•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle olympique

Naomi Osaka confirme sa participation aux JO de Tokyo

Les écouteurs sur les oreilles, elle regarde en l'air et passe devant une grand affiche avec son nom inscrit dessus.

Naomi Osaka, une athlète suivie au Japon

Photo : Getty Images / Elsa

Agence France-Presse

Naomi Osaka participera bien au tournoi de tennis olympique. Elle l'a confirmé lundi et devrait être de la cérémonie d'ouverture dont les détails sont encore tenus confidentiels.

La Japonaise a confirmé lundi qu'elle espérait être au mieux et qu'elle respecterait les obligations médiatiques.

Je me prépare petit à petit afin d'être au meilleur de ma forme, a indiqué dans un message publié par la télévision nationale NHK la numéro deux au classement mondial.

Dans son message publié en japonais, elle s'est dite fière de jouer pour son pays aux JO.

Cette fois, les Jeux olympiques se dérouleront au Japon, où je suis née. J'ai beaucoup de souvenirs agréables au Japon. Je suis fière de faire partie de l'équipe du Japon pour les Jeux olympiques.

À partir de maintenant, je me rendrai aux rencontres de presse, tout en tenant compte de ma santé mentale.

Selon elle, il faudrait protéger la vie privée des athlètes.

Depuis que j'ai attiré l'attention du monde entier, j'ai toujours eu des crises d'anxiété. C'est notamment le cas à l'approche de grandes compétitions, a-t-elle expliqué.

Récemment, j'ai passé beaucoup de temps avec ma famille. Je peux paisiblement faire descendre la pression, mentalement et physiquement, a-t-elle ajouté.

La révélation de son combat permanent contre l'anxiété et des épisodes dépressifs, qui l'ont éloignée du circuit ces dernières semaines, ont suscité un vif débat et beaucoup de réactions.

Une cérémonie d'ouverture sobre

Naomi Osaka devrait participer à la cérémonie d'ouverture, qui s'annonce plus sobre que les spectacles des précédents Jeux. Le nombre de spectateurs autorisés à y assister n'a pas encore été fixé, mais pourrait être très limité.

Les organisateurs avaient établi en juin un maximum de 50 % des capacités d'accueil pour le public lors des épreuves olympiques, et dans une limite maximale de 10 000 personnes.

Le premier ministre japonais Yoshihide Suga et la présidente du comité d'organisation, Seiko Hashimoto, ont averti qu'un huis clos demeurait possible en raison d'une récente recrudescence des cas de COVID-19 à Tokyo.

Les porte-drapeaux du Japon sont connus

Il y aura en tout cas défilé des athlètes pendant la cérémonie, ou au moins des porte-drapeaux des pays participants.

Le Comité olympique japonais a annoncé lundi que le basketteur Rui Hachimura, qui joue dans la NBA, et la lutteuse Yui Susaki seront ses deux porte-drapeaux.

C'est un grand honneur, a dit dans un communiqué Rui Hachimura, 23 ans, né d'une mère japonaise et d'un père béninois.

Au mois de mai, l'ailier des Wizards de Washington avait appelé à une prise de conscience au Japon sur le problème du racisme, confiant recevoir lui-même des messages d'insultes presque chaque jour sur les réseaux sociaux.

Yui Susaki, 22 ans, est double championne du monde. En 2017, elle a remporté son premier titre chez les moins de 48 kg à Paris. En 2018, la petite athlète de 1,53 m a remporté l'or chez les moins de 50 kg à Budapest.

La crainte du super contaminant

Le gouvernement devrait prolonger des restrictions dans la capitale japonaise et d'autres préfectures du pays, qui devaient initialement durer jusqu'à la fin de cette semaine. De nouvelles annonces concernant le public pour les Jeux devraient suivre.

Ces restrictions permettent l'accueil du public à des événements sportifs, mais dans une limite maximale de 5000 personnes.

Les organisateurs des JO de Tokyo avaient déjà renoncé en mars à accueillir des spectateurs venant de l'étranger.

Malgré cette mesure et des restrictions draconiennes prévues pour tous les participants, la population japonaise redoute que l'événement devienne un super contaminant.

La crise sanitaire a durement éprouvé le système hospitalier du pays, qui redoute d'être de nouveau surchargé avec les Jeux.

Plusieurs cas de COVID-19 ont déjà été détectés chez des participants à leur arrivée au Japon ces dernières semaines. Un athlète serbe a été déclaré positif ce week-end à son arrivée, a appris l'AFP dimanche, et un membre de la délégation ougandaise a été déclaré positif pour la deuxième fois au Japon, alors qu'il venait de finir une période de quarantaine.

En raison des incertitudes sur le nombre de spectateurs résidant au Japon qui seront finalement autorisés à assister aux Jeux, les organisateurs ont, lundi, reporté à samedi un tirage au sort pour exclure certains détenteurs de billets, une opération qui devait initialement avoir lieu mardi.

À ne pas manquer