Ma peau avec Sarahmée

Publié le 5 août 2022

Oui ma peau fait de moi ce que je suis Le livre Ma peau par Sarahmée est une adaptation de la chanson du même nom. Illustré par Niti Marcelle Mueth, le livre aborde l'estime de soi, l’identité et l'acceptation à travers le parcours de quatre personnages.

La couverture du livre Ma peau par Sarahmée, illustrée par Niti Marcelle Mueth. L'illustration montre cinq personnes.

L’incomparable rappeuse Sarahmée est désormais écrivaine! Sa chanson Ma peau a été adaptée en un livre du même nom qui est apparu sur les étagères cette semaine.

Photo : Éditions Kata / Niti Marcelle Mueth

« C'est une chanson qui, pour moi, était déjà très importante compte tenu que je parle d'estime de soi, de complexes qu'on a à l'âge plus jeune, d'identité. Et j'ai trouvé que c'est une super-idée, en fait, d'illustrer cette chanson-là. »

— Une citation de  Sarahmée

Depuis toujours, j’ai été fière de ma peau, même si plus jeune je me comparais aux autres.

Sarahmée a grandi au Québec et au Sénégal. Ma peau aborde les normes de beauté imposées aux femmes, mais surtout aux femmes noires, à travers le monde.

Il y avait ce standard de beauté comme quoi les filles métisses étaient les plus belles en fait. … Et c’est des choses qui se disaient à voix haute, c’était complètement décomplexé, parce qu’elles avaient les cheveux plus lisses, bon il y avait ce mélange avec la peau blanche, donc il y avait ce truc un peu élitiste. Et moi, c’est ça, je trouvais que j’étais trop foncée, j’étais trop musclée, parce que je faisais du sport, je trouvais que j’avais les cheveux trop frisés.

« Et je me suis rendue compte qu’en écrivant cette chanson-là, en tout cas, quand elle est sortie, moi j’ai beaucoup de mes proches et d’amies, des femmes noires, qui m’ont écrit et qui m’ont dit merci parce que nous, on a vécu la même chose, en fait.  »

— Une citation de  Sarahmée

Les cheveux crépus qu’est-ce que t’en sais, Non j’t’ai pas invité à les toucher.

Dans Ma peau, Sarahmée dénonce les micro-agressions auxquelles les femmes noires doivent faire face. Les micro-agressions sont des petits gestes ou remarques qui ont l’air inoffensifs, mais peuvent blesser la personne ou la faire sentir différente.

« La première personne qui m'a vraiment inspirée à m'aimer, c'est ma mère, parce que quand j'étais plus jeune, [...] elle me montrait souvent des mannequins noir.e.s très foncé.e.s parce qu'elle savait que je trouvais que j'étais trop foncée. »

— Une citation de  Sarahmée
Alek Wek regarde droit devant elle (la caméra) en souriant. Elle porte un haut sans manches à texture satinée. Dans son oreille gauche, elle porte une perle. Derrière elle, un panneau publicitaire de La Mer. La photo date de 2019.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Alek Wek, une mannequin sud-soudanaise, a été saluée pour son influence sur la perception de la beauté dans l'industrie de la mode.

Photo : Getty Images / Theo Wargo

On joue les fiers mais on n’a pas la tête haute, Plusieurs qualités mais c’est notre plus gros défaut.

Dans les annonces, les films, les réseaux sociaux, on est entouré.e.s de messages qui disent que notre valeur réside dans notre apparence. Pour combattre tout ça, Sarahmée affirme qu’il est important de se complimenter sans aller chercher le physique , mais plutôt de célébrer l’humour, l’intelligence ou les accomplissements.

« Quand j'ai un moment de doute, je me rappelle mon parcours. Je me rappelle les choses que j'ai faites, je me rappelle mes accomplissements, je me rappelle ce que j'ai surmonté. »

— Une citation de  Sarahmée

Le conseil que je donnerais [aux jeunes], c'est de se rappeler que t'es là pour une raison, que t'es unique, qu'il faut éviter de se comparer dans la vie, même à l'âge adulte.

Voir plus