Des bouquets de fleurs empilés près d'un réverbère avec des gens rassemblés qui se recueillent.

Ensemble contre l'islamophobie après l'attaque de London en Ontario

Publié il y a 1 semaine

Le 6 juin dernier, une famille canado-musulmane a été victime d'une attaque qui a fait quatre morts.

Partout au Canada, les gestes de soutien à la communauté musulmane se multiplient.

Les quatre victimes mortes dans l'attaque posaient il y a quelque temps pour une photo de famille dans un parc.

De gauche à droite, les 4 victimes tuées dans l'attaque de dimanche à London : Yumna Afzaal, 15 ans, sa mère, Madiha Salman, 44 ans, sa grand-mère paternelle, Talat Afzaal, 74 ans, et son père, Salman Afzaal, 46 ans.

Photo : Photo fournie par la famille Afzaal

QUE S’EST-IL PASSÉ?

Le 6 juin, une famille a été la victime de ce que la police qualifie d’attaque motivée par la haine.

La famille était sortie prendre une marche après le souper lorsqu’elle a été renversée par un homme au volant d’un camion noir

La mère, Madiha Salman, la sœur, Yumma Afzaal, la grand-mère, Talat Afzaal, et le père, Slaman Afzaal, sont morts sur le coup. 

Le frère, âgé de 9 ans, a survécu et se repose à l’hôpital. Il a perdu sa famille.

Une mère et ses deux filles sont devant le monument de fleurs commémorant les victimes.

Kira Stephani, d'Oshawa, discute mardi avec ses filles Aisha Sayyed (à droite) et Aliyah Sayyed (à gauche) sur les lieux de l'attaque de London, en Ontario.

Photo : La Presse canadienne / Geoff Robins

CE N’ÉTAIT PAS UN ACCIDENT

Rapidement, la police a su ce qu’il s’était passé. Selon elle, l’attaquant a ciblé et renversé volontairement les membres de la famille, en raison de leur foi musulmane. 

Le chauffard de 20 ans a été arrêté quelques minutes après l’attaque et est accusé de meurtre et de tentative de meurtre. Il est en détention.

Le premier ministre Justin Trudeau a décrit l’attaque comme un acte terroriste, et des membres de tous les partis au Parlement ont dénoncé cet acte odieux motivé par la haine.

Des gens sur la scène du crime.

Des personnes, dont des membres des médias, sont vues sur un mémorial de fortune sur la scène du crime où un homme conduisant une camionnette a sauté le trottoir et écrasé une famille musulmane dans ce que la police considère comme un crime haineux anti-islamique délibérément ciblé, à London, Ontario, Canada, le 7 juin 2021.

Photo : AFP / Carlos Osorio

UNE VAGUE DE SYMPATHIE POUR LA COMMUNAUTÉ

À London, une petite ville ontarienne où a eu lieu le drame, des citoyennes et citoyens se sont vite rassemblés sur le lieu de l’accident pour rendre hommage aux victimes en déposant des fleurs et des souvenirs.

Depuis lundi, des minutes de silence et des manifestations de soutien ont aussi eu lieu partout au pays. 

Les gens sont en colère et ont de la peine.

Un rassemblement à la Place des Arts.

Une centaine de personnes se sont rassemblées au centre-ville de Montréal en solidarité avec la communauté musulmane, trois jours après l'attaque islamophobe qui a coûté la vie à quatre membres d'une famille et blessé un enfant à London, en Ontario.

Photo : Radio-Canada / Olivier Lefebvre

ENSEMBLE CONTRE L’ISLAMOPHOBIE

« Islamophobie » est un mot qu’on utilise pour décrire l’hostilité ou la discrimination envers ceux et celles qui pratiquent l’Islam. On parle aussi de haine anti-musulmans.

Tout de suite après l’attaque, le détective de la police de London Paul Waight a déclaré ceci :

Vous avez tout notre soutien. Il n’y a aucune tolérance pour les actes d’individus motivés par la haine.

Un panneau dit en anglais Quand cela va-t-il s'arrêter. C'est assez."

Des leaders communautaires dénoncent le racisme et l'islamophobie qui règnent à London et ailleurs au Canada.

Photo : CBC

QU’EST-CE QU’ON PEUT FAIRE?

Comment lutter concrètement contre le racisme?

Une loi a été votée en 2017 au Canada pour tenter de lutter contre les incidents islamophobes. Mais plusieurs pensent que cette loi est insuffisante et qu’elle n’empêche pas ces actes de se produire.

La mobilisation et le soutien sont grands au pays. Mais certaines personnes demandent plus : qu’un sommet soit organisé sur l’Islamophobie afin de proposer un plan d’action et des mesures concrètes pour que de tels événements ne se reproduisent plus jamais.

Et à ton niveau, qu’est-ce que tu peux faire? D’abord t’intéresser à la culture musulmane pour mieux la comprendre. 

Plus nous connaissons un sujet, moins il nous fait peur et plus nous augmentons notre empathie et notre tolérance.

Voir plus