•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle olympique

Un Gaspésien arbitrera le badminton aux Jeux olympiques de Tokyo

Il sourit à la caméra dans un gymnase où des jeunes jouent au badminton.

Yves Côté

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Radio-Canada

Un Gaspésien de Barachois, près de Percé, participera aux Jeux olympiques de Tokyo à titre de juge-arbitre au badminton.

Yves Côté, 63 ans, est arbitre depuis 1992 et a une longue feuille de route. Il en est à ses premiers Jeux olympiques, et dans un contexte bien particulier.

Le Gaspésien a arbitré des compétitions de badminton dans 29 pays. Mais, pour lui, les Jeux olympiques... ce sont les Jeux olympiques.

C'est la grande messe du sport.

Une citation de :Yves Côté, arbitre de badminton

J'ai fait les Championnats du monde juniors à trois occasions. Mais des Championnats du monde, il y en a chaque année, alors que les Olympiques, c'est aux quatre ans. Et ceux-ci sont encore plus spéciaux : ils ont été retardés d'un an, raconte-t-il.

M. Côté a bien failli voir son rêve s'évanouir lorsque la planète a été frappée par la COVID-19.

Yves Côté, raquette en main, explique un mouvement.

Yves Côté en action alors qu'il entraîne les jeunes joueurs de badminton de Gaspé (archives).

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

L'an passé lorsque la COVID a commencé, on n’était pas sûr et puis on nous a dit que les Jeux seraient retardés, explique-t-il. On a attendu, on a attendu... Mais la fédération mondiale avait dit que les Jeux de 2020 auraient lieu en 2021 et que les arbitres et juges-arbitres qui avaient été choisis feraient partie de l'équipe.

À 63 ans, il deviendra le premier juge-arbitre de badminton canadien à participer aux JO.

Le juge-arbitre, c'est le superviseur du tournoi. C'est lui qui s'occupe d'à peu près tous les détails. Il s'assure que tout fonctionne, explique-t-il.

Yves Côté doit maintenant se soumettre à une kyrielle de tests en vue de son départ. La bonne nouvelle est qu’il ne sera pas contraint à une quarantaine lorsqu'il arrivera au Japon.

D’après un reportage de Bruno Lelièvre

À ne pas manquer