'agit pas des premiers cas de COVID-19 liés aux Jeux, puisque le CIO recensait dimanche 55 tests positifs parmi les 30 000 menés sur 18 000 sportifs, encadrants, officiels ou journalistes arrivés au Japon depuis le 1er juillet.

Le CIO a par ailleurs confirmé que l'un de ses membres, le Sud-Coréen Ryu Seung-min, a reçu un test positif à son arrivée dans l'archipel. Mardi et mercredi, les 102 membres de l'instance doivent se retrouver dans un palace de la capitale japonaise pour l'assemblée générale de l'organisation.

Samedi, les organisateurs avaient annoncé le premier cas au sein du village olympique, mais il ne s'agissait pas d'un sportif, selon le bilan actualisé dimanche.

Le premier foyer au sein du village olympique illustre la crainte de contaminations en cascade dans ce lieu sans équivalent dans le monde sportif, mettant à l'épreuve les mesures pour lutter contre la COVID-19 préparées depuis des mois.

Il est inévitable que nous ayons des cas, a reconnu dimanche Christophe Dubi, directeur des Jeux au CIO, conscient des craintes d'une partie de la population japonaise face à ce rendez-vous planétaire.

Il a cependant assuré que tout était en place pour limiter le mélange des populations et  maintenir le risque de contaminations en chaîne à un minimum absolu.

La capacité d'accueil du village olympique est de 17 000 personnes. Mais n'y résideront au maximum que 6700 personnes au même moment, en fonction du calendrier des compétitions, a calculé le CIO. Ce pic de présence devrait être atteint au milieu des Jeux, au début d'août.

À cinq jours de l'ouverture des JO, les cas se multiplient néanmoins, tout en restant marginaux au regard du nombre total de participants à ce rendez-vous planétaire.

Les Jeux olympiques de Tokyo ont été reportés d'une année en raison de la pandémie. Des mesures sanitaires strictes ont ainsi été mises en place au Japon. La grande majorité des épreuves se déroulera à huis clos.

Ces contre-mesures ne suffisent pas à rassurer la population nippone. Tokyo a enregistré 1410 cas supplémentaires de COVID-19 samedi, soit le total quotidien le plus élevé depuis janvier.

À ne pas manquer