Des personnes manifestent dans la rue. Au centre de la photo, une pancarte est tenue par une personne. La pancarte est une peinture qui montre la face de Joyce Echaquan, superposée sur un ruban mauve. Les mots "Justice pour Joyce" sont également peints. Autour de la face de Joyce, des retrouve des traces de mains rouges, symbole de la lutte des femmes et filles autochtones disparues et assassinées.

Joyce Echaquan : un an plus tard

Publié il y a 3 semaines

Il y a un an aujourd’hui, Joyce Echaquan, mère atikamekw de 37 ans, est décédée à l’hôpital de Joliette, au Québec. Quelques moments avant sa mort, elle a diffusé une vidéo d’elle en direct de son lit d’hôpital, demandant de l’aide. Dans la vidéo, on entend des infirmières rire d’elle et lui lancer des insultes racistes.

Après sa mort, des changements au système de santé ont été demandés par des communautés autochtones, dont celle de Joyce Echaquan. Un an plus tard, où en est-on?

Les discussions sont lancées, mais les communautés attendent encore des mesures concrètes. Des groupes atikamekw ont déposé auprès des gouvernements du Québec et du Canada le Principe de Joyce . C’est un appel à l’action afin de lutter contre le racisme systémique. Il vise à garantir aux Autochtones un accès équitable et sans discrimination aux soins de santé, dans le respect de leurs cultures.

Le gouvernement du Québec a refusé de l’adopter, étant donné qu’il ne reconnaît pas l’existence du racisme systémique. Avant les élections, le gouvernement du Canada disait travailler sur un projet de loi donnant plus de pouvoirs aux Autochtones en matière de santé.

Aujourd’hui, on rend hommage à Joyce Echaquan partout à travers le pays.

Voir plus