Une illustration d'un personnage qui saute de joie. Le personnage porte des lunettes et un chandail sur lequel est inscrit "LGBT2Q". Il a les cheveux longs et tient un drapeau sur lequel est dessiné un coeur. Il porte des souliers de type Converse.

Fini les thérapies de conversion au Canada

Publié il y a 4 jours

Après trois tentatives, le gouvernement canadien a réussi à bannir les thérapies de conversion. Pour une rare fois, tous les partis se sont alliés pour adopter le projet de loi, et ce, sans débat. Mais les thérapies de conversion, ça implique quoi, au juste? Et pourquoi ça existait au Canada?

Une bonne nouvelle

En date de vendredi dernier, les thérapies de conversion sont officiellement interdites au Canada. C’est grâce à un projet de loi adopté à l’unanimité par les députés et par les sénateurs.

Une thérapie de conversion?

Elle vise à ce que des personnes lesbiennes, gaies, bisexuelles, transgenres, bispirituelles ou queers (LGBT2Q) deviennent hétérosexuelles et cisgenres. Une personne cisgenre, c’est une personne dont le sexe et le genre correspondent, donc qui n’est pas trans. Il est prouvé que ces thérapies ne fonctionnent pas et causent du mal.

De graves conséquences

Des organismes comme le Conseil de réadaptation pour les victimes de la torture ont comparé les thérapies de conversion à de la torture. Plusieurs personnes ayant subi ces traitements en ressortent avec des traumatismes physiques et psychologiques, dont l’anxiété, la dépression et des envies suicidaires.

Et ça se passait au Canada?

Selon une recherche publiée en 2021, au moins 10 % des hommes GBTQ2 ont subi une thérapie de conversion au Canada. Et la grande majorité d’entre eux l’ont subie lorsqu’ils étaient mineurs. Chez les personnes trans, c’est également près de 11 % d’entre elles qui en auraient subi une.

Des opposants à la nouvelle loi

Plusieurs groupes religieux ont fait connaître leur désaccord. La Fraternité évangélique du Canada s’inquiète de la nouvelle loi. D’autres groupes chrétiens vont même jusqu’à y dédier leurs sermons du 16 janvier. Ils disent que le fait d’être homosexuel ou transgenre est un péché.

Pourquoi ça a pris autant de temps

Le gouvernement libéral a tenté à plusieurs reprises d’interdire les thérapies de conversion. En 2020, le projet de loi n’avait pas été adopté, notamment en raison des débats avec le Parti conservateur. En 2021, le déclenchement des élections avait aussi empêché son adoption.

Voir plus