•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle olympique

Craintes à Tokyo après un premier cas de COVID-19 confirmé au village olympique

De nombreux bâtiments, dont quelques gratte-ciel, se trouvent au bord d'une étendue d'eau.

Le village olympique de Tokyo

Photo : Reuters / FABRIZIO BENSCH

Agence France-Presse

À une semaine du début des Jeux olympiques de Tokyo, les organisateurs ont annoncé samedi un premier cas de COVID-19, recensé au village olympique. Ils se sont toutefois voulus rassurants quant à l'efficacité des mesures employées pour éliminer toute transmission du virus.

C'est le tout premier cas enregistré au village, et qui a été détecté à l'arrivée, a indiqué en conférence de presse Takaya Masa, porte-parole du comité d'organisation (TOCOG), sans préciser s'il s'agit d'un sportif ou d'un membre de l'encadrement ni de quelle délégation la personne provient.

Selon la presse japonaise, il s'agirait d'une personne étrangère, sans plus de précision à cet égard non plus.

Les Jeux, prévus du 23 juillet au 8 août, ont été reportés d'une année en raison de la pandémie, et de strictes mesures sanitaires ont été mises en place au Japon afin que le rendez-vous planétaire puisse se tenir.

Cette personne a été déclarée positive au dépistage du village. Nous ne savons pas si elle est vaccinée ou non, a déclaré le directeur général de Tokyo 2020 Toshiro Muto. Au village, il va y avoir des mesures anti-COVID sévères : les athlètes vont être soumis à un test tous les jours. Et si un athlète est déclaré positif, il sera isolé, a-t-il dit, se voulant rassurant.

Nous sommes assurés que tous les efforts seront accomplis pour assurer la sécurité au village olympique. Ce qui est important, c'est de réagir immédiatement et de s'assurer que tous les athlètes soient protégés et en sécurité, a-t-il ajouté.

Un membre de l'équipe tchèque positif

Il a été découvert après son atterrissage à Tokyo, a fait savoir le Comité olympique tchèque dans un communiqué.

Malheureusement, malgré toutes les mesures, nous n'avons pas pu éviter cette situation, a dit Martin Doktor, un cadre de l'équipe olympique tchèque.

Tous les autres membres de l'équipe ont été déclarés négatifs et tous les sportifs sont OK dans le village olympique, a ajouté ce double champion olympique de canoë en C-1 500 et 1000 m à Atlanta en 1996.

L'homme, dont l'identité n'a pas été révélée, a d'abord été déclaré positif lors d'un test antigénique, puis lors d'un test PCR, selon le communiqué. L'homme, asymptomatique, a été placé en isolement, tout comme les membres de l'équipe qui étaient proches de lui dans l'avion.

Une situation précaire

À moins d'une semaine de la cérémonie d'ouverture, la capitale japonaise n'avait pas le cœur à fêter ce compte à rebours. Les cas locaux de COVID-19 continuent de grimper et l'état d'urgence sanitaire a été mis en place lundi dernier et jusqu'au 22 août.

La quasi-totalité des épreuves se dérouleront à huis clos et les dizaines de milliers de participants – des sportifs aux officiels, en passant par les journalistes venant de l'étranger – sont soumis à des restrictions draconiennes en raison des risques sanitaires.

Nous faisons tout ce que nous pouvons pour prévenir tout développement de la COVID-19. Si éventuellement nous constatons qu'il y a contamination, nous avons un plan pour y répondre, a de son côté assuré Seiko Hashimoto, la présidente du comité d'organisation.

Les sportifs qui viennent au Japon sont probablement très inquiets. C'est la raison pour laquelle nous devons faire preuve d'une totale transparence, a-t-elle promis.

Nous devons nous préparer soigneusement et nous assurer que, tous, nous suivons les procédures, a-t-elle ajouté.

Ces contre-mesures ne suffisent pas à rassurer la population au Japon, alors que Tokyo a enregistré près de 1300 cas supplémentaires de coronavirus quotidiennement ces derniers jours.

Le président du Comité international olympique (CIO), Thomas Bach, a toutefois assuré jeudi que les mesures anti-COVID aux JO fonctionnaient, et que les délégations suivaient et soutenaient ces règles.

C'est dans leur intérêt et en solidarité avec les habitants de Tokyo, avait souligné M. Bach après s'être rendu au village olympique.

 Une fois encore, je voudrais humblement demander au peuple japonais d'accueillir et de soutenir les sportifs, a déclaré à la presse M. Bach, après l'ultime réunion de la commission exécutive de l'instance avant les Jeux.

Comme le peuple japonais, les sportifs ont surmonté des obstacles pour être ici, a lancé l'ex-champion olympique d'escrime, qui a souvent invoqué l'intérêt des sportifs pour justifier la tenue, en pleine crise sanitaire, du plus grand rassemblement pacifique du monde.

Il a assuré comprendre les craintes du pays hôte, relativement épargné par les premières vagues de la COVID-19, mais qui connaît une reprise de l'épidémie, avec 1410 cas positifs samedi à Tokyo, soit le nombre quotidien le plus élevé depuis janvier.

Thomas Bach a par ailleurs laissé ouvert un possible assouplissement du huis clos décrété le 8 juillet dans la quasi-totalité des sites, qui constitue un obstacle supplémentaire à l'enthousiasme du pays pour ces compétitions sous cloche.

 Nous continuerons à surveiller les développements liés à la COVID. Et si les circonstances changent, alors nous nous réunirons immédiatement pour en tirer les conséquences, a-t-il conclu, reprenant les termes de la décision prise avec les autorités japonaises.

Au moins huit membres du personnel d'un hôtel japonais hébergeant l'équipe olympique de judo du Brésil ont reçu un résultat positif à la COVID-19, ont annoncé jeudi des autorités locales.

Le 4 juillet dernier, un rameur serbe a été déclaré positif au coronavirus à son arrivée à l'aéroport de Haneda

À ne pas manquer