•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Connectez-vous pour suivre vos sports favoris.

Nouvelle olympique

Suivez les Jeux olympiques sur ICI Télé dès le 4 février 2022

Tokyo, ville « la mieux préparée de tous les temps », selon le président du CIO

Il porte un masque.

Thomas Bach

Photo : Getty Images / BEHROUZ MEHRI

Agence France-Presse

« Vous avez réussi à faire de Tokyo la ville la mieux préparée de tous les temps pour des Jeux olympiques » , a assuré le président du Comité international olympique (CIO) Thomas Bach mardi, 10 jours avant l'ouverture des JO bouleversés par la pandémie.

C'est encore plus remarquable dans les circonstances difficiles auxquelles nous devons tous faire face, a insisté le patron du mouvement olympique.

Des mesures draconiennes ont été prises pour ces Jeux (23 juillet-8 août), qui se dérouleront quasiment entièrement à huis clos pour limiter les risques de propagation de la COVID-19.

Ils sont côte à côte.

Trois policiers patrouillent dans l'un des sites des Jeux de Tokyo.

Photo : afp via getty images / CHARLY TRIBALLEAU

M. Bach, qui est arrivé au Japon la semaine dernière et a passé trois jours en quarantaine, a assuré à la présidente du comité organisateur, Seiko Hashimoto, que son groupe faisait un travail fantastique.

M. Bach et Mme Hashimoto se sont entretenus pendant que les premiers sportifs commençaient à entrer dans le Village olympique, qui a ouvert ses portes mardi sans cérémonie ni invitation pour la presse.

Les organisateurs n'ont pas précisé le nom des équipes dans le Village ni le nombre de sportifs qui s'y trouvent déjà.

Selon des règles très strictes, les sportifs ne peuvent entrer dans le Village que cinq jours avant (avec possibilité d'y entrer jusqu'à sept jours avant sur demande pour faciliter l'acclimatation) leurs épreuves et doivent le quitter dans les 48 heures suivant la fin de celles-ci.

Ils font la file à l'aéroport.

Des athlètes de la délégation italienne arrivent à Tokyo.

Photo : Getty Images / Yuichi Yamazaki

Il est temps d'être performants et de montrer le meilleur de vous-mêmes, ce que vous avez préparé pendant si longtemps, a dit M. Bach.

Tokyo est de nouveau sous le régime d'un état d'urgence sanitaire depuis lundi, face à une recrudescence des cas de COVID-19.

Sportifs, entraîneurs, officiels et journalistes venant de l'étranger seront soumis à des tests de dépistage constants et leurs déplacements seront limités.

Les organisateurs ont annoncé jeudi dernier un huis clos pour toutes les épreuves se déroulant dans le Grand Tokyo (plus de 95 % des épreuves de ces JO), c'est-à-dire dans la capitale et trois départements voisins (Kanagawa, Saitama et Chiba).

Masquée, elle parle dans un micro pendant une rencontre avec le CIO.

Seiko Hashimoto

Photo : afp via getty images / TAKASHI AOYAMA

Les autres départements japonais plus éloignés de Tokyo et accueillant certaines épreuves devaient initialement échapper à ce sort.

Dans les jours qui ont suivi, des responsables locaux de Hokkaido (nord) et de Fukushima, dans le nord-est du Japon meurtri par le séisme, le tsunami et l'accident nucléaire de 2011, ont interdit tout public aux rencontres de soccer, de baseball et de softball.

Et le maire de Sendai, dans le département de Miyagi voisin de celui de Fukushima, aurait aussi demandé aux organisateurs que le public soit exclu des matchs de soccer, selon des médias locaux.

Il y a une semaine, les autorités locales et les organisateurs des JO avaient en outre appelé le public à s'abstenir d'assister au marathon et aux épreuves de marche prévus début août à Sapporo, la capitale de l'île d'Hokkaido.

Un tableau électronique montre le décompte.

Plus que 10 jours avant le début des Jeux de Tokyo.

Photo : afp via getty images / PHILIP FONG

Les épreuves des JO ne devraient donc se dérouler en présence d'un public restreint (50 % de la capacité du lieu de compétition, dans une limite de 10 000 personnes) que dans les départements d'Ibaraki, au nord de Tokyo, où seuls les enfants des écoles seront admis, et dans celui de Shizuoka (centre).

Des sondages ont régulièrement montré ces derniers mois que la plupart des Japonais auraient préféré que les Jeux soient encore reportés, comme en 2020, ou tout simplement annulés.

Ces nouveaux huis clos font cependant craindre aux habitants du nord-est du pays que le message de reconstruction de leur région, associé à ces JO depuis leur attribution en 2013, ne soit éclipsé par les mesures sanitaires des Jeux devenus ceux de la pandémie.

Ils portent une combinaison.

Deux membres du personnel de Thai Airways lors d'un arrêt à l'aéroport international Haneda de Tokyo.

Photo : afp via getty images / YASUYOSHI CHIBA