•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle olympique

Les Jeux de Tokyo pourraient se tenir sous état d’urgence, à huis clos

Le centre-ville est en arrière-plan.

Un homme portant un masque marche devant les anneaux olympiques à Tokyo.

Photo : Getty Images / Behrouz Mehri

Associated Press

La hausse du nombre de nouveaux cas de COVID-19 a atteint un sommet en deux mois au Japon. Le gouvernement devrait déclarer de nouveau l'état d'urgence à compter de la semaine prochaine, et pour toute la durée des Jeux olympiques de Tokyo.

Les JO, reportés d'un an à cause de la pandémie, doivent commencer dans un peu plus de deux semaines, le 23 juillet.

Le président du Comité international olympique (CIO), Thomas Bach, doit arriver à Tokyo jeudi, au moment où une hausse du nombre de cas de COVID-19 est observée. Il se placera en quarantaine pour trois jours dans sa chambre d'hôtel.

Le décret de l'état d'urgence pourrait entraîner la tenue des JO à huis clos. Même les spectateurs locaux pourraient devoir rester chez eux. Une décision à ce sujet est attendue vendredi, lorsque le comité organisateur rencontrera le CIO et d'autres partenaires d'affaires.

L'état de quasi-urgence sanitaire doit arriver à échéance dimanche. Tokyo a rapporté 920 nouveaux cas de COVID-19 mercredi, en hausse par rapport aux 714 enregistrés le même jour, une semaine plus tôt. Il s'agit du plus haut total depuis les 1010 cas signalés le 13 mai dernier.

Le premier ministre Yoshihide Suga a rencontré ses principaux ministres afin de discuter des mesures sanitaires pour lutter contre le coronavirus et songe à décréter de nouveau l'état d'urgence dans la capitale japonaise jusqu'au 22 août. Les JO doivent se terminer le 8 août.

Suga a refusé de confirmer les discussions, mais a souligné qu'une hausse du nombre de cas a été observée et a assuré que tout sera fait afin d'endiguer la propagation du virus.

Il a confié qu'il prendra une décision à ce sujet jeudi, après avoir discuté avec un comité d'experts médicaux.

La gouverneure de Tokyo, Yuriko Koike, a mentionné aux journalistes qu'elle s'attend à ce que le gouvernement déclare l'état d'urgence. Ce serait la quatrième fois qu'une telle décision serait adoptée depuis le début de la pandémie, en mars 2020.

Par ailleurs, un comité consultatif mis sur pied par le gouvernement pour lutter contre la COVID-19 s'est réuni mercredi et a exprimé ses préoccupations au sujet de la nouvelle hausse du nombre de cas.

Les deux tiers des infections rapportées dans le secteur de la capitale proviennent de Tokyo, et nous craignons que l'éclosion se propage aux régions environnantes, a expliqué Ryuji Wakita, le directeur général de l'Institut national des maladies infectieuses.

Les JO poursuivent leurs préparatifs malgré les avis médicaux, en partie parce que le report de 15 mois de l'événement a entraîné une chute des revenus du CIO. L'organisation génère 75 % de ses revenus par la vente des droits de télédiffusion, et plusieurs analyses croient que les pertes financières se situeraient entre 3 et 4 milliards de dollars si l'événement était annulé.

Au Japon, on rapporte jusqu'ici environ 810 000 cas de COVID-19, et environ 14 900 décès y sont attribuables. Seule une tranche de 15 % de la population est totalement immunisée contre le virus, en comparaison avec 47,5 % aux États-Unis et environ 28 % au Canada.

À ne pas manquer